CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Grammaire historique de la langue française

Brachet, Auguste

DomaineGrammaires françaises, remarques et traités sur la langue française
SecteurGrammaires françaises du 19e s. [2517]
Liens

Gallica (37e éd., ca 1890)

Auteur(s)

Brachet, Auguste

Datation: 1845-1898

Grammairien français, né à Tours, mort à Cannes. Brachet a passé l'essentiel de sa vie à Paris et le restant sur la Côte d'Azur. Il a enseigné, irrégulièrement, le romanisme à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes et la littérature allemande à l'Ecole polytechnique.

Titre de l'ouvrageGrammaire historique de la langue française, avec une Préface par Emile Littré, 2e édition, Bibliothèque d'Education et de Récréation. J. Hetzel, Paris. Dédiée à M. Frédéric Diez, professeur ordinaire à l'Université de Bonn.
Titre traduit
Titre courtGrammaire historique de la langue française
Remarques sur le titre
Période|19e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire historique et comparée, à visée didactique.
Type indexéGrammaire historique
Édition originale1867, Paris, J. Hetzel, préface d'Auguste Brachet.
Édition utilisée2e édition, 1868, Paris, J. Hetzel, avec adjonction d'une autre préface, par Emile Littré.
VolumétrieIn-8°, 311 pages.
Nombre de signes400000
Reproduction moderne
DiffusionAu moins 40 éditions. En 1868 est publiée une traduction en anglais: A Historical Grammar of the French Tongue, by Aug. Brachet, translated by W. Kitchin, M. A., Oxford, Clarendon Press, in-12°. Puis A Historical Grammar of the French language, from the French of AB, rewriten and enlarged by P. Toynbee, Oxford, Clarendon Press, 1896.
Langues ciblesFrançais
MétalangueFrançais
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageAprès les Préfaces d'E. Littré et d'A. Brachet, une "Histoire et formation de la langue française" (p. 13-70), suivie du Livre I, "Phonétique ou étude des lettres", étude des permutations, transpositions, abstractions et soustractions, flanquée d'une analyse de la Prosodie, intitulée "Les accents" (p. 89-142), du Livre II, "Flexion ou étude des formes grammaticales", analysant successivement le substantif, l'article, l'adjectif et le pronom, puis les conjugaisons et enfin les particules: adverbes, prépositions et conjonctions (p. 145-253), du Livre III, "Formation des mots", composition et dérivation (p. 257-290). Un appendice traite des "Règles à suivre dans la recherche des étymologies". Littré y est cité en modèle (p. 293-303).
Objectif de l'auteurL'auteur propose un exposé d'ensemble, très abrégé, de la langue française, sous le double aspect comparatiste et historique.
Intérêt généralBrachet dévoile les analyses en cours à l'époque. Analyses parfois surprenantes: ainsi les mouvements des sons sont systématiquement fondés sur la lettre des graphies. Brachet propose des regroupements non moins surprenants: ainsi, sous le titre "Prosodie" sont joints l'accent tonique, les accents graphiques, oratoires et même provinciaux.
Parties du discoursIl présente des analyses surtout morphologiques qui isolent et regroupent les mots comme unités d'écriture et en retracent les itinéraires depuis les sources latines. C'est particulièrement clair pour la composition et la dérivation. La table des matières est traditionnelle et ne sert que de cadre de repérage. Une telle grammaire est utile surtout pour les auteurs de dictionnaires, si nombreux à l'époque, et pour les déchiffreurs de manuscrits anciens.
Innovations term.La nomenclature est traditionnelle, fort discrète et sans créations.
Corpus illustratifLes exemples, peu nombreux, sont empruntés aux écrivains.
Indications compl.
Influence subieCe travail de Brachet présente assurément un intérêt historique. L'auteur, qui va publier en 1874, avec G. Paris, une traduction de la Grammaire des Langues romanes de F. Diez chez Vieweg, représente assez bien la science moyenne que les chercheurs français retiraient des grands ouvrages de F. Raynouard ou de F. Diez; mais il est encore largement tributaire des travaux de médiocres historiens de la langue comme A. de Chevallet ou E. Duméril; le français apparaît plus comme une dérivation du latin que comme une langue ayant son ordre propre; le cadre par parties du discours maîtrise difficilement un étonnant émiettement.
Influence exercéeLe livre pouvait être utile et il le fut; mais il sera rapidement déclassé par des sommes ordonnées comme celles de L. Clédat ou de F. Brunot, une vingtaine d'années plus tard. Ce dut être, c'est encore surtout un réservoir de curiosités.
Renvois bibliographiques→ Références
Desmet P. & Swiggers P. 2009
Rédacteur

Chevalier, Jean-Claude

Création ou mise à jour1998