CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Nuevo Metodo Breve

Torre y Ocón, Francisco de la

DomaineGrammaires des langues européennes modernes
SecteurGrammaires espagnoles [3115]
Auteur(s)

Torre y Ocón, Francisco de la

Datation: ?-1727

Chapelain du Conseil des Indes (Real y Supremo Consejo de las Indias). Traducteur du Tribunal de l'Inquisition, et aussi auteur d'un dictionnaire bilingue bidirectionnel (Madrid 1728), posthume. Torre y Ocón aurait rédigé son ouvrage Nuevo Metodo Breve à la demande de Français de Lyon à qui il avait enseigné l'espagnol, mais, si l'on en juge par son œuvre, il ne semble pas avoir une grande expérience pédagogique. Sa culture paraît un peu plus étendue que celle que possédaient, en général, les "maîtres de langues" de son époque en Espagne. Il connaît et cite entre autres, Aldrete (1606), Lancelot (1660), Sobrino (1703), Regnier-Desmarais (1706), Buffier (1711) et deux auteurs qui font l'objet de critiques pour leurs traductions: Ferrús (Lyon, 1695) et Perger (Paris, 1704). Le nom de Torre y Ocón n'apparaît pas dans la liste des linguistes espagnols du 18e s. cités par Lázaro Carreter (1949/85).

Titre de l'ouvrageNuevo Metodo Breve, Util, y Necessario para Aprender a Escribir, entender, y pronunciar las dos principales Lenguas, Espa ñola y francesa. Dividido en dos Grammaticas, una francesa explicada en Español, otra Española explicada en Francés. Obra Posthuma Del Doctor Don Francisco de la Torre y Ocón, Presbitero Capellan del Real y Supremo Consejo de las Indias, Ministro Titular y Traductor de las Lenguas de la Santa Suprema, y General In quisición. La dedica. Con privilegio En Madrid: en la imprenta de Juan de Ariztia, se Hallarà en su casa, en la Calle de Alcalà, año de 1728.
Titre traduitNouvelle méthode, brève, utile et nécessaire pour apprendre à écrire, comprendre et prononcer les deux langues les plus importantes, l'espagnole et la française; divisée en deux grammaires, une française expliquée en espagnol et une espagnole, expliquée en français. Œuvre posthume du docteur D. Francisco de la Torre y Ocón, Chapelain du Suprême Conseil Royal des Indes, Ministre titulaire et traducteur de langues de la Sainte et Suprême Inquisition. Dédicace. Avec privilège. A Madrid, chez l'imprimeur Juan de Ariztia. La grammaire sera vendue chez lui, rue d'Alcalá, année 1728.
Titre courtNuevo Metodo Breve
Remarques sur le titreTitre de la grammaire espagnole (p. 191): Nouvelle Metode Pour Aprendre La Langue Espagnolle Ou Grammaire Espagnolle expliquée en François.
Période|18e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire didactique (elle est destinée à l'enseignement de la langue espagnole aux Français) qui, sporadiquement, adopte aussi une visée qui peut être considérée comme spéculative.
Type indexéGrammaire didactique | Grammaire pour étrangers
Édition originaleMadrid, 1728.
Édition utiliséeEdition unique. Madrid, 1728: Imprimeur Juan de Ariztia. Biblioteca Universitaria.
VolumétrieFormat: 20,5 x 14 cm, 360 pages (17 f. + 191 pages pour la partie française, 169 p. pour la partie espagnole). 2335 signes par page.
Nombre de signes505000
Reproduction moderne
Diffusion
Langues ciblesEspagnol
MétalangueFrançais
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageChap. I (p. 191-214): Prononciation; chap. II (214-241): Les noms; chap. III (241-256): Les pronoms; chap. IV (256-320): Les verbes; chap. V (320-340): Les parties indéclinables de l'oraison; chap. VI (340-345): Syntaxe; chap. VII (345-350): Remarques sur la grammaire espagnolle. P. 356-350: Historiettes histoires courtes en français et en espagnol. La grammaire ne différencie pas morphologie et syntaxe dans les chapitres dont les titres correspondent aux parties du discours. Ces derniers énumèrent les formes et en présentent les "emplois". Le chapitre appelé Syntaxe est général basé sur la notion de rection. La dernière partie présente des remarques (syntaxiques) implicitement contrastives. Enfin, nous trouvons quelques pages présentant une "correction" de traductions présentées par Perger 1704.
Objectif de l'auteurRédiger une grammaire espagnole destinée à l'enseignement mais aussi à la correction des "erreurs" des ouvrages antérieurs.
Intérêt généralGrammaire qui définit les notions employées et, de cette manière, établit (ou au moins essaie de le faire) un cadre théorique pour la description d'une langue. Elle se situe, de ce fait, à mi-chemin entre une grammaire qui se donne pour tâche de présenter des formes et des emplois, finalité propre du manuel pour langue étrangère, et dans laquelle l'accent est mis sur l'analyse de ces formes et ces emplois et de l'intégration de ces dernières dans un système explicatif général. Ce caractère hybride pourrait être déterminé par les visées différentes des deux sources auxquelles l'auteur puise le plus: Lancelot (1660) et Regnier-Desmarais (1706). Torre y Ocón représenterait de cette manière une tentative d'adaptation du "modèle" pour langue étrangère (qui est encore celui de Lancelot 1660), à une grammaire qui servirait de propédeutique à l'étude de n'importe quelle autre grammaire particulière.
Parties du discoursLes différents chapitres correspondent à: 1/ Noms (+ articles et adjectifs), 2/ Pronoms (personnels, démonstratifs, relatifs, "pronoms impropres ou indéfinis"), 3/ Verbes, 4/ Parties indéclinables de l'oraison (adverbe, préposition, interjection, conjonction). Torre y Ocón ne justifie pas l'existence des quatre divisions de son livre qui sont aussi – grosso modo – celles de Lancelot 1660. Il y a intégration, sous chacun de ces titres – malgré leur formulation: "De la déclinaison des noms et de leur division" (chap. II, p. 214), "Des pronoms et de leur déclinaison" (chap. II, p. 241), qui laisserait supposer un critère strictement morphologique – de développements relevant de la morphologie, mais aussi de la syntaxe. La partie nommée "Syntaxe", très brève, ne fait que présenter quelques cas de rection intégrés dans le cadre explicatif des cas. Les explications ne prennent qu'occasionnellement le latin comme référence. Torre y Ocón adopte plus rarement une perspective (implicitement) contrastive que Lancelot (1660) qui est parfois cité. Cette perspective contrastive est explicite dans le dernier chapitre appelé "Remarques sur la grammaire espagnolle" qui décrit des phénomènes grammaticaux différents en espagnol et en français (comme l'absence de sujet pronom: Voy/je vais) et des "formules ou manieres de parler ordinaires parmi les Espagnols" (comment saluer, comment écrire une lettre, etc.).
Innovations term.
Corpus illustratifExemples assez nombreux, non signés, présentés en espagnol et toujours traduits en français, généralement de la taille de la phrase.
Indications compl.Intérêt pédagogique: de ce point de vue, l'intérêt est réduit et Torre y Ocón présente le même défaut fondamental que son modèle principal, Regnier-Desmarais, comme l'a noté Chevalier (1968, p. 598-599) pour qui l'ouvrage de ce dernier était une œuvre "sans finalité", ni véritablement spéculative, ni complètement pédagogique. En outre, chez Torre y Ocón, les définitions (soit notionnelles, soit syntaxiques) sont souvent insuffisantes. Ex.: les pronoms relatifs "sont ceux qui ont rapport à un nom". Elles sont souvent, pour les différentes catégories grammaticales, des réductions de celles de Regnier-Desmarais, et le cadre explicatif syntaxique des cas est inadapté à la visée contrastive. D'autre part, ni la présentation matérielle, ni l'organisation des informations ne sont particulièrement claires. Il n'y a pas de distinctions dans le caractère essentiel ou accessoire des données présentées. Il n'y a pas non plus d'applications pédagogiques. Les traductions de la dernière partie ne figurent qu'en tant que corrections d'erreurs traductives ponctuelles. Il est impossible d'y voir des principes généraux concernant le passage d'une langue à l'autre.
Influence subieCelle de Regnier-Desmarais (1706), Buffier (1709). Dans ce dernier cas, il apparaît que la clarté de l'œuvre du jésuite n'a pas laissé de traces chez Torre y Ocón. Ouvrages cités, mais qui font l'objet de critiques ponctuelles: Lancelot (Nouvelle méthode […] espagnole), Sobrino, Ferrús et Perger. Ces deux derniers font très sporadiquement, l'objet de critiques. Influence subie: celle de la Grammaire de Regnier-Desmarais (pour certaines distinctions et définitions) et de Lancelot, pour les contenus contrastifs.
Influence exercéeDifficile à déterminer.
Renvois bibliographiques→ Références
Chevalier J.-C. 1968; Lázaro Carreter F. (éd.) 1949
Rédacteur

Lépinette, Brigitte

Création ou mise à jour1998