CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Traicté de la conformité du language François avec le Grec

Estienne, Henri

DomaineGrammaires françaises, remarques et traités sur la langue française
SecteurGrammaires françaises du 16e s. [2219]
Liens

Bibliothèques virtuelles humanistes (éd. 1565)

e-rara (éd. 1565)

Google Livres (éd. 1565)

Google Livres (éd. 1569)

Auteur(s)

Estienne, Henri

Variantes: Estiene

Datation: ca 1528/1531-1598

Né à Paris, Henri Estienne apprend le grec et le latin dès son enfance et est formé à l'édition de textes anciens par son père, Robert Estienne. De 1549 à 1552, il séjourne en Italie où il collationne des manuscrits. Il rejoint ensuite son père installé à Genève depuis 1550 et prépare avec lui de nombreuses éditions d'auteurs classiques ainsi que les dictionnaires latins. En 1558, il fonde à Genève sa propre maison d'édition qu'il fusionnera avec celle de son père après la mort de celui-ci en 1559. Il publie les œuvres d'Eschyle, Pindare, Sextus Empiricus, Thucydide, Hérodote, Diogène Laërce, Plutarque, Platon, Varron, Horace, Virgile, Théocrite, Pline le Jeune, Aulu-Gelle et Macrobe, ainsi que le Thesaurus Graecae linguae (1572). Henri Estienne semble avoir pu circuler assez librement entre la France, la Suisse, l'Italie et l'Allemagne. Mais son Traité préparatif à l'apologie pour Hérodote (1566) lui valut l'hostilité des Parisiens et la censure du Conseil de Genève. Estienne a voyagé constamment, surtout dans le but de vendre ses livres dans les foires annuelles comme celles de Lyon et de Francfort. Il a souvent séjourné en Allemagne, où il avait de nombreux correspondants et protecteurs, et à Paris où il s'occupait toujours de l'imprimerie familiale. Ses deux principaux soutiens financiers ont été Ulrich Fugger et Henri III. Son fils Paul lui succéda à Genève, et l'une de ses deux filles, Florence, était mariée à Isaac Casaubon. Henri Estienne est mort à Lyon en 1598. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages en français et en latin touchant les langues, entre autres Traicté de la conformité du langage françois avec le grec (1565), De latinitate falso suspecta (1576) et Précellence du langage françois (1579), dans lesquels il compare le français au latin, au grec et à l'italien. À partir de 1570, il s'intéresse à la pratique du latin vivant et en critique l'enseignement dans des pamphlets. Il fait la promotion de la connaissance du français et de son enseignement, et se moque de la mode italianisante. Il traduit en latin la grammaire de Robert Estienne, et compose plusieurs ouvrages sur le français parmi lesquels on peut citer Deux Dialogues du nouveau langage françois italianizé (ca 1579), Hypomneses de Gallica lingua (1582), Les prémices, ou le premier livre des proverbes épigrammatisés (1595).

Titre de l'ouvrageTraicté de la conformité du language François avec le Grec, Divisé en trois livres, dont les deux premiers traictent des manieres de parler conformes: le troisieme contient plusieurs mots François, les uns pris du Grec entierement, les autres en partie: c'est à dire, en ayant retenu quelques lettres par lesquelles on peut remarquer leur etymologie. Avec une préface remonstrant quelque partie du desordre & abus qui se commet aujourd'huy en l'usage de la langue Françoise. En ce Traicté sont descouverts quelques secrets tant de la langue Grecque que de la Françoise: duquel l'auteur et imprimeur esr Henri Estiene, fils de feu Robert Estiene
Titre traduit
Titre courtTraicté de la conformité du language François avec le Grec
Remarques sur le titre
Période|16e s.|
Type de l'ouvrageTraité sur les ressemblances structurales et sémantiques entre grec et français, et dans une moindre mesure, latin. L'ouvrage étant en français, il s'adresse à un public parlant français, ayant une connaissance avancée des langues classiques et s'intéressant à l'analyse linguistique.
Type indexéObservations sur la langue | Comparatisme
Édition originale1565, Genève.
Édition utilisée1972, Genève: Slatkine Reprints. Reproduction du texte de l'édition originale, sans notes. Le volume contient aussi De Latinitate falso suspecta et Project di Livre intitulé de la Précellence de la langue Françoise.
VolumétrieIn-8°, pièces liminaires, 159 p.
Nombre de signes240800
Reproduction moderneEn fac-similé.
DiffusionDeux éditions au 16e siècle: [1565] [Genève]; 1569, Robert II Estienne ou Jacques Du Puis, Paris.
Langues ciblesFrançais
MétalangueFrançais
Langue des exemplesFrançais, latin et grec
Sommaire de l'ouvrageDédicace (n. p.). Préface (n. p.).
Livre I (p.1-99): Les parties du discours. Avertissement (1-3). Chapitre 1: le nom (3-29). Chapitre 2 (indiqué par erreur 1): le pronom (30-47). Chapitre 3: le verbe (48-62). Chapitre 4: le participe (63-66). Chapitre 5: l'article (67-76). Chapitre 6: l'adverbe (77-88). Chapitre 7: la préposition (89-94). Chapitre 8: la conjonction (95-99).
Livre II (100-130): «Manieres de parler». Avertissement (100). Chapitre 1: étude de mots (100-108). Chapitre 2: étude d'expressions (109-130).
Livre III (131-157): Emprunts au grec ou mots formés à partir du grec. Avertissement (131-137). Recueil alphabétique (138-157). Avertissement (138-139). Recueil proprement dit (140-157).
Postface Au lecteur (158-159).
Objectif de l'auteurDépasser Joachim Périon dans la comparaison du français et du grec. Montrer par une analyse très détaillée comment de nombreuses expressions françaises sont formées de façon semblable aux expressions équivalentes en grec, alors que le latin ne présente pas toujours les mêmes conformités. La notion de «conformité» permet de sortir du discours étymologique dans lequel Périon enfermait le sujet des similitudes entre grec et français. Estienne n'entend pas montrer que le français est issu du grec, mais qu'il lui ressemble, surtout dans les emplois qu'il appelle «extraordinaires», c'est-à-dire les sens seconds ou figurés. Certes, cet ouvrage donne au français ses «lettres de noblesse» et c'est bien un des objectifs déclarés d'Estienne. Mais s'adressant à un public savant, il poursuit surtout un objectif scientifique et il invente une grammaire et une stylistique comparée du français, du grec et du latin.
Intérêt généralPremier volet d'un ensemble de traités comparatifs qui comprendra aussi De latinitate falso suspecta expostulatio (1576) et Project du livre intitulé De la Précellence du language François (1579). Illustration scientifique de la langue française au 16e siècle. Histoire de la grammaire et des méthodes descriptives. Grammaire générale et raisonnée. Développement d'une approche comparative des langues. Traduction et stylistique comparée. Niveaux de langue et régionalismes.
Parties du discoursL'ouvrage présente 8 parties du discours, dont l'article, qui remplace l'interjection.
Innovations term.Emploi des termes «conformité» et «convenance» dans l'analyse de faits linguistiques. Emploi modéré de termes spécialisés, habituellement pour décrire des nuances de sens très subtiles (nominis accidentia, degré comparatif, positif, superlatif, locution, pronom primitif, relatif, gallicisme, wallonisme, nom verbal, nom quod est rei, non personae, etc.).
Corpus illustratifLes exemples, mots ou expressions, relèvent pour le français de la langue parlée de niveau courant, parfois populaire; pour le grec et le latin, du corpus des auteurs classiques, la plupart nommés ainsi que les titres des œuvres.
Indications compl.
Influence subieOutre les commentateurs classiques comme Varron, Cicéron, Quintilien, Aulu-Gelle, et les modernes comme Laurent Valla et Guillaume Budé, qui lui servent de modèles, Henri Estienne s'appuie sur les dictionnaires et éditions grecques de son père, Robert Estienne, ainsi que sur les Dialogorum de linguae Gallicae, eiusque cum Graeca cognatione libri quatuor de Joachim Périon (1555) qu'il cherche à dépasser.
Influence exercéeSur le Thresor de la langue françoise tant ancienne que moderne de Jean Nicot (1606); Ménage, Origines de la langue françoise (1650); Observations sur la langue françoise (1675).
Renvois bibliographiques→ Références
AA.VV. 1988; Chevalier J.-C. 2006; Chomarat J. (éd.) 1999; Clément L. 1899; Demaizière C. 2008 {[1983]}; Demerson G. & Jacquetin A. (éd.) 2003; Estienne H. 1565; Estienne H. 1566; Estienne H. 1576; Estienne H. 1578; Estienne H. 1579; Estienne R. 1582; Giard L. 2009; Nicot J. 1606; Trudeau D. 1992; Trudeau D. 2008
Rédacteur

Trudeau, Danielle

Création ou mise à jour2015-06