CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Artis grammaticae

Diomède

DomaineTradition occidentale: grec et latin
SecteurGrammaires latines antiques [1207]
Liens

CGL

Auteur(s)

Diomède

Variantes: Diomedes

Datation: 4e s. p.C.

Grammairien latin de l'Antiquité. Personnage sur lequel on n'a aucune information. Vu son nom, il est sans doute de langue maternelle grecque, comme le dédicataire de son Ars, un certain Athanasius, et on peut le situer dans la partie orientale de l'Empire romain, à un moment où l'enseignement du latin y rencontre un certain succès (après la création de Constantinople, en 330).

Titre de l'ouvrageDiomedis artis grammaticae libri III
Titre traduitDiomède, Grammaire en trois livres
Titre courtArtis grammaticae
Remarques sur le titre
Période|4e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire proposant une progression graduée à un public hellénophone.
Type indexéGrammaire didactique | Grammaire pour étrangers
Édition originaleDate de composition: fin du 4e s. p.C.
Édition utiliséeEd. Heinrich Keil, Grammatici Latini, Leipzig, Teubner, vol. 1, 1857, p. 297-529].
VolumétrieFormat in-8°, 233 pages.
Nombre de signes650000
Reproduction moderneRééd. H. Keil, Grammatici Latini, vol. 1, 1961, Hildesheim, Olms.
DiffusionImportante diffusion manuscrite (nombreux manuscrits conservés, qui descendent tous d'une copie faite par Adam de Masmünster pour Charlemagne, en 780; traces de manuscrits perdus); édition princeps, ca. 1475 (Nicolas Ienson, Venise); nombreuses éditions humanistes; H. von Putschen (Putschius), Grammaticae Latinae auctores antiqui, Hanau, 1605, p. 273-528; T. Gaisford, Scriptores Latini rei metricae, Oxford, 1837, p. 422-524 [éd. du livre III].
Langues ciblesLatin
MétalangueLatin
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageDédicace à Athanasius (p. 299). Livre I: étude des parties du discours (p. 300-419): généralités (p. 300), le nom, première approche (p. 301-320), nom (p. 320-328), pronom (p. 329-333), verbe (p. 334-401), participe (p. 401-403), adverbe (p. 403-408), préposition (p. 408-415), conjonction (p. 415-418), interjection (p. 419). Livre II: éléments de "phonétique" et de "stylistique", correspondant à la lecture (p. 420-439) et à l'explication de texte (p. 439-472). Livre III: esquisse de poétique (p. 473-492) et métrique détaillée (p. 492-529): analyse des mètres (p. 502-518), métrique d'Horace (p. 518-529).
Objectif de l'auteurL'auteur vise à concentrer en trois livres progressifs, unissant brièveté et complétude, la science du langage mise au point par l'habileté humaine (Dédicace); l'ordre des trois livres est censé correspondre à l'âge des lecteurs, allant du plus simple (apprentissage des paradigmes) au plus complexe (métrique horatienne).
Intérêt généralL'Ars de Diomède est une des premières grammaires latines conservées. C'est une compilation et une mosaïque de sources plus anciennes. Elle est probablement écrite pour un public qui a le grec comme langue maternelle, d'où la minutie de l'apprentissage des flexions dans le livre I et, en général, la constante référence au grec.
Parties du discoursLe livre I tout entier est consacré aux parties du discours, avec un traitement particulièrement détaillé du verbe et un grand souci de donner tous les modèles de déclinaisons et conjugaisons.
Innovations term.Il est peu probable que Diomède cherche les innovations terminologiques: il utilise la terminologie traditionnelle comme allant de soi et se contente de signaler à l'occasion les écarts de certains auteurs (le "sixième cas" de Varron pour l'ablatif, ou l'appellatio de Scaurus comme variante du nomen).
Corpus illustratifTrès nombreux exemples, empruntés surtout aux auteurs scolaires, Virgile, Térence, Cicéron, mais aussi à des auteurs archaïques et, à l'occasion et dans une perspective de comparaison, à des auteurs grecs.
Indications compl.Au milieu de matériaux traditionnels, la grammaire de Diomède préserve quelques raretés, un De coniunctione temporum [la jonction des temps] et un De consensu uerborum cum casibus [l'accord des verbes et des cas] qui ne se retrouvent que partiellement chez Charisius et qui témoignent d'une esquisse de syntaxe antérieure; au livre III, le De poematibus [sur les poèmes] est un des rares exposés en latin sur les genres littéraires, exposé qui peut avoir conservé quelque chose d'un ouvrage de Varron, éventuellement à travers Suétone.
Influence subieDiomède mentionne plusieurs de ses prédécesseurs, Scaurus, Varron, plus rarement Palémon ou "Probus", mais cela n'implique nullement qu'il connaisse leurs travaux de première main. Il ne revendique explicitement aucun modèle, mais sa grammaire s'inscrit implicitement dans une tradition, celle des grammaires de Charisius et Dosithée (écrites comme elle pour un public qui a le grec pour langue maternelle) rédigées à partir de la grammaire (perdue) de Cominianus (milieu du 4e s.) qui devait elle-même se fonder sur des extraits de Scaurus (2e s.) et de Palémon (1er s.). On estime généralement que Diomède a aussi utilisé directement Charisius, peut-être même Donat (?). La partie métrique, beaucoup plus développée qu'à l'ordinaire, doit beaucoup à Terentianus Maurus.
Influence exercéeLa grammaire de Diomède est une des plus influentes. Elle est connue en tout ou en partie par Consentius, Pompeius, Priscien, les scolies de Virgile, et elle rayonne dans le Haut Moyen Age (Boniface, Tatuinus, commentaires de Donat).
Renvois bibliographiques→ Références
Baratin M. 1989; Baratin M. 2009; Barwick K. 1922; Codoñer C. 2000; Dammer R. 2001; Del Castillo Herrera M. 1989; Del Castillo Herrera M. 1990; Desbordes F. 2000; Goetz G. 1903; Herzog R. & Lebrecht Schmidt P. 1993 {§ 524, p. 150-154}; Holtz L. 1981; Jeep L. 1893; Jones A. H., Martindale J. R. & Morris J. 1971 {vol. 1, p. 257}; Kaster R. A. 1988 {n° 47, p. 270-272}; Schanz M. & Hosius C. 1914 {4/1, p. 169-172}; Tolkiehn J. 1910
Rédacteur

Desbordes, Françoise

Création ou mise à jour2001 | 1998