CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Grammatica della lingua greca moderna

Grassetti, Gaetano

DomaineTradition occidentale: grec et latin
SecteurGrammaires grecques modernes [1133]
Liens

Google Livres (éd. 1853)

Auteur(s)

Grassetti, Gaetano

Datation: 1778-1836

Naissance à Rome en 1778. Études de médecine et de lettres à Bologne. En 1815, Grassetti quitte l'Italie pour raisons politiques et s'installe à Patras, puis à Zante. Il fréquente le cercle de Dionysios Solomos et occupe la chaire de philologie latine de l'université d'Ionie. Il est connu comme l'auteur de la première traduction italienne (1825, en prose) de l'«Hymne à la liberté» (Inno alla libertà. Dionisio Solomos da Zacinto scrisse il mese di maggio 1823. Volgarizzato in prosa italiana da G. Grassetti, professore di lettere italiane e latine in Zante). Il traduit également des églogues de Virgile et écrit des ouvrages de grammaire grecque moderne, dont l'un est édité en 1853 à Malte, après sa mort. Il meurt à Corfou en 1836.

Titre de l'ouvrageGrammatica della lingua greca moderna seguita da un dialogo sopra la lingua e da un discorso sulla metrica de' moderni greci.
Titre traduitGrammaire de la langue grecque moderne suivie d'un dialogue sur la langue et d'un exposé sur la métrique du grec moderne.
Titre courtGrammatica della lingua greca moderna
Remarques sur le titre
Période|19e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire du grec moderne, langue parlée, grammaire élémentaire, pour étrangers.
Type indexéGrammaire élémentaire | Grammaire didactique | Grammaire pour étrangers
Édition originaleÉcrite avant 1836; première publication à Malte en 1853.
Édition utilisée1853, Malte, F.W. Franz Tipografo.
Volumétrie1 volume, 99 pages, 24 cm, 8o
Nombre de signes200770
Reproduction moderne
DiffusionDes copies de l'ouvrage sont localisées à la Biblioteca Nazionale Centrale de Florence et à la Staatsbibliothek de Berlin.
Langues ciblesGrec moderne, langue parlée (volgare comune di Grecia)
MétalangueItalien
Langue des exemplesGrec moderne, langue parlée
Sommaire de l'ouvrageAvant-propos (p. III-V), où sont exposés les objectifs fondamentaux de l'auteur.
Lessigrafia. Parte prima della grammatica (p. 1-58), qui contient phonétique, orthographe et morphologie. Les noms sont divisés en 6 déclinaisons (chap. 3): 1re = masc. en -ας [-as] et -ης [-ès] (e.g. ο ήρωας [o èrôas] et ο τεχνίτης [o technitès]). 2e = fém. en -α [-a] (e.g. η μαρτυρία [è martyria]) et -η [-è] (e.g. η αρετή [è aretè]). 3e = masc. en -ος [-os] (e.g. ο άνθρωπος [o anthrôpos]) [on signale aussi quelques fém. (e.g. η μέθοδος [è methodos])] et neutres en -ον [-on] (e.g. το μέτρον [to metron]) et en -i (e.g. το κλειδί [to kleidi]). 4e = neutres en -ος [-os] (e.g. το τέλος [to telos]). 5e = fém. en -ου [-ou] (e.g. η αλωπού [è alôpou]). 6e = neutres en -α [-a] (e.g. το πράγμα [to pragma]). Les adjectifs sont étudiés dans la déclinaison des noms. Dans le chap. 4, remarques sur les «anomalies» dans la déclinaison des noms; exemples de flexion multiple, e.g. le vocatif Χρήστο [Chrèsto], plus fréquent que Χρήστε [Chrèste]. Au chap. 5 sont examinés les adjectifs qualificatifs et leurs comparatifs; au chap. 6, les «adjectifs relatifs» (sic), e.g. αυτός, αυτή, αυτό [autos, autè, auto], et les numéraux; au chap. 7, les pronoms et au chap. 8, le verbe. Pour les verbes sont données d'abord les formes simples (forme semplici, e.g. γράφω [grafô]) et les formes composées (forme composte, e.g. έχω γράψει chô grapsei]), qui sont ensuite réparties en 2 conjugaisons: à la première appartiennent les barytons (verbi gravitoni, e.g. γράφω [grafô]) et à la deuxième les périspomènes (verbi circonflessi, e.g. παρηγορώ [parègorô]). Au chap. 9, remarques sur la formation des différentes formes verbales; au chap. 10, remarques sur les «anomalies» des verbes. Au chap. 11, étude des adverbes, des conjonctions et des prépositions (dans le titre, figure également le terme d'interjections (interposti) mais sans aucune autre mention à l'intérieur du chapitre).
La deuxième partie de l'ouvrage (Sintassi. Parte seconda della grammatica, p. 59-81) comprend 4 chapitres. Le chap. 1 contient des remarques sur les cas et l'usage des articles, le chap. 2 traite des noms, le chap. 3 des verbes et le chap. 4 des prépositions et des conjonctions. L'ouvrage s'achève par un discours sur la métrique de la poésie grecque contemporaine qui avait fait l'objet d'une lecture à l'Académie Ionienne: Discorso intorno alla metrica de' Greci Moderni. Letto dalla cattedra di Eloquenza nella Universita delle Ιsole Ionie (p. 83-99).
Objectif de l'auteurComme il ressort de l'Avant-Propos (Breve Prefazione, p. III, IV, V), le dessein de l'auteur est de décrire la langue grecque parlée contemporaine, qui est une langue en tout point recevable, et de réfuter le point de vue de beaucoup de gens cultivés selon qui les Grecs actuels parlent un idiome rempli de «solécismes» et de fautes. Et de prouver en outre que la langue contemporaine (volgare comune) peut constituer la langue du peuple grec, comme Dante l'a soutenu de son côté pour l'italien de son époque. L'auteur se trouve aux antipodes de la position de Koraïs qui était dominante à l'Académie Ionienne; la Grammatica della lingua greca moderna seguita da un dialogo sopra la lingua e da un discorso sulla metrica de' moderni greci sert fidèlement le point de vue de son auteur en faveur de la langue parlée.
Intérêt généralL'intérêt de l'ouvrage réside 1) en ce qu'il est l'unique grammaire du 19e s. portant sur la démotique grecque qui ait été écrite par un Italien, sans viser au prosélytisme, et 2) en ce qu'il s'inscrit dans l'orientation anti-archaïsante déclarée de son auteur, qui appartenait au cercle de Solomos et qui était en faveur de la langue parlée, mais également hostile aux thèses de Koraïs.
Parties du discoursArticolo, nome, aggettivo, aggettivo relativo, pronome, verbo, avverbio, preposizione, conjunzione, interposto.
Innovations term.On voit apparaître des innovations terminologiques, influencées par la terminologie et la description de l'italien. Par exemple, sont rangés dans les adjectifs relatifs (aggettivi relativi) les pronoms αυτός, -ή, -ό [autos, -è, -o], εκείνος, -η, -ο [ekeinos, -è, -o], ετούτος, -η, -ο [etoutos, -è, -o]; dans les adjectifs conjonctifs (aggettivi conjuntivi), les pronoms ο οποίος, -α, -ο [o opoios, -a, -o], l'indéclinable οπού [opou] et le mot déclinable ποίος, -α, -ο [poios, -a, -o]. Sont considérés comme pronoms par excellence: καθένας, καθείς, καθεμιά [kathenas, katheis, kathemia], et l'«article» quand il fonctionne comme pronom, e.g. τον είδα [ton eida]. Également, pour des participes comme κατατρέχωντας [katatrechôntas], παρηγορώντας [parêgorôntas], on parle de «participe invariable» (participio invariabile).
Corpus illustratifLes exemples cités sont du grec moderne, avec des influences des démoticistes de l'Heptanèse, ainsi que de l'idiome de l'Heptanèse, e.g. adelfè/adelfades, to stèthi/tou stèthiou, niotè, ôraiotè, grafades, Èpirôtides. Parmi les exemples cités dans la Syntaxe (p. 62) apparaissent des vers de l'«Hymne à la Liberté» de Solomos, mais aussi des vers d'A. Christopoulos (p. 68). Dans le Discours sur la métrique, les différentes formes métriques néo-grecques sont illustrées sur des exemples de Solomos, Vilaras, Christopoulos.
Indications compl.
Influence subieGrassetti a clairement subi l'influence de Dante, s'agissant de la valeur de la langue vulgaire (volgare), et il s'efforce d'appliquer au cas du grec ce qui valait pour l'italien de Dante. Dans l'Avant-Propos de sa Grammaire, il fait expressément référence à Dante. Parmi les auteurs récents, il subit l'influence de Vilaras et d'A. Christopoulos. En plus, vivant dans l'Heptanèse, il appartient au cercle de Solomos et il est influencé par les vues de Heptanèsiotes qui soutiennent la démotique. Il connaît, par ailleurs (voir n., p. 73 de l'ouvrage), David 1827 (2e éd.) et Schinas 1829.
Influence exercéePas d'influence visible de la Grammaire sur celles qui furent écrites ensuite, au moins par des Italiens. Alors que la Grammaire de Grassetti, en s'appliquant à la démotique, est en avance sur son temps les manuels qui ont suivi, au 19e et au début du 20e s. – au moins ceux qui sont écrits par des Italiens – contiennent des formes archaïques du grec.
Renvois bibliographiques→ Références
Asdrachas S. 1976; David J. 1827; Dimogerontakis V. E. 2007; Georgala-Priovolou S. 1989; Schinas M. 1829
Rédacteur

Giannoulopoulou, Gianna · Lallot, Jean (trad.)

Création ou mise à jour2016-07