CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Grammaire italienne pratique et raisonnée

Antonini, Annibale

DomaineGrammaires des langues européennes modernes
SecteurGrammaires italiennes [3238]
Liens

Google Livres (éd. 1746)

Auteur(s)

Antonini, Annibale

Datation: 1702-1755

Annibale Antonini est né en 1702 dans la région de Salerne (dans la ville de San Biagiosa ou Cuccaro) en Italie; il s'installe en 1726 à Paris où il enseigne l'italien pour plus de vingt ans et exerce son activité de grammairien, de lexicographe, de traducteur et d'éditeur de classiques italiens. Rentré vers 1750 à Naples, il y meurt en 1755.
Activité de grammairien: Traité de la grammaire italienne dédié à la Reine, Paris, chez Philippe Nicolas Lottin, 1726 (Google Livres, éd. 1746); Grammaire italienne à l'usage des dames, Paris, Rollin, 1728; Grammaire italienne pratique et raisonnée, Paris, Prault 1746 (nouvelle édition par G. Conti en 1758, puis Lyon 1759, ibid. 1763 et en traduction allemande Des Hannibal Antonini gründliche und practische italiänische Grammatik, Dresden, 1771). Il publia également les Principes de la grammaire françoise, pratique et raisonnée Paris, Duchesne, 1753.
Activité de lexicographe: Dictionnaire italien latin et françois contenant non seulement un Abrégé du Dictionnaire de la Crusca, mais encore tout ce qu'il y a de plus remarquable dans les meilleurs lexicographes, Etymologistes, et Glossaires, Paris, 1735 (ibid. 1738 et 1743 pour la partie français-latin-français); puis Venise, 1745 et 1755; Amsterdam et Leipzig, 1760.
Activité de traducteur: Examen de l'essai de M. de Voltaire sur la Poésie épique, Paris, 1728 (traduction de l'ouvrage de Paolo Rolli Remarks upon Voltaire's Essay on the epic poetry of the European nations); Ragionamento sù la pluralità de' mondi, Paris, 1748 (traduction de La Pluralité des mondes de Fontenelle).
Activité d'éditeur de classiques italiens: G. Della Casa, Prose e rime, Paris, 1727; G. B. Guarini, Il pastor fido, Paris, 1729; T. Tasso, Aminta, Paris, 1729; Id., La Gierusalemme liberata, Paris, 1744; G. G. Trissino, L'Italia liberata da' Goti, Paris, 1729; L. Ariosto, Orlando Furioso, Paris, 1746 et Londres, 1783; Rime scelte de' più illustri poeti italiani, Paris, Chardon, 1731.
Autre: Antonini est auteur également d'un guide à usage des voyageurs, Mémorial de Paris et de ses environs (Paris, 1732, 1734, 1744 et 1749 par G. T. Raynal).

Titre de l'ouvrageGrammaire italienne pratique et raisonnée
Titre traduit
Titre courtGrammaire italienne pratique et raisonnée
Remarques sur le titreLa Grammaire italienne pratique et raisonnée est la troisième grammaire publiée par Antonini, après le Traité de la grammaire italienne dédié à la Reine, Paris, chez Philippe Nicolas Lottin, 1726 et la Grammaire italienne à l'usage des dames, Paris, Rollin, 1728 (trois éd. en 1731). La matière grammaticale est essentiellement la même dans ces trois ouvrages, mais les titres choisis reflètent l'effort de l'auteur pour satisfaire les attentes du public. En effet les nombreux exemples littéraires et les références érudites présentes dans le Traité sont éliminés de la grammaire à l'usage des Dames qui accueille en revanche les dialogues dont l'absence avait fait l'objet de critiques. Le titre de la dernière version, Grammaire italienne pratique et raisonnée, signale l'intention de l'auteur d'inscrire son ouvrage sous le signe de la GGR de Port-Royal, sans pour autant que cette intention se reflète dans le contenu, qui reste inchangé par rapport à la deuxième version.
Période|18e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire didactique de l'italien avec une approche contrastive italien-français. Dans l'Introduction Générale à l'Etude des langues l'auteur fournit la définition des parties du discours avec des exemples en français.
Type indexéGrammaire didactique | Grammaire pour étrangers
Édition originaleParis, Prault fils, 1746.
Édition utiliséeParis, Prault fils, 1746.
VolumétrieIn-12; XX- 348 p; env. 1200 signes par page.
Nombre de signes440000
Reproduction moderneAucune.
DiffusionEnviron 15 réimpressions de 1746 à 1787. Edition revue et corrigée par G. Conti en 1758, puis Lyon 1759.
Langues ciblesItalien (mais dans l'introduction la définition des parties du discours est donnée en français avec des exemples dans la même langue)
MétalangueFrançais
Langue des exemplesItalien et français, à titre contrastif
Sommaire de l'ouvragePréface (en français): (20 p.). Introduction générale à l'étude des langues (62 p.).
Grammaire italienne (228 p.) De la prononciation italienne (27 p.) 1-27. Des articles (19 p.) 28-46: en général. De l'article défini. De l'article indéfini. (13 p.) 47-60. Des pronoms (16 p.) 61-77: Des pronoms personnels. Des pronoms conjonctifs. Des pronoms possessifs. Des pronoms démonstratifs. Des pronoms relatifs. Des pronoms interrogatifs. Des pronoms impropres. Des verbes (103 p.) 78-181. Des adverbes (18 p.): 182-200. Des prépositions (12 p.): 201-212. De la conjonction (3 p.): 213-215. ‘Règles faciles pour changer quantités de mots du françois en italien ou de l'italien en françois’ (12 p.) 216-228.
Dialogues (57 p.) 229-284 (13 dialogues).
Traité de la poésie italienne (32 p.) [1] 286-318.
Recueil de pièces italiennes (26 p.) 319-346.
Post-texte: Approbation (Paris 29 novembre 1745). Privilège du roi (Paris 25 février 1746) (2 pages non numérotées).
Objectif de l'auteurL'objectif de l'auteur est illustré dans la préface: permettre un apprentissage de l'italien sans peine et avec une médiocre application, à travers une simplicité méthodique dénuée de toute érudition.
Intérêt généralLa production grammaticale d'Antonini eut un succès comparable à celui de son prédécesseur Veneroni. Il s'agit d'ouvrages ayant un but exclusivement didactique dans lesquels les indications théoriques sont à peine esquissées et restent conventionnelles (notamment dans la définition des prérogatives de l'italien). Cet ouvrage fournit, surtout dans la section consacrée aux Dialogues, des informations sur l'italien tel qu'il était enseigné en France au 18e s.: il s'agit d'une langue hybride et «artificielle» dans laquelle cohabitent des termes archaïques, familiers et d'origine dialectale (cf. Folena 1987 p. 412).
Parties du discours«Le discours a neuf parties, qu'on appelle aussi parties de l'Oraison: Article, Nom, Pronom, Verbe, Adverbe, Participe, Préposition Conjonction & Interjection».
Innovations term.Aucune. Antonini utilise la terminologie française sans la traduire en italien.
Corpus illustratifLes exemples sont inventés. Rares exemples littéraires.
Indications compl.Antonini participe indirectement à la polémique qui opposa Voltaire à Paolo Rolli sur la langue et la littérature italienne avec sa traduction du pamphlet du poète arcadien Remarks upon Voltaire's Essay on the epic poetry of the European nations (1728). Dans sa Préface du traducteur, Antonini reprend les arguments de la célèbre polémique Orsi-Bouhours. Dominique Bouhours dans les Entretiens d'Ariste et d'Eugène (1671) d'abord et dans La manière de bien penser sur les ouvrages de l'esprit (1687) ensuite, stigmatisait les défauts de la langue italienne pour affirmer la supériorité de la langue française. G.G. Orsi répond aux attaques françaises avec l'ouvrage Considerazioni sopra l'opera franzese intitolata “La maniera di ben pensare sulle opere di spirito” (1703). Dans un souci pédagogique, Antonini indique l'ordre d'apprentissage idéal (très semblable à celui qui était recommandé par Claude Lancelot dans la préface à sa Nouvelle Méthode pour apprendre facilement et en peu de temps la langue Italienne): d'abord «les déclinaisons des articles, les Verbes essere & avere, puis les Verbes amare, temere & sentire; cela fait on commencera aussitôt à expliquer en François quelque Auteur italien, ensuite on prendra la même traduction Françoise pour la remettre en Italien, en y remarquant toujours la différence des deux Langues: ensuite qu'on lise attentivement les Verbes irreguliers».
Influence subieDans la préface de sa grammaire, Antonini illustre les grandes lignes de la tradition normative italienne avec la reprise des concepts appartenant à la «vulgate» (théorie sur l'origine de la langue italienne, autorité des Tre Corone, primauté de la Toscane, italien comme langue à la fois morte et vivante). Il cite à plusieurs reprises Régnier-Desmarais. Définition du verbe selon la GGR mais en se référant génériquement aux grammairiens: «le Verbe être selon eux [les grammairiens] sert pour affirmer ce qui existe, ou ce qui est considéré comme existant. Les autres Verbes n'affirment qu'en tant qu'ils participent de la force du verbe être; c'est-à-dire, que lorsqu'on dit, je lis; c'est comme l'abrégé, comme si je disois, je suis lisant» (Introduction générale, p. 38).
Influence exercéeDifficile à déterminer, mais sans doute limitée.
Renvois bibliographiques→ Références
Cappello M. L. 1996; Choppin A. 1987; Folena G. 1961 {p. 409-414}; Folena G. 1983; Marazzini C. 1997; Marietti M. 2015; Mormile M. 1989; Pistolesi E. 2006; Trabalza C. 1908 {p. 435}
Rédacteur

Romanelli, Norma

Création ou mise à jour2016-03