CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Quantes parties d'oraison sont?

Donat

DomaineGrammaires françaises, remarques et traités sur la langue française
SecteurGrammaires françaises des 13e-15e s. [2101]
Liens

Classiques Garnier Numérique – Corpus des grammaires françaises de la Renaissance (en accès limité)

Auteur(s)

Donat

Variantes: Aelius Donatus

Datation: 4e s. p.C.

Grammairien latin de l'Antiquité. Peut-être né vers 310 et peut-être d'origine africaine, il devint vers 354 professeur à Rome, où il eut pour élève Jérôme. Son renom est attesté par son titre de clarissime et sa promotion au rang de professeur de rhétorique. Son Ars grammatica paraît avoir précédé ses deux Commentaires, sur Virgile et sur Térence.

Adaptateur(s)

Traducteurs français anonymes

Datation: Entre le 13e et le 15e s.

Titre de l'ouvrageQuantes parties d'oraison sont?
Titre traduitCombien y a-t-il de parties du discours?
Titre courtQuantes parties d'oraison sont?
Remarques sur le titrePas de titre [traductions françaises de l'Ars minor de Donat]. Incipit: Quantes parties d'oraison sont?
Période|13e s.|14e s.|15e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire catéchétique du latin en prose française.
Type indexéGrammaire didactique
Édition originaleBerne, Bürgerbibliothek, ms. 439 (fin 13e s.), f. 76r°a-77v°b
Édition utiliséeColombo Timelli, Maria (1996) Traductions françaises de l'Ars minor de Donat au Moyen Âge (XIIIe-XVe siècles), Firenze, La Nuova Italia. L'édition utilisée (p.138-230) ressemble 8 manuscrits + 2 incunables: B: Berne, Bürgerbibliothek, ms. 439 (fin 13e s.), f. 76r°a-77v°b; P1: Paris, B.N., ms. lat. 14 095 (14e s.), f. 8v°-11v°; M1: Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 3794 (14e s.), f. 22r°a-29r°a; M2: Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 3794 (14e s.), f. 41r°b-52r°b; V: Biblioteca Apostolica Vaticana, ms. Vat. lat. 1479 (14e s.), f. 4r°a-6r°b; S: Salins, Bibliothèque Municipale, ms. 44 (15e s.), f. 162v°-164r°; P2: Paris, B.N., ms. naf. 1120 (1420-1440), f. 474v°b-477v°b; P3: Paris, B.N., ms. naf. 4690 (1488), f. 1r°-10r°; U: Bibliothèque de l'Université d'Utrecht, incunable B.qu.66 (1460-70), f. 1-2, 7-8 non chiffrés; A: Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, incunable 047 (fin 15e s.), f. b5v°-b8v°.
Volumétrie93 pages pour l'ensemble des éditions. Selon le manuscrit ou l'édition, le texte comporte de 15 000 env. (B) à 47 000 env. (M2).
Nombre de signes
Reproduction moderneÉditions critiques: Baebler 1885 (p. 200-201: éd. partielle de B); Colombo Timelli 1988 (éd. de P1), 1990a (éd. de P2), 1990b (éd. de P3), 1992 (éd. de U), 1995 (éd. de A), 1996 (édition complète des 10 versions françaises); Heinimann 1966 (éd. de M1); Merrilees & Dalzell 1990b (éd. de V); Städtler 1988 (éd. de B, P1, M1, M2, S); Thomson 1984 (éd. des traductions anglaises); Thurot 1868 (éd. fragmentaire de P1, M1, M2). L'ars minor de Donat – traduction française reproduite en fac-simile d'après l'incunable unique de la Bibliothèque de l'Université d'Utrecht et publiée par Léon Dorez, Paris, Picard, 1890 (fac-simile de U).
DiffusionAu moins 8 manuscrits et 2 éditions avant 1500 (étudiés dans la présente notice).
Langues ciblesLatin
MétalangueFrançais; alternance du français avec le latin in: B, M1, M2, P3
Langue des exemplesLatin, français, latin + traduction française
Sommaire de l'ouvrage(1) Traduction de l'Ars minor de Donat: exposé des "parties d'oraison" et de leurs "accidents" ("les choses qui leur adviennent/affierent/eschient").
(2) Suppressions dans toutes les traductions françaises des éléments suivants: déclinaisons du nom par genre; paradigmes des pronoms et liste des pronoms composés; conjugaison complète de lego; listes des adverbes selon leurs "significationes"; déclinaison complète du participe legens, lectus, lecturus, legendus; listes des conjonctions selon leurs valeurs ("potestates") (M1 les conserve, M2 et U partiellement); listes des prépositions selon le régime (M1 les conserve; M2, V, P2, P3, U, A partiellement).
(3) Ajouts et compléments divers dans les différentes traductions: (a) ajouts de niveau élémentaire (en français): les cinq déclinaisons latines du nom et les quatre du pronom (dans toutes les traductions sauf S, dont le texte est incomplet); B, P1, M1, V, P2, A, placent ces ajouts à la fin du traité, alors que M2, P3, U, les insèrent dans les chapitres du nom et du pronom; (b) ajouts de niveau avancé: deux chapitres sur la déclinaison des patronymes et des noms grecs complètent le chapitre du nom dans B, M1, M2, V. Dans B et M1 on relève deux versions du paragraphe sur les patronymes: l'une en latin et l'autre en français; la version française ne traduit pas la latine. Le traité sur les déclinaisons grecques est rédigé en latin dans B, M1, en français dans M2, V. Dans B, M1, V, ces ajouts se trouvent à la fin de la traduction de l'Ars minor; dans M2, ils sont intégrés au chapitre du nom; (c) ajouts morpho-syntaxiques divers (rectio et congruitas). Régime des parties du discours: dans toutes les traductions sauf P3 et A. Régime des cas et accords: dans M2, P2, P3, U; (d) analyse grammaticale: S, P3, ajoutent à chaque définition donatienne un questionnaire (en français S, en latin P3) qui semble reprendre le schéma des "parsing grammars"; (e) autres ajouts: distinction entre parties variables et invariables (toutes les traductions sauf B); nombre et liste des pronoms (sauf B, S, U); adverbes de lieu (sauf S). (Pour d'autres ajouts, plus menus, voir Colombo Timelli 1996, chap. 2).
Objectif de l'auteurObjectif des traducteurs: adapter le manuel élémentaire de Donat à la nouvelle situation linguistique des élèves, pour lesquels le latin constitue une langue étrangère dont il s'agit d'apprendre les structures en même temps que le modèle grammatical de classification.
Intérêt général(a) premières applications au français du système morphologique du latin: l'introduction à la morphologie du latin montre que souvent le français constitue la langue de référence pour maîtres et élèves; (b) témoignages de la création d'une métalangue grammaticale en français; (c) témoignage écrit de l'emploi de la langue vulgaire dans l'enseignement élémentaire du latin.
Parties du discoursa) la question de l'article: on a recours à la notion d'article, représenté en latin par l'adjectif démonstratif hic, pour illustrer les cinq genres des noms latins (M2, V, S, P3); l'article français est introduit dans les déclinaisons du nom (toutes les traductions sauf B, V): "magister, le maistre, magistri, du maistre" etc.; P3 met en rapport direct l'article français avec la déclinaison latine (cf. Donait françois): "Qu'est le sens du nominati? Le, la, les. Du geniti? De, du, des" etc.; (b) déclinaison nominale: le système des cas est appliqué tel quel au français; P1, M1, M2, P2, U, A, ne donnent que l'exemple en français pour illustrer la déclinaison latine: "le nominatif le maistre, le genitif du maistre" etc.
Innovations term.Premières tentatives d'application des catégories grammaticales du latin à une langue moderne; la création de la métalangue grammaticale en français se fait au moyen des mécanismes suivants: calque, calque sémantique, traduction étymologique.
Corpus illustratifExemples en latin: ils reproduisent ceux de Donat; exemples en latin + traduction française. Exemples en français: problématiques pour certaines catégories d'analyse (cf. ci-dessus l'exemple proposé pour la déclinaison du nom), ils impliquent d'une part que le français est aussi une langue "grammaticale", d'autre part que cette "grammaticalité" peut être pensée et clarifiée à l'aide des catégories de la grammaire du latin.
Indications compl.Ces traductions restent fondamentalement inspirées par le texte qu'elles traduisent, l'Ars minor de Donat, et sont à mettre en rapport avec la tradition parallèle du texte latin qui a reçu de son côté des adaptations (par ex. la Ianua). Mais elles présentent aussi des interpolations venant des traités de syntaxe en latin et/ou en français (cf. Quot modis et traductions françaises) ou ayant la forme de "vers" mnémotechniques tirés pour la plupart du Doctrinale d'Alexandre de Villedieu et du Graecismus d'Évrard de Béthune.
Influence subieCes traductions restent fondamentalement inspirées par le texte qu'elles traduisent, l'Ars minor de Donat, et sont à mettre en rapport avec la tradition parallèle du texte latin qui a reçu de son côté des adaptations (par ex. la Ianua). Mais elles présentent aussi des interpolations venant des traités de syntaxe en latin et/ou en français (cf. Quot modis et traductions françaises) ou ayant la forme de "vers" mnémotechniques tirés pour la plupart du Doctrinale d'Alexandre de Villedieu et du Graecismus d'Évrard de Béthune.
Influence exercéeDifficile à établir, vu la diffusion parallèle du texte latin et des traductions françaises. Traductions françaises à mettre en rapport avec les traductions anglaises.
Renvois bibliographiques→ Références
Bursill-Hall G. L. 1981; Colombo Timelli M. 1998; Heinimann S. 1963; Holtz L. 1981; Merrilees B. 1986; Merrilees B. 1990; Merrilees B. & Dalzell A. 1990; Rosier I. 1995; Schmitt W. O. 1969; Swiggers P. 1991; Thomson D. 1979
Rédacteur

Colombo Timelli, Maria

Création ou mise à jour1998