CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Della lingua nobile d'Italia

Amenta, Niccolò

DomaineGrammaires des langues européennes modernes
SecteurGrammaires italiennes [3213]
Auteur(s)

Amenta, Niccolò

Datation: 18 octobre 1659 - 21 juillet 1719

Avocat italien, né à Naples, spécialiste de droit, disciple et biographe de l'homme de sciences Leonardo di Capua, premier théoricien d'un purisme tourné vers le 16e s. Aucun écrit à caractère linguistique n'étant resté du maître, le traité Della lingua nobile d'Italia d'Amenta constitue donc un document unique et représentatif de cette première phase du purisme napolitain et de ses théories. Amenta fut aussi auteur des Osservazioni al Torto, e il Diritto del Non si può di Ferrante Longobardi, cioè del Padre Daniello Bartoli (Naples, Antonio Abri, 1717, en 2 tomes) opposant les textes anciens aux exagérations stylistiques des auteurs baroques. Il composa des comédies [voir Librandi in Bianchi, De Blasi & Librandi 1992, 1993, 1994], des Rime et des Rapporti di Parnaso (Napoli, 1710).

Titre de l'ouvrageDella lingua nobile d'Italia e del modo di leggiadramente scrivere in essa, non che di perfettamente parlare, di Niccolò Amenta, avvocato napoletano. Parte prima dedicata all'eminentissimo Signor Cardinale Pietro Otthoboni Vice-cancelliere di Santa Chiesa dall'abate Giuseppe Cito
Titre traduitDe la noble langue d'Italie et de la manière de l'écrire élégamment ainsi que de la parler parfaitement, de Niccolò Amenta, avocat napolitain. Première partie dédiée à son Eminence le Cardinal Pietro Otthoboni, Vice-chancelier de la Sainte Eglise, par l'abbé Giuseppe Cito
Titre courtDella lingua nobile d'Italia
Remarques sur le titre
Période|18e s.|
Type de l'ouvrageTraité grammatical ayant pour objectif de décrire "les règles pour bien parler et écrire parfaitement le noble parler d'Italie" (p. 1).
Type indexéGrammaire normative | Grammaire prescriptive
Édition originale1re partie: 1723, 2e partie, 1724, Naples, Imprimerie de Antonio Muzio. Le traité a été rédigé tandis qu'Amenta travaillait aux Osservazioni sul Torto e il diritto del Padre Daniello Bartoli, i.e. en 1717 [notes bibliographiques de Cito dans les 1res p. non numérotées de l'œuvre]; il est resté inachevé à cause de la maladie qui toucha Amenta. Il fut publié de façon posthume par son neveu, l'abbé Giuseppe Cito, lui-même auteur d'autres Annotazioni al Torto, e al Diritto del Non si può di F. Longobardi, cioè del Padre Daniello Bartoli, Napoli, Rispoli-Mosca, 1728.
Édition utiliséeL'édition utilisée est la seule existante: 1re partie: 1723, 2e partie, 1724, Naples, Imprimerie de Antonio Muzio.
Volumétrie15,6 x 20,8 cm; vol. 1: [26] + 264 + [32] pages.; vol. 2: [6]+ 318 p.; 3264 signes par page; la page initiale de chaque livre est décorée dans sa partie supérieure d'une frise où figurent deux angelots sur fond de fleurs qui tiennent un soleil.
Nombre de signes2100000
Reproduction moderne
Diffusion
Langues ciblesItalien
MétalangueItalien
Langue des exemplesLes exemples se réfèrent à l'italien, mais quelquefois aussi au dialecte napolitain surtout lorsqu'il s'agit d'indiquer des différences de prononciation (voyelles ouvertes et fermées) entre ce dernier et le toscan.
Sommaire de l'ouvrageVolume I: pages initiales non numérotées: frontispice, dédicace (p. 3-9), imprimatur (10-11), index (12-14), Vie d'Amenta. Livre I: de la langue en général (p. 1-14); Livre II: Des lettres (15-223), description des sons vocaliques et consonantiques, ainsi que des confusions possibles entre lettres ou sons divers; Livre III: de la diphtongue (238-247); Livre IV: de l'accent (248-257); Livre V: de l'apostrophe (258). Dans les pages finales non numérotées: index du contenu de toute l'œuvre, index des mots à écarter soit parce qu'ils sont archaïques, parce que mal orthographiés ou parce qu'il en existe de meilleurs.
Volume II: Livre VII: des mots (p. 1-234); Livre VIII: du nom (235-258); Livre IX: du "segnacaso" [prépositions indiquant les cas] (259-265); Livre X: de l'article (266-296); Livre XI: du pronom (296-318). Dans les pages non numérotées: frontispice, index.
Objectif de l'auteurDécrire une langue italienne correcte à l'attention des Italiens comme des étrangers (vol. I, p. 1).
Intérêt généralIntérêt général: a) approche théorique des problèmes de langue; b) conscience des variations diachronique, diatopique (même à l'intérieur d'une même ville) et diastratique (s'appuyant sur des exemples extraits du dialecte napolitain). Amenta oppose la variabilité de la "langue spéciale" parlée par tous (p. 4) à la plus grande stabilité et généralité de la "langue particulière" des personnes cultivées (p. 5). C'est de cette dernière qu'il veut fixer les règles pour laquelle il refuse la dénomination de "langue toscane, courtisane"; c) importance accordée à l'usage comme référence pour définir la norme: au modèle des auteurs s'ajoute donc celui des contemporains parlant bien; d) chaque livre commentant le point de vue d'autres grammairiens, on peut dire que le traité d'Amenta est une histoire des problèmes grammaticaux du 16e s. au début du 18e s.
Parties du discoursLe livre 1 du vol. 2 définit la notion de mot tandis que les autres livres du même volume sont consacrés à une seule partie du discours (nom, "segnacaso" [préposition traduisant les cas du latin], article, pronom).
Innovations term.Plutôt que de viser des innovations terminologiques, Amenta présente et discute les notions et théories des grammairiens précédents.
Corpus illustratifExemples extraits d'auteurs (avec indication de l'œuvre et du lieu) et pour ce qui concerne la phonétique (vol. 1) des listes de mots qui illustrent les phénomènes.
Indications compl.Intérêt pédagogique: Amenta fixe pour chaque problème une série de règles accompagnées d'exemples et de renvois à d'autres grammairiens (ex. les 25 règles pour la prononciation ouverte ou fermée du [e] tonique).
Traitement de la phonétique: dans le livre II [vol. 1], Amenta consacre un chap. à chaque lettre (c'est-à-dire aux sons) en s'appuyant aussi sur l'étymologie pour illustrer la prononciation correcte. Environ 20 pages qui sont consacrées aux différentes apertures des voyelles (p. 23-42) nous fournissent indirectement des informations sur la prononciation de l'italien parlé à cette époque à Naples.
Influence subieAmenta cite très souvent tous les grammairiens précédents: Bembo, Ruscelli, Dolce, Politi, Salviati, Buommattei de même qu'il se réfère sans cesse au Vocabolario degli Accademici della Crusca. Inscription dans une tradition: contrairement à ce qu'affirment Asor Rosa (p. 767) et Nigro (1987, p. 1176), le traité d'Amenta n'est pas orienté vers un purisme pédant (Vitale 1986), mais il cherche plutôt à définir, avec des règles présentées de façon analytique, un compromis entre le respect de l'auctoritas des auteurs et l'observation de l'usage. De ce point de vue, le traité représente un progrès par rapport aux Osservazioni sur l'œuvre de Bartoli où la scrupuleuse imitation de Boccace visait à parer aux incorrections de disciples de Bartoli.
Influence exercéeSur Giuseppe Cito qui s'éloigne cependant plus qu'Amenta du capuisme; la nécessité de suivre l'usage est affirmée par d'autres auteurs du 18e s. (ex. Soave), puis Manzoni, mais il est improbable que cette tendance vienne de l'œuvre d'Amenta. Au contraire, l'ascendant de ce dernier sur les hommes de lettres napolitains de l'époque est plus vraisemblable puisque, peut-être grâce à lui, ont été progressivement abandonnées dans les usages officiels et bureaucratiques du Royaume de Naples les formes conjuguées de gérondif, participe et infinitif (Amandomo pour Amando noi, Amandono pour Amando quei, Spettantino pour che spettano, Andiedi, Andiede, à la place d'Andai, Andò, s'Accomòdi, s'Accomòdino avec l'accent sur la troisième syllabe, Andastivo, Andavivo, Andassimo, au lieu de d'Andaste, Andavate, Andammo) qui provenaient du dialecte archaïque et que l'auteur jugeait courtisans et corrompus (vol. I, p. 7).
Renvois bibliographiques→ Références
Asor Rosa A. 1960; Bianchi P., De Blasi N. & Librandi R. 1992 {p. 656-657}; Bianchi P., De Blasi N. & Librandi R. 1993; De Blasi N. 2009; Nigro S. 1987; Pennisi A. 1994; Quondam A. 1970; Sanesi I. 1944; Trabalza C. 1908; Vitale M. 1986 {p. 258-269}
Rédacteur

De Blasi, Nicola · Camugli-Gallardo, Catherine (trad.)

Création ou mise à jour1998