CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Ars grammatica

Victorinus

DomaineTradition occidentale: grec et latin
SecteurGrammaires latines antiques [1204]
Liens

CGL

Auteur(s)

Victorinus

Variantes: Gaius Marius Victorinus

Datation: ca 281-291 - après 363

Grammairien latin de l'Antiquité. Originaire d'Afrique où il a peut-être enseigné la grammaire avant 350; titulaire de la chaire publique de rhétorique à Rome sous Constance. En 354, on lui élève une statue au Forum de Trajan; il se convertit au christianisme sur le tard et démissionne en 362 (édit de Julien interdisant l'enseignement aux chrétiens). Il est l'auteur de nombreux ouvrages de grammaire, de rhétorique et de logique et on lui doit une vaste entreprise de traduction d'ouvrages grecs.

Titre de l'ouvrageMarii Victorini ars grammatica
Titre traduitGrammaire de Marius Victorinus
Titre courtArs grammatica
Remarques sur le titre
Période|4e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire scolaire élémentaire, sous la forme questions/réponses.
Type indexéGrammaire didactique
Édition originaleDate de composition: début du 4e s. p.C.
Édition utiliséeMariotti, Italo ed. Marii Victorini ars grammatica. Introduzione, testo critico e commento a cura di I. M., 1967, Firenze, F. Le Monnier, p. 65-95
Volumétriein 8°, IX + 262 pages [mais le texte latin occupe seulement 30 pages].
Nombre de signes45000
Reproduction moderneMariotti, Italo ed. Marii Victorini ars grammatica. Introduzione, testo critico e commento, 1967, Firenze, F. Le Monnier. En outre, l'édition précédente, par Heinrich Keil (Grammatici Latini, vol. 6, 1874, Leipzig, Teubner p. 3-31,16), a été rééditée: Hildesheim, Olms, 1961.
DiffusionManuscrits Vaticanus Palatinus Latinus 1753, Parisinus Latinus 7539, Valentianus 395 (tous du 9e s.) + cinq manuscrits humanistes contenant des extraits; editio princeps: a) du chap.4 de orthographia par Ioannes Sichardus, Bâle, 1527; b) du texte entier par Ioachimus Camerarius, Tübingen, 1537; H. van Putschen (Putschius), Grammaticae Latinae auctores antiqui, Hanau, 1605, p. 2449-2475.
Langues ciblesLatin
MétalangueLatin
Langue des exemplesLatin, Grec
Sommaire de l'ouvrageSeuls les chapitres suivants sont conservés: 1, sur l'ars et sur la grammaire, ayant un caractère définitoire; 2, de uoce, ayant les mêmes caractéristiques que le chapitre précédent; 3, de litteris, où le sujet, après une introduction et un exposé synthétique, fait l'objet d'un examen plus approfondi; 4, de orthographia, très ample et plutôt hétéroclite; 5, de syllabis, assez décousu, avec une partie principale suivie par la reprise de la question des syllabes longues positione et communes. L'insertion du chapitre de orthographia ne trouve pas de parallèle dans les autres artes, des traités spécifiques étant normalement consacrés à ce sujet. Un passage du commentaire au De inuentione cicéronien écrit par le même Marius Victorinus (p. 239,4-16 Halm) semble faire allusion à une partie terminale de son ars consacrée aux uitia uirtutesque du discours.
Objectif de l'auteurCet ouvrage est conçu pour l'école: Marius Victorinus s'adresse souvent à ses étudiants, dont il discute les erreurs les plus fréquents. La présence du chapitre de orthographia s'explique par le souci d'apprendre aux élèves comment corriger (emendare) les manuscrits et comment mettre la ponctuation (distinguere).
Intérêt généralMême si le texte est écrit pour l'école, les parties introductives montrent un intérêt spécifique pour la technique de la définition ainsi que pour son arrière-plan logico-rhétorique. à ce sujet Marius Victorinus avait consacré son traité De definitionibus, une sorte d'excursus par rapport au commentaire inachevé aux Topica cicéroniens.
Parties du discoursCette partie de l'ars de Marius Victorinus n'est pas conservée.
Innovations term.Dans le chapitre sur la définition de la discipline, suivant un mouvement du général (ars) au particulier (grammatica), Marius Victorinus puise dans son commentaire aux Catégories d'Aristote et donne l'équivalent latin de nombreux termes logico-rhétoriques grecs.
Corpus illustratifLes exemples sont surtout tirés de Virgile, mais il y a aussi des citations et des paraphrases de nombreux auteurs grecs et latins qui ne faisaient pas partie des lectures scolaires, comme Ariston d'Alexandrie, César Strabon, Démétrius de Phalère, Nigidius Figulus, Simonide.
Indications compl.Keil publie quatre autres traités sous le nom de Maximus Victorinus:
a) p. 187-205 Ars Victorini grammatici;
b) p. 206-215 Ars Palaemonis de metrica institutione (couramment Victorini de metris et de hexametro);
c) p. 216-228 Maximi Victorini de ratione metrorum commentarius;
d) p. 229-239 De finalibus metrorum.
Même si b) a des affinités avec la grammaire de Marius Victorinus, du fait que cet auteur ne s'est pas intéressé à la métrique, il n'est pas possible de le lui attribuer. Vu qu' a) appartient au même auteur que b), il n'est pas non plus possible de lui attribuer a). Dans certains manuscrits ainsi que dans l'édition Keil (GL 6, 31, 17-173 + 174-184 traité sur les mètres horatiens), un autre traité de métrique se trouve attaché à l'ars de Marius Victorinus: son auteur est un certain Aelius Festus Aphtonius, autrement inconnu, dont le nom apparaît dans l'explicit du 4e livre (173,32). Du fait que Rufin (GL 6, 554-578) attribue à Marius Victorinus des passages d'Aphtonius, l'ars de Marius Victorinus était soudée au De metris omnibus d'Aphtonius déjà à la fin du 5e s.
Influence subieMarius Victorinus ne cite pas d'autorités, mais il suit certainement un modèle. Le texte parallèle d'Audax (parfois identique à la lettre) et des coïncidences avec Diomède montrent qu'il utilise principalement des extraits de Vélius Longus et de Terentius Scaurus. Ses définitions des unités phonico-gaphiques et des syllabes, ainsi que son chapitre orthographique, présupposent la connaissance d'Apollonius Dyscole.
Influence exercéeLes humanistes découvrirent seule la partie de orthographia de l'ars de Marius Victorinus: ces excerpta, représentant tout le Marius Victorinus disponible au 15e s., furent beaucoup utilisés – à partir de l'Orthographia de Gasparino Barzizza (1470/1471) – par les restaurateurs de la graphie classique.
Renvois bibliographiques→ Références
Dahlmann H. 1970; De Nonno M. 1988; Hadot P. 1971; Herzog R. & Lebrecht Schmidt P. 1993 {§ 522.2, p. 122-125, et § 564 B a1, p. 392}; Jeep L. 1893; Kaster R. A. 1988 {n° 190, Audax, p. 386, et n° 273, Victorinus, p. 437}; Marius Victorinus 1967 {I. Mariotti éd.}; Petrilli R. 2009; Schanz M. & Hosius C. 1914 {4/1, p. 153}; Wessner P. 1930
Rédacteur

Garcea, Alessandro

Création ou mise à jour2004 | 1998