CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Essay d'une parfaite grammaire. Nouvelle et parfaite grammaire

Chiflet, Laurent

DomaineGrammaires françaises, remarques et traités sur la langue française
SecteurGrammaires françaises du 17e s. [2306]
Liens

Gallica (éd. 1669)

Gallica (6e éd., Cologne, Pierre le Grand, 1680)

Classiques Garnier Numérique – Corpus des grammaires françaises du XVIIe siècle (éd. 1659, en accès limité)

Auteur(s)

Chiflet, Laurent

Datation: 1598-1658

Grammairien français, originaire de Besançon.Il appartient à une famille illustre d'érudits, qui à l'échelle européenne a constitué un «véritable réseau intellectuel» (Delobette & Delsalle 2007). B. Vrégille (2010) a retracé les principales étapes de son itinéraire. Il entre au noviciat de la province jésuite de Lyon en 1617. De 1622 à 1627, il enseigne dans les collèges de Vienne et de Roanne, et compose à cette époque de sa vie une Informatio perfecti oratoris, restée inédite. Ordonné prêtre en 1629, il rejoint la Franche-Comté trois ans plus tard. Il se distingue lors du siège de Dôle en 1634 (Boyvin 1638). Transféré en 1639 dans la province de Flandre, où l'on avait besoin d'un «bon prédicateur en langue française», il exerce à Bruxelles jusqu'à son transfert à Anvers en 1653 (Vrégille 2010). Il meurt à Anvers en juillet 1658. Son Essay d'une parfaite grammaire de la langue francoise est imprimé un an après sa mort par un groupe de ses confrères. Il a également participé à la révision de la 8e édition du Dictionnaire de Calepin. Membre actif de sa congrégation, il est l'auteur de nombreux ouvrages de piété.

Titre de l'ouvrageEssay d'vne parfaite grammaire de la langve francoise où le lecteur trouuera, en bel ordre, tout ce qui est de plus necessaire, de plus curieux, & de plus elegant, en la pureté, en l'orthographe, & en la prononciation de cette langue, par le R. P. Lavrent Chiflet, de la compagnie de IESVS
Titre traduit
Titre courtEssay d'une parfaite grammaire. Nouvelle et parfaite grammaire
Remarques sur le titre
Période|17e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire monolingue à visée pratique, s'adressant à la fois aux locuteurs natifs et aux étrangers (les Flamands auxquels est consacré un chapitre spécial: «Adjonction particulière pour les Flamands», p. 156-164).
Type indexéGrammaire didactique
Édition originale1659, Anvers, chez Jacques Van Meurs.
Édition utilisée1re éd., 1659, Anvers, chez Jacques Van Meurs.
VolumétrieIn-12, [13] + 247 pages + 1 p. d'errata; 1 650 signes par page.
Nombre de signes410000
Reproduction moderneSlatkine Reprints, Genève, 1973.
Diffusion1re éd. 1659, Anvers; 2e éd. 1664, Anvers chez Van Meurs (in-8°), édition tenant compte de l'errata de 1659; 3e éd. 1668, Paris (in-8°); nouvelle édition sous le titre Nouvelle et parfaite grammaire francoise, Paris, Gabriel Quinet, 1669, nombreuses rééditons jusqu'en 1722 (Paris, Vve Ribou). Une partie consacrée essentiellement à la morphologie verbale paraît en flamand en 1659 chez Van Meurs sous le titre Inleydinghe tot de francoysche tale. Rééditée en 1664 et en 1681 chez van Meurs. Cet ouvrage renvoie ses lecteurs à l'Essay d'une parfaite grammaire en exploitant le système de référenciation précis (alinéas numérotés) dont celui-ci est doté.
Langues ciblesFrançais
MétalangueFrançais
Langue des exemplesExemples en français; quelques références contrastives au latin, et au flamand et à l'espagnol, au flamand pour expliquer quelques erreurs commises en français (ex. p. 129), à l'espagnol pour louer la richesse et la non ambiguïté de cette langue (ex. p. 130).
Sommaire de l'ouvragePremière Partie (p. 1-164): chap. 1: Explication des termes de la grammaire, p. 1-5; de la prononciation, 6-7; chap. 2: Des Noms & des Articles, 7-34; chap. 3: Des Pronoms, 35-60; chap. 4: Des Verbes, & de leurs Conjugaisons, 61-100; chap. 5: Des Adverbes, 100-117; chap. 6: Des Prepositions, 117-122; chap. 7: Des Conionctions, 122-130; chap. 8: Observations de la Syntaxe et du Stile, 130-164; Seconde Partie (165-247): Traité de la Prononciation et de l'Orthographe, 165-232; Du genre des Noms Substantifs, 233-241; Quels Adjectifs doivent estre mis devant ou aprés les Substantifs, 242-247.
Objectif de l'auteurOuvrage dirigé contre les grammaires théoriques, «embrouillées» et qui finissent en désespoir de cause par renvoyer à l'usage, mais aussi contre les grammaires construites à partir d'exemples forgés, qui sont limitées et fausses. Intégrer à une grammaire les remarques de Vaugelas. L'auteur s'adresse à un lectorat varié, et sa grammaire est conçue de manière à réaliser cette ambition. La section «La manière d'enseigner et d'apprendre la langue française» reflète par son intitulé (à rapprocher du De ratione docendi et discendi du père Jouvency) des préoccupations pédagogiques internes à la compagnie.
Intérêt généralGrammaire qui précède immédiatement la Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal.
Parties du discoursTraitement traditionnel: Chiflet retient «neuf espèces de paroles» (nom, article, pronom, verbe, participe, adverbe, préposition, conjonction, interjection) et construit sa grammaire sur ce plan. Cependant il n'accorde pas un chapitre propre à chaque partie: articles et noms sont traités sous le même titre, le participe est traité dans le chapitre du verbe, aucun chapitre n'est consacré à l'interjection; l'étude des parties du discours occupe 80% de la première partie par rapport à l'étude de la syntaxe, mais comme le remarque Chevalier 1968, il y a déjà de la syntaxe dans la partie consacrée aux parties du discours.
Innovations term.Grammaire très conservatrice: les articles sont considérés comme des signes de déclinaison; mais Chiflet traduit certains termes grammaticaux pour le public scolaire (chute pour cas, engendrant pour génitif).
Corpus illustratifExemples sans noms d'auteurs, tirés de phrases de conversation et de traductions d'auteurs anciens. De très nombreux exemples sont tirés de Vaugelas, ou de grammaires antérieures (Oudin et Maupas)
Indications compl.Grammaire remarquablement outillée (table, numérotation des alinéas), de consultation aisée. Possibilité de lecture à plusieurs niveaux selon le type de lecteur. Le chapitre I sous-couvert d'expliquer les termes de la grammaire offre un rudiment assez complet, illustré par des exemples. Fidèle à l'esprit des Remarques, Chiflet rend compte de l'usage dans sa variété; dans les sections intitulées «Observations», il expose les débats opposant Vaugelas à la censure. Il intègre à la description de la langue des considérations d'ordre rhétorique.
Influence subieLe nom de référence le plus fréquent est «l'Auteur des Remarques» [Vaugelas], dont Chiflet revendique clairement l'influence. Sa grammaire peut être lue comme une tentative de mise en ordre des Remarques qui fournissent la majeure partie des exemples et des observations sur la langue. L'ouvrage de Chiflet s'inscrit également dans la tradition de la grammaire scolaire issue de Despautère et d'Alvares. Chiflet a lu les principaux grammairiens de son temps: Macé, Maupas, Oudin et Irson. Il cite explicitement l'ouvrage d'Irson (p. 94), il faut reconnaître Oudin derrière l'auteur «qui a composé une grammaire assez bonne et la meilleure de toutes celles que j'ay pu voyr» (p. 243) mais qui est critiqué pour son incompétence dans les langues anciennes. En outre une référence aux «réformateurs de l'Orthographe Françoise», dont M. de Laval et le P. Monet, une référence à la Rhétorique françoise de René Bari, une référence aux «Grammairiens qui veulent faire passer les vices de leur Province pour des loix generales»; une référence à Cicéron.
Influence exercéeDiffusion importante en Belgique et en France. Hanse lui reconnaît une réelle influence sur la définition du «bon usage». L'ouvrage a la réputation d'avoir été le manuel de référence dans les collèges jésuites, mais ce point est à nuancer, le français ne faisant pas partie des disciplines enseignées. C'est sans doute en marge du réseau des collèges qu'elle s'est diffusée. Influence sur les auteurs de grammaires pour étrangers (comme Des Pepliers, ou Vérany).
Renvois bibliographiques→ Références
Bourquin J. 2003; Chevalier J.-C. 1968 {p. 487-489}; Delobette L. & Delsalle P. (éd.) 2007; Fournier N. 1986; Hanse J. 1962; Millet A. 1933; Minckwitz M. J. 1897; Stéfanini J. 1984; Streuber A. 1914; Vrégille B. de 2011
Rédacteur

Julien, Jacques · Pagani-Naudet, Cendrine (rév.)

Création ou mise à jour2013-02 | 1998