CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Regole elementari della lingua italiana

Puoti, Basilio

DomaineGrammaires des langues européennes modernes
SecteurGrammaires italiennes [3220]
Auteur(s)

Puoti, Basilio

Datation: 1782-1847

Grammairien italien, né et mort à Naples, issu d'une famille noble. Après des études de droit, il créa en 1825 une école privée et consacra toute sa vie à l'enseignement de la langue italienne. Représentant du courant puriste, qui préconisait l'imitation exclusive de la langue des écrivains toscans du 14e s., il se fit éditeur de textes littéraires (Guido Da Pisa, I fatti di Enea, 1834) et publia plusieurs manuels de stylistique, de rhétorique et de grammaire (Regole elementari della lingua italiana, 1833; Della maniera di studiare la lingua e loquenza italiana, 1837; L'arte di scrivere in prosa, 1845), ainsi qu'un dictionnaire des gallicismes (Dizionario de' francesismi, 1845).

Titre de l'ouvrageRegole elementari della lingua italiana di Basilio Puoti, accademico della Crusca, colle annotazioni di Salvatore Muzzi e del prof. Dal Rio oltre le originali. Seconda edizione veneta sulla decimanona napoletana e sulle sesta parmense con nuove giunte e correzioni
Titre traduitRègles élémentaires de la langue italienne de Basilio Puoti, académicien de la Crusca, avec les annotations de Salvatore Muzzi et du Prof. Dal Rio en plus des originales. Deuxième édition vénitienne sur la dix-neuvième napolitaine et sur la sixième parmesane avec des ajouts et corrections
Titre courtRegole elementari della lingua italiana
Remarques sur le titre
Période|19e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire didactique.
Type indexéGrammaire didactique | Grammaire prescriptive
Édition originale1833, Naples, Stamp. del Fibreno
Édition utilisée1853, Venezia, Stabiliment Encicl. di G. Tasso edit.
VolumétrieIn-24, 258 pages, 1500 signes par page.
Nombre de signes37000
Reproduction moderne
DiffusionL'ouvrage, par son caractère didactique, eut une très grande diffusion tout au long du 19e s. et fit l'objet d'une trentaine de réimpressions, le plus souvent enrichies de notes et corrections de la part des éditeurs successifs.
Langues ciblesItalien (toscan)
MétalangueItalien
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvragePremière partie. Introduction. La grammaire et ses parties: les lettres, les syllabes, les diphtongues et les triphtongues, les accents (p. 9-13). Morphologie (ici appelée étymologie): du nom et de l'adjectif (14-47); de l'article (48-54); du pronom (55-86); du verbe (87-150). Seconde partie. Observations et notes supplémentaires sur la morphologie (153-189). Syntaxe de l'accord (de l'adjectif avec le substantif, du nom avec le verbe, des participes) (191-194). Syntaxe des compléments: les substantifs et les compléments (196-198); les adjectifs et les compléments (199-202); le sujet et les verbes à l'infinitif, au gérondif et au participe (202-206); les verbes et les compléments (204-211); les prépositions et les compléments (212-217). Figures syntaxiques (l'ellipse, le pléonasme, l'hyperbate) (218-221). De l'orthoépie et de l'orthographe. Règles de la prononciation (222-231). Règles de l'écriture (231-237). Règles communes à la prononciation et à l'écriture (de l'apocope; de l'augmentation; du redoublement; de l'apostrophe; des accents; de la ponctuation) (237-252).
Objectif de l'auteurDidactique et normatif. L'auteur veut donner aux jeunes, auxquels il s'adresse explicitement, et à leurs enseignants, un manuel contenant toutes les règles essentielles de "la bonne langue", c'est-à-dire de la langue toscane des écrivains classiques (surtout les grands auteurs du siècle d'or, le 14e s., mais aussi les "bons" écrivains du 16e s.). L'exposition de la matière s'ordonne ainsi en fonction des préoccupations didactiques de son auteur: la première partie, consacrée à la morphologie, s'adresse aux débutants, tandis que la seconde, qui traite en détail les exceptions et les particularités morphologiques, les règles de la syntaxe, de l'orthoépie et de l'orthographe, suppose des lecteurs d'un niveau plus avancé.
Intérêt généralDu point de vue théorique, faible (pas de remise en cause du cadre traditionnel); du point de vue didactique, considérable pour l'effort de simplification et de clarté d'exposition.
Parties du discoursLe nombre des parties du discours est porté à dix (nom, adjectif, article, pronom, verbe, participe, adverbe, préposition, conjonction et interjection), ce qui représente une sorte de compromis entre les douze de Buommattei (qui y incluait aussi le "segnacaso" et le "ripieno") et les huit de Corticelli et Soave (qui excluaient l'article et l'adjectif).
Innovations term.L'emploi du terme "étymologie" pour désigner la morphologie se retrouve chez Fornaciari. Io, tu, sé ne sont pas classés parmi les pronoms (selon la tradition), mais groupés sous la catégorie de "noms personnels", par ailleurs déjà utilisée par Soave. Les cas latins désignent encore les fonctions syntaxiques des noms; en revanche, la classification en déclinaisons, présente dans Corticelli, n'apparaît plus. Si Soave avait rejeté le mode optatif comme non existant en italien, Puoti le réintègre, mais lui enlève les formes du conditionnel, auxquelles il confère un statut modal autonome.
Corpus illustratifDans la première partie, destinée aux débutants, les exemples ne sont pas accompagnés de l'indication de leur source. Certains sont forgés par l'auteur, la plupart sont empruntés aux "bons auteurs" des 14e et 16e s. Dans la seconde partie, le Décaméron de Boccace est le plus souvent cité, à côté des œuvres de Cavalca, de la Commedia de Dante, du Specchio di Vera Penitenza de Passavanti, etc. Moins fréquentes sont les citations d'œuvres du 16e s. (Galateo de Giovanni della Casa, Celso de Firenzuola, Roland furieux de l'Arioste, etc.).
Indications compl.Aux interdictions habituelles à toutes les grammaires puristes, s'ajoutent ici et là des prescriptions qui relèvent des préférences de goût de l'auteur (par exemple, la suggestion d'utiliser l'article li à la place de gli pour accompagner les noms pluriels qui terminent par -gli).
Influence subiePar son caractère didactique, le manuel de Puoti évite toute référence aux grammairiens qui l'ont précédé. Seuls les noms de Salvatore Corticelli et de Gaetano Greco y sont cités. Mais toute la tradition grammaticale des 16e et 17e s. (Salviati, Buommattei, Cinonio, Bartoli etc.) en constitue la toile de fond.
Influence exercéeLe manuel de Puoti exerça une influence remarquable dans l'enseignement jusqu'à la seconde moitié du 19e s. La crise du purisme la condamna à l'oubli.
Renvois bibliographiques→ Références
Malherbe C., Malherbe-Galy J. & Nardone J.-L. (éd.) 2008; Patota G. 1993 {p. 126-128}; Poggi Salani T. 1988; Serianni L. 1989; Trabalza C. 1908 {p. 502-504}
Rédacteur

Grossi, Paolo

Création ou mise à jour1998