CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

In linguam Gallicam Isagωge

Sylvius, Jacobus Ambianus

DomaineGrammaires françaises, remarques et traités sur la langue française
SecteurGrammaires françaises du 16e s. [2203]
Liens

Classiques Garnier Numérique – Corpus des grammaires françaises de la Renaissance (en accès limité)

Auteur(s)

Sylvius, Jacobus Ambianus

Variantes: Dubois, Jacques, d'Amiens

Datation: 1489 - 13 janvier 1555

Médecin et grammairien français. Médecin (docteur en 1530 seulement), professeur au collège de Tréguier, puis au collège royal; un des derniers défenseurs de l'anatomie galéniste. Auteur de commentaires sur Hippocrate et Galien; professeur de Vésale. Son Isagωge est un événement isolé dans sa carrière, sorte de cadeau de mariage à la reine Éléonore d'Autriche (1498-1558), sœur de Charles-Quint, que vient d'épouser François 1er (5 août 1530), et qui ne connaît pas le français.

Titre de l'ouvrageIacobi Syluii Ambiani in linguam Gallicam Isagωge, vnà cum eiusdem Grammatica Latino-gallica, ex Hebraeis, Graecis, & Latinis authoribus
Titre traduitIntroduction de Jacques Dubois, d'Amiens, à la langue française, avec, du même, une grammaire latino-française, d'après des auteurs hébreux, grecs et latins
Titre courtIn linguam Gallicam Isagωge
Remarques sur le titre
Période|16e s.|
Type de l'ouvrageGlossaire décrivant l'évolution du latin au français suivi d'une grammaire française en latin.
Type indexéGrammaire historique | Grammaire contrastive
Édition originale1531, Paris, Robert Estienne.
Édition utilisée1531, Paris, Robert Estienne.
VolumétrieIn-8°; [16] + 159 [+ 1] = 176 pages; 1650 signes par page.
Nombre de signes280000
Reproduction moderneFac-similé: Slatkine Reprints, Genève, 1971. Reproduction en fac-similé dans C. Demaizière éd. (1998), p. (20)-(194).
DiffusionUne seule édition ancienne.
Langues ciblesFrançais
MétalangueLatin
Langue des exemplesFrançais, latin, grec.
Sommaire de l'ouvrage[3-5]: A la reine Éléonore; [7-11]: Au lecteur; [12]: Errata; [13] liste des signes orthographiques utilisés; p. 1-89: Isagωge = introduction à la prononciation du français; 90-159: Grammaire proprement dite, selon l'ordre des parties du discours: 90-105: nom; 105-113: pronom; 113-139: verbe; 140-149: adverbe; 150-151: participe; 152-154: conjonction; 154-159: préposition; 159: interjection.
Objectif de l'auteurMontrer que le français est dérivé du latin, et que le dialecte picard est le moins mauvais des dialectes possibles; le français est donc analysable en suivant le cadre de la grammaire de Donat.
Intérêt généralL'Isagωge a un intérêt pour l'histoire de la phonétique historique et de l'étymologie; la Grammatica Latino-gallica est la première grammaire du français écrite en France par un Français, sans doute très largement "latinocentrique", mais donnant une analyse intéressante du rôle de l'article et de la préposition alors même que Sylvius les considère comme marques de cas.
Parties du discoursReprise de la tradition de Donat; refus de traiter l'article comme une partie du discours; reprise des termes désignant les accidents (qualitas, species, figura, casus, declinatio, etc.).
Innovations term.En dehors de la terminologie latine issue de Donat, les quelque 20 termes français mentionnés (parties du discours et principaux accidents) sont déjà dans la tradition des Donat français.
Corpus illustratifAllusions à des exemples littéraires latins et grecs à travers les grammairiens latins; pour le français, exemples tirés de l'usage oral parisien ou picard.
Indications compl.Sylvius est l'initiateur de l'utilisation de l'apostrophe, du tréma et de l'accent circonflexe (qu'il place l'un et l'autre à cheval sur deux voyelles) et il propose un certain nombre de diacritiques qu'il a pris soin d'appliquer à l'ensemble de son livre (Catach 1968,p. 39-41).
Influence subieDans sa Préface, dans la première page de l'Isagωge, et au début du chapitre du verbe de la Grammatica, Sylvius cite les grammairiens latins (Probus, Marcellus, Varron, Diomède, Donat, Servius, Martianus Capella et Priscien), et les humanistes (Budé, Érasme, Perotti, Calepino, Alde Manuce et Nebrija) [plus Fabius, Niger, et Joannes Pierius Valerianus]. L'ouvrage s'inscrit dans la tradition des Donat français.
Influence exercéeSur toutes les premières grammaires du français, Meigret (1550), Robert Estienne (1557), mais surtout Ramus (1562).
Renvois bibliographiques→ Références
Baddeley S. 1993; Catach N. 1968; Chevalier J.-C. 1968 {p. 98-126}; Demaizière C. 1987 {p. 311-325}; Demaizière C. (éd.) 1998; Demaizière C. (éd.) 2003; Demaizière C. 2008; Glatigny M. 1987; Julien J. & Colombat B. 2009; Padley G. A. 1988 {p. 331-334}
Rédacteur

Julien, Jacques

Création ou mise à jour1998