CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Le Maître Italien

Veneroni, Giovanni

DomaineGrammaires des langues européennes modernes
SecteurGrammaires italiennes [3237]
Liens

Google Livres (8e éd. 1700)

Gallica («Nouvelle édition mise en meilleur ordre» par C. M. Gattel, 1800)

Auteur(s)

Veneroni, Giovanni

Variantes: Giovanni Veneroni est le pseudonyme de Jean Vigneron.

Datation: 1642-1708

Nous possédons peu d'informations sur la vie de Jean Vigneron, qui italianisa son nom en Giovanni Veneroni. Né à Verdun en 1642, il s'installa à Paris en 1672 et devint en 1680 interprète et secrétaire du roi pour la langue italienne en succédant à Antoine Oudin. Il exerça également l'activité de lexicographe: Dictionaire françois et italien, Paris, Loyson, 1681 (basé sur le dictionnaire d'Antoine Oudin) et Dizionario imperiale, Francfort-sur le-Main, J. D. Zunner, 1700 (dictionnaire quadrilingue italien, français, allemand, latin).

Titre de l'ouvrageLe Maître Italien ou Nouvelle Méthode pour apprendre facilement la langue italienne. Divisée en deux parties
Titre traduit
Titre courtLe Maître Italien
Remarques sur le titreAu cours de sa longue histoire éditoriale, le titre de la grammaire de Veneroni subit quelques modifications. Pour ne citer que les titres publiés du vivant de l'auteur: Le Maître Italien ou Nouvelle Méthode pour apprendre facilement la langue italienne; Le Maître Italien dans sa dernière perfection avec un Abrégé de la Prononciation Françoise pour les Estrangers, et à la fin un Dictionnaire pour les deux Langues; Il maestro italiano; The Italian Master: Or, the Easiest and Best Method for Attaining that Language; The complete Italian Master; Italiänisch-Frantzösisch- und Teutsche Grammatica, Oder Sprach-Meister, etc.
Période|17e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire didactique de la langue italienne, avec des éléments de grammaire contrastive italien-français. La grammaire stricto sensu est précédée d'une section consacrée à l'explication des termes de la grammaire, des parties du discours et des cas qui s'adresse «à ceux qui ne savent pas le Latin».
Type indexéGrammaire didactique | Grammaire pour étrangers
Édition originaleParis, É. Loyson, 1678.
Édition utiliséeParis, É. Loyson, 1678.
Volumétrie[5]- 15- 230 p; env. 800 signes par page.
Nombre de signes200000
Reproduction moderneAucune.
DiffusionLe Maître Italien eut une grande fortune éditoriale qui s'étala sur plus d'un siècle et demi (30 éditions au cours du 18e s., 53 éditions entre 1678 et 1844). La 1re édition de 1678 sera plusieurs fois revue et corrigée par les successeurs de Veneroni qui enrichissent plus particulièrement les sections lexicographiques et phraséologiques de l'ouvrage original avec des dialogues, des proverbes, des modèles de lettres et un dictionnaire italien-français (cf. l'édition de 1747 Le Maître italien, ou la grammaire de Veneroni…avec un dictionnaire pour les deux langues… revu et corrigé par Charles Placardi).Veneroni avait déjà ajouté dans la 2e édition de 1681 une nomenclature divisée par sujets, la liste des verbes «plus nécessaires» ainsi que huit dialogues «famigliari», les proverbes italiens et des «récits amusants pour récréation». Le succès du Maître Italien ne fut pas limité à la France. La première traduction en anglais par Thomas Uvedale, The new italian grammar: or the easiest and best method for attaining that language (1711) sera suivie de 11 éditions jusqu'en 1800 et 13 réimpressions jusqu'en 1840. En Italie le Maître Italien fut utilisé comme modèle pour plusieurs méthodes de français (cf. l'ouvrage de Louis Lépine Le Maître françois publié en 1690).
Langues ciblesItalien
MétalangueFrançais
Langue des exemplesItalien et français
Sommaire de l'ouvrageDedicatoria (en italien): «Al Serenissimo Delfino di Francia». Sonetto (en italien): «Per i Sublimi insegnamenti del Signore Giovanni Veneroni Maestro Insigne della Toscana Lingua» par Marc-Antonio Romagnesi. Avis au lecteur. Extrait du «Privilège du Roy» (Versailles, le 7 octobre 1677). Introduction à la langue italienne par les principes qui sont les mêmes que les Latins (15 p.). Explication des termes de la grammaire. Explication des parties du discours. Explication des cas.
Première partie (p. 17-170). De la prononciation italienne (10 p.), p. 18-25. De la prononciation des voyelles. De la prononciation des consonnes. Récapitulation de la prononciation italienne. Manière d'apprendre une grande quantité de mots italiens en un moment (6 p.), 26-31. Chapitre premier (9 p.), 32-40: Des articles en général. De l'article défini. De l'article indéfini. Chapitre second (17 p.), 41-57: Des noms. Des augmentatifs. Des diminutifs. Des noms adjectifs. Des comparatifs. Des superlatifs. Des noms numéraux. Des noms ordinaux. Chapitre troisième (15 p.), 58-72: Des pronoms. Des pronoms personnels. Des pronoms conjonctifs. Des pronoms possessifs. Des pronoms démonstratifs. Des pronoms relatifs. Des pronoms interrogatifs. Des pronoms impropres. Chapitre quatrième (82 p.), 73-154: Des verbes. Chapitre cinquième (2 p.): 155-156: Du participe. Chapitre sixième (5 p.), 157-161: Des adverbes. Chapitre VII (4 p.), 162-165: De la préposition. Chapitre VIII (2 p.), 166-167: De la conjonction. Chapitre IX (3 p.), 168-170: De l'interjection, dernière partie du discours.
Seconde partie (p. 171-234). Contenant six Traités qui jusqu'à présent n'ont point paru au jour, tirés des Meilleurs Auteurs, et particulièrement de ceux qui ont écrit sur la pureté de la Langue Italienne.
Premier traité: De l'orthographe italienne (1 page), 173. Chapitre I: De l'orthographe (6 p.), 174-179. Chapitre second: De l'apostrophe (2 p.), 180-182. Chapitre troisième: Des paroles qu'on doit retrancher (2 p.), 182-184. Chapitre quatrième: Des mots qu'on ne doit pas retrancher (3 p.), 184-186.
Second traité: de l'accent italien (1 page), 187.Chapitre premier: De l'accent grave (2 p.), 188-189. Chapitre second: De l'accent aigu (3 p.), 190-192.
Troisième traité: des concordances italiennes (1 page), 193. Chapitre premier: De la concordance des articles (2 p.), 193-194. Chapitre second: De la concordance des noms (2 p.), 194-195. Chapitre troisième: De la syntaxe des pronoms (4 p.), 195-199. Chapitre quatrième: De la syntaxe des verbes (4 p.), 199-203. Chapitre cinquième: De la syntaxe des participes (2 p.), 204-205. Chapitre sixième: De la syntaxe des adverbes et des prépositions (3 p.), 206-208.
Quatrième traité (12 p.), 209-220: De la composition et des règles pour bien écrire et parler italien, insérées dans quelques thèmes. Thème sur les articles. Thème où tous les temps du verbe avere sont insérés. Thème sur les temps du verbe essere.
Cinquième traité (8 p.), 221-228: des licences poétiques et des divers synonymes des noms des dieux. Chapitre premier: Des licences poétiques Chapitre second: De la diversité des synonymes.
Traité sixième: Des Mots impropres (2 p.), 229-230.
Objectif de l'auteurApprentissage de l'italien avec une attention particulière aux personnes qui ne connaissent pas le latin. Sont mis en valeur le but pratique et la facilité de la méthode.
Intérêt généralLe Maître italien, fut longtemps synonyme de manuel d'italien. Il s'agit de la principale grammaire de référence de l'italien en France de la fin du 16e s. jusqu'à la fin du 18e s. et l'un des textes les plus diffusés en Europe. Absence de visée spéculative et de réflexion sur les notions grammaticales. Absence de références littéraires ce qui accentue le caractère de grammaire didactique de l'ouvrage à l'usage de locuteurs non italophones.
Parties du discoursLe discours ou l'Oraison se compose de neuf parties: l'article, le nom, le pronom, le verbe, le participe, l'adverbe, la proposition, la conjonction, l'interjection. La présentation grammaticale privilégie les variations morphologiques des parties variables (nominale et verbale). Simplification du traitement des parties invariables. Articles, noms et pronoms sont déclinés selon les cas latins. Listes de suffixes auxquels on fait correspondre des suffixes français (lexicographie contrastive), listes de mots regroupés sur la base de leur désinence. Tendance à l'inventaire (listes de verbes, de mots).
Innovations term.Aucune.
Corpus illustratifLes exemples sont forgés. Pas de citation littéraire.
Indications compl.La première édition du Maître Italien compte 230 pages, la dernière publiée du vivant de l'auteur en 1709 en compte 592.
Influence subieDifficile à déterminer.
Influence exercéeLe nom de Veneroni apparaît dans un grand nombre de préfaces de grammaires de l'italien à vocation pédagogique publiées au cours du 18e s. et au début du 19e s., accompagné de critiques, liste d'erreurs et «améliorations». Toute la prononciation de l'italien est «résumée» dans un texte de sept lignes et l'auteur garantit que, à travers la lecture de ce texte, l'apprenant pourra bien prononcer l'italien (repris notamment dans l'édition de 1696 de la Nouvelle méthode pour apprendre facilement et en peu de temps la langue italienne de Lancelot). La méthode d'apprentissage du lexique – illustrée dans la section «Manière d'apprendre une grande quantité de mots italiens en un moment» – eut un grand succès. Veneroni divise les mots italiens en trois groupes en fonction de leur terminaison (-a, -e ou -o) et pour chaque groupe il indique la correspondance entre terminaisons françaises et italiennes selon un procédé de lexicographie contrastive: -aggio/-age; -ale/-al; -anza/-ance; -ore/-eur, etc.
Renvois bibliographiques→ Références
Alston R. C. 1987; Bingen N. 1987; Choppin A. 1987; Gorini U. 1997; Minerva N. 1989; Minerva N. 2013; Minerva N. & Pellandra C. 1991; Mormile M. 1989; Nobili P. 1989; Pellandra C. (éd.) 1989; Pizzoli L. 2004; Van Passen A.-M. 1981
Rédacteur

Romanelli, Norma

Création ou mise à jour2016-03