CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Teorica della lingua italiana

Romani, Giovanni

DomaineGrammaires des langues européennes modernes
SecteurGrammaires italiennes [3219]
Auteur(s)

Romani, Giovanni

Datation: 1757-1822

Abbé italien, né à Casalmaggiore, Crémone. Il étudia les mathématiques, la physique, la philosophie et le latin chez les Barnabites et la théologie chez les Franciscains. Ordonné prêtre en 1781, il se consacra à l'enseignement des mathématiques et à la direction d'instituts éducatifs, dans la région de Crémone, à Urbino, à Pavie, et surtout à Casalmaggiore, avec, comme seule parenthèse, un séjour à Paris, de 1801 à 1803 pour suivre Giuseppe Scipione Castelbarco. Il ne publia au cours de sa vie que quelques opuscules; ses œuvres principales (réflexions linguistiques et un Dictionnaire général des synonymes italiens) furent publiées après sa mort, en huit volumes, par l'éditeur Silvestri de Milan.

Titre de l'ouvrageTeorica della lingua italiana, volumes I et II (VI et VII de la série Opere dell'abate Giovanni Romani di Casalmaggiore [Œuvres de l'abbé Giovanni Romani de Casalmaggiore])
Titre traduitThéorie de la langue italienne
Titre courtTeorica della lingua italiana
Remarques sur le titre
Période|19e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire philosophique.
Type indexéGrammaire philosophique
Édition originalePremière édition: 1826, Milan, Giovanni Silvestri, 2 vol.
Édition utiliséePremière édition: 1826, Milan, Giovanni Silvestri, 2 vol.
Volumétrie21 x 14 cm; vol. 1: VII + 359 pages, vol. 2: V + 368 p.; 1800 signes par page.
Nombre de signes1308600
Reproduction moderne
Diffusion
Langues ciblesItalien
MétalangueItalien
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvragePréliminaires (vol. I, p. 2-20): principes de la grammaire générale comme étude raisonnée des langues, opposée à la grammaire normative empirique des "praticiens". La matière est divisée en deux parties: Étymologie (qui occupe le premier et la moitié du second volume) et Syntaxe (l'autre moitié du vol. II). Par Étymologie, Romani entend une analyse de la valeur notionnelle et de la formation des mots distribués en classes: Noms, Articles, Pronoms, Adjectifs, Verbes avec le traitement des "modes", c'est-à-dire de modalités telles la certitude, la possibilité, la probabilité, le doute, la négation, l'affirmation, etc. et des expressions verbales, nominales, adverbiales qui les réalisent (vol. I, p. 21-356), Prépositions, Conjonctions, Adverbes, Interjections (vol. II, p. 3-150). La Syntaxe est traitée comme analyse des propositions, c'est-à-dire du sens des énoncés, de la "rection" des verbes, des constructions, régulières, transpositives, figurées (vol. II, p. 152-267), et comme description de diverses formes des argumentations: syllogisme, épichérème, enthymème, induction, etc. (vol. II, p. 267-344).
Objectif de l'auteurPourvoir l'italien d'une grammaire raisonnée qui serve à un apprentissage rationnel de la langue et qui puisse fournir une base adéquate à la compilation d'un dictionnaire des synonymes.
Intérêt généralModeste, parce que les principes de la grammaire philosophique élaborés par les encyclopédistes français sont accueillis ici de façon dogmatique et déclarés "vérité absolue".
Parties du discoursSur les traces de Beauzée, Romani distingue la dénotation (ou "désignation") du signifié grammatical et analyse les composantes des parties traditionnelles du discours à l'aide de décompositions rudimentaires en traits sémantico-notionnels.
Innovations term.Aucune des innovations introduites par Romani pour désigner les sous-classes qu'il a proposées pour chaque partie du discours (par ex., les noms sont subdivisés en substantiels, qualitatifs, potentiels, formels, relatifs, etc.) ne s'affirma par la suite dans la nomenclature grammaticale.
Corpus illustratifLe corpus comprend des exemples fictifs, des citations littéraires (auteurs italiens du 14e s. au 18e s.), des références contrastives à des énoncés latins, et de nombreux exemples tirés de la prose scientifique, pour répondre à l'exigence, déclarée par l'auteur, de donner, dans la description, la priorité à la langue utilisée par les scientifiques, les mathématiciens et les philosophes.
Indications compl.Dans la partie consacrée à la syntaxe, les énoncés sont compris non comme le produit de règles combinatoires, mais comme noyaux conceptuels, à décrire sur la base de considérations sémantico-lexicales. Le domaine de la grammaire est étendu à l'étude des argumentations.
Influence subieLes ouvrages de référence sont: S. Corticelli, Regole ed osservazioni della lingua toscana [Règles et observations de la langue toscane], Bologne 1745; Vocabolario degli Accademici della Crusca [Dictionnaire des Académiques de la Crusca], ed. Pitteri, Venise 1763; Beauzée, 1767; Du Marais, 1767; Thiebault [Grammaire philosophique]; Soave, 1771; I. Valdastri, Corso teorico di logica e lingua italiana [Cours théorique de logique et de langue italienne], Guastalla, 1783; Dictionnaire des Synonymes, Paris, 1808; V. Monti, Correzioni e aggiunte al Vocabolario della Crusca [Corrections et ajouts au Dictionnaire de la Crusca], Milan 1819; S. Compagnoni, Teorica de' verbi [Théorie des verbes], Milan, 1817; Blair, 1783; E. Giardini, Elementi dell'arte rettorica [Éléments de l'art rhétorique], Milan, 1801; l'œuvre de Romani s'inscrit dans la tradition de la grammaire raisonnée, qui, en Italie, eut peu d'adeptes et fut essentiellement tributaire de la grammaire générale de l'Encyclopédie.
Influence exercéeLimitée à quelques compilateurs de méthodes pour l'enseignement de l'italien et du latin (ex. G. Fezzi, Tentativo teorico-pratico per l'insegnamento delle due lingue italiana e latina [Essai théorico-pratique pour l'enseignement des deux langues italienne et latine], Crémone, 1837).
Renvois bibliographiques→ Références
Della Valle V. 1993 {p. 79-80}; Mortara Garavelli B. 1976; Patota G. 1993 {p. 124}; Trabalza C. 1908
Rédacteur

Mortara Garavelli, Bice · Camugli-Gallardo, Catherine (trad.)

Création ou mise à jour1998