CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Grammatica Philosophica

Schoppe, Caspar

DomaineTradition occidentale: grec et latin
SecteurGrammaires latines humanistes [1256]
Auteur(s)

Schoppe, Caspar

Variantes: Variante: Scioppius. Pseudonymes: Grosippus, Pascacius; Mariangelus a Fano.

Datation: 1576-1649

Philologue et diplomate allemand, né à Burgtreswitz, Haut-Palatinat, mort à Padoue. Formé dans les écoles calvinistes du Haut-Palatinat, Schoppe étudie le droit successivement à Heidelberg, Altdorf et Ingolstadt, avant de revenir à Altdrorf où il obtient le grade de docteur. Ayant effectué un séjour en Italie, il se rend à Prague (où se tenait la cour de l'Empereur) et se convertit au catholicisme en juillet 1598. Il effectue ensuite diverses missions au service du Pape et de l'Empereur, puis ouvre à Milan une école de latin qui connut une grande renommée. Les nombreuses inimitiés que lui avait values sa plume peu amène le contraignirent à passer les dernières années de sa vie dans une quasi-retraite à Padoue, où il commenta l'Apocalypse.

Titre de l'ouvrageGasperis Scioppii Grammatica Philosophica, non modò Tironibus linguae latinae ad artem illam unô trimestri perfectè addiscendam, sed & Latinè doctissimis ad reddendam eorum rationem, quae legunt aut scribunt, in primis utilis, vel necessaria
Titre traduitGrammaire philosophique particulièrement utile et même indispensable non seulement aux débutants en latin pour en apprendre parfaitement l'art en un trimestre, mais également aux personnes connaissant très bien le latin, pour leur donner la raison des tours qu'elles lisent ou écrivent, par Caspar Schoppe
Titre courtGrammatica Philosophica
Remarques sur le titre
Période|17e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire philosophique particulièrement utile et même indispensable non seulement aux débutants en latin pour en apprendre parfaitement l'art en un trimestre, mais également aux personnes connaissant très bien le latin, pour leur donner la raison des tours qu'elles lisent ou écrivent, par Caspar Schoppe
Type indexéGrammaire théorique
Édition originale1628, Milan, J. B. Bidellius.
Édition utilisée1664, Amsterdam, J. Pluymer.
Volumétrie[44] + 224 pages.; tableaux récapitulatifs; nombre de caractères par page: env. 1 580.
Nombre de signes420000
Reproduction moderneEdition dans la thèse de C. Lecointre (non publiée)
Diffusion1628, Milan, J. B. Bidellius; 1659, Amsterdam, J. Pluymer; 1664, Amsterdam, J. Pluymer; 1671, Gera, G. H. Müller; 1685, Amsterdam, G. Schagen; 1704, Franeker, F. Halma; 1712, Augsbourg. P. Kühtze; 1728, Venise, L. Basilius.
Langues ciblesLatin
MétalangueLatin
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageLettre dédicatoire de J. Pluymer à T. Hogersius; index des livres de C. Schoppe; De l'origine, de la dignité et de l'utilité de l'ancienne et de la nouvelle grammaire latine. Devoir du maître (4 maximes), de l'élève (7 maximes). Comparaison de la grammaire de cloaque et de la grammaire sanctienne. 16 tableaux résumant le contenu de la grammaire. Douze maximes ou règles fondamentales de la syntaxe latine. Fondements de la grammaire latine (p. 1). Étymologie (p. 4): nom, verbe, participe, préposition, adverbe, conjonction, interjection; règles générales du genre des noms; déclinaison des noms; règles des prétérits et supins des verbes. Prosodie: règles de la quantité des syllabes (p. 26). Syntaxe ou construction (p. 26): syntaxe régulière: concordance et rection du nom et du verbe; syntaxe des autres classes de mots; syntaxe irrégulière ou figurée (p. 59): pléonasme, ellipse, zeugma, syllepse, hyperbate, hellénisme ou grécisme. Remarques: sur l'étymologie (p. 101): nom, verbe, préposition, adverbe, genre des noms (p. 122), déclinaisons (p. 130); sur la syntaxe (p. 138): noms verbaux (p. 150), accord, syntaxe des prépositions. Supplément aux remarques (p. 162). Orthoépie, ou prononciation correcte des lettres latines (p. 166): voyelles simples, composées (diphtongues, triphtongues); consonnes simples (p. 186), doubles; accent (p. 209); euphonie (p. 214). Traité de l'ancienne écriture des Romains, par F. Silburgius (p. 218).
Objectif de l'auteurProposer une grammaire qui puisse d'une part mettre la réflexion théorique au service de la pédagogie et d'autre part rendre raison de l'usage.
Intérêt généralGrammaire qui fonde le raisonnement linguistique sur la réflexion philosophique (ontologie). Elle montre comment les tournures d'usage sont des raccourcis par rapport à une pensée qui pourrait être formulée de manière totalement déployée.
Parties du discoursTraitement des parties du discours dans le sillage de la tradition (mais, comme chez Sanctius, absence d'une classe pronominale), définitions formelles, mais qui n'excluent pas le recours à la sémantique.
Innovations term.Peu nombreuses (mais emploi spécifique d'appositum par référence à sa position par rapport au verbe; opposition entre "vraie" et "fausse rection").
Corpus illustratifTrès nombreux exemples (citations d'auteurs en grande partie reprises à Sanctius).
Indications compl.L'ouvrage présente des conceptions intéressantes en matière de pédagogie et d'épistémologie. La figure est conçue comme lieu d'articulation entre structure et usage.
Influence subieL'ouvrage de référence est essentiellement la Minerve de Sanctius dont Schoppe donne une édition annotée; Schoppe renvoie aussi l'élève à Álvares pour les prétérits et supins et la quantité des syllabes; plus généralement l'ouvrage s'inscrit dans toute la tradition latine, avec une mention particulière pour Linacre, Melanchthon, Scaliger, Ramus.
Influence exercéeSur Lancelot et Arnauld (Nouvelle Méthode latine, Grammaire générale et raisonnée), Du Marsais, Beauzée (le nom de Scioppius est cité dans 9 des articles qu'ils ont écrits pour l'Encyclopédie de Diderot).
Renvois bibliographiques→ Références
Chevalier J.-C. 1968 {p. 357-366}; Colombat B. 1993 {p. 251-260}; Colombat B. 1999; Lecointre C. 1983; Lecointre C. 1993; Magnien M. 1993; Padley G. A. 1976 {p. 111-117}
Rédacteur

Lecointre, Claire

Création ou mise à jour1999 | 1998