CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Die Grundsätze der deutschen Sprache

Bodmer, Johann Jakob

DomaineGrammaires des langues européennes modernes
SecteurGrammaires allemandes [3514]
Auteur(s)

Bodmer, Johann Jakob

Datation: 1698-1783

Ecrivain suisse, né à Greifensee (Suisse), mort près de Zürich. Après des études de théologie et un séjour de plusieurs années en Italie, il fut professeur d'histoire suisse au lycée de Zürich, de 1725 à 1775. Son œuvre, volumineuse, comprend notamment des traités de poétique, des éditions de littérature allemande du Moyen Age, des traductions de textes littéraires grecs, français et anglais ainsi que des ouvrages linguistiques ayant trait à la grammaire (Grundsätze der deutschen Sprache, 1768; Anleitung zur Erlernung der deutschen Sprache, 1773; Die Biegungen und Ausbildungen der deutschen Wörter, 1773) et à l'histoire de la langue (Die Hauptepochen der deutschen Sprache, 1784).

Titre de l'ouvrageDie Grundsätze der deutschen Sprache. Oder: Von den Bestandtheilen derselben und von dem Redesatze
Titre traduitPrincipes de la langue allemande, ou de ses éléments et de la phrase
Titre courtDie Grundsätze der deutschen Sprache
Remarques sur le titre
Période|18e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire succincte de l'allemand.
Type indexéGrammaire élémentaire
Édition originaleAnonyme: 1768, Zürich, bey Orell, Gessner und Comp.
Édition utilisée1768, Zürich, bey Orell, Gessner und Comp. [exemplaire de la Bayerische Staatsbibliothek München].
Volumétrie24 + 132 pages, environ 1 180 signes par page.
Nombre de signes184000
Reproduction moderne
Diffusion
Langues ciblesAllemand
MétalangueAllemand
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvragePréface (p. [3]); avant le texte grammatical proprement dit figurent deux articles de Bodmer, précédemment parus dans des périodiques: Von der Würde der Sprachlehre [De la dignité de la grammaire] (p. 4-7) et Von den Verdiensten D. Martin Luthers um die deutsche Sprache [Des services rendus par Martin Luther à la langue allemande] (p. 8-24). Tout en soulignant le rôle capital de Luther dans l'évolution de la langue écrite, l'auteur estime que le réformateur a négligé à tort la richesse linguistique qu'offrent les textes médiévaux en prose et en vers. Le corps du texte est organisé en 14 sections: les neuf parties du discours (sections 1-9, p. 1-79, les sections sur le nom [p. 1-23] et le verbe [p. 38-60] étant sensiblement plus longues que les autres); analyse de la phrase et ordre des mots (section 10, p. 80-103); "idiotismes" et synonymes (section 11, p. 104-114); orthographe (section 12, p. 115-120); ponctuation (section 13, p. 121-127); métrique (section 14, p. 128-132).
Objectif de l'auteurBodmer s'inspire directement des Vrais principes de la langue françoise de l'abbé Girard (1747) [voir notice 2407], dont il déclare suivre la méthode et les principes tout en respectant le génie propre de la langue allemande (cf. sa préface). Pour Bodmer, la réflexion sur la précision terminologique est essentielle en grammaire. Les règles de grammaire doivent être établies sur la base de la 'nature', du 'caractère' particuliers à chaque langue ("Naturell"; cf. Von der Würde, p. 6 sq.).
Intérêt généralBodmer est le premier grammairien de l'allemand à adopter la distinction, fondamentale, qu'établit Girard entre classes de mots (Bestandtheile der Rede chez Bodmer) et unités syntaxiques (Glieder der Rede). Reprenant le système des catégories syntaxiques proposé par le grammairien français et l'adaptant à l'analyse du Redesatz (phrase), l'auteur distingue les catégories Hauptsache (litt. "l'élément principal"; le "subjectif" de Girard), Beymessung (litt. "attribution"; "l'attributif" chez Girard), Gegenstand (litt. "objet"; "l'objectif" chez Girard), Richtung oder Sehepunkt der Beymessung (litt. "direction ou perspective de l'attribution"; le "terminatif" chez Girard); Umstand (litt. "circonstance"; le "circonstanciel" de Girard); Verbindung (litt. "liaison"; le "conjonctif" chez Girard) et Zugabe (litt. "ajout"; "l'adjonctif" de Girard). A la différence de Gottsched, l'auteur ne transpose pas simplement le système casuel du latin vers l'allemand. S'il n'admet pas l'existence de l'ablatif en allemand, il retient cependant le vocatif (Ruffall), arguant qu'il se distingue du nominatif (Nennfall) par l'absence d'article.
Parties du discoursLa classification est largement inspirée de Girard, sauf pour ce qui est de l'article. Bodmer pose en effet neuf classes: (1) Hauptwort (substantif, classe à laquelle est rattaché, en raison de son lien étroit avec celui-ci, l'article défini [Artickel]; l'article indéfini, pour sa part, est rangé dans la classe des noms de nombre), (2) Fürwort (les pronoms, subdivisés en persönliche [personnels], sich beziehende [relatifs], unbezielte [indéfinis] et anzeigende [démonstratifs]), (3) Beywort (adjectif), (4) Zeitwort (verbe), (5) Nebenwort (adverbe; Bodmer critique ici les grammairiens qui ne distinguent pas entre l'adverbe en tant que classe de mots et Umstand, catégorie syntaxique exprimant la 'circonstance' et pouvant être formée de plusieurs mots), (6) Wörter, welche die Zahlen und die Summen bezeichnen (noms de nombre), (7) Vorsetzwort / wörtchen (préposition), (8) Bindewort (conjonction) et (9) Partickel (terme regroupant les Wörter, welche die Empfindlichkeit des Herzens, oder eine Wendung in dem Kopf des Redenden ausdrücken ['mots exprimant la sensibilité du cœur, ou un changement dans l'esprit du locuteur'], p. 78). A noter que l'auteur inclut dans son traitement des parties du discours principales un exposé succinct de la dérivation et de la composition.
Innovations term.Le terme Gefühlwort pour Zwischenwort (interjection), par lequel Bodmer désigne la première catégorie de 'particules', pourrait être une création de l'auteur.
Corpus illustratifBodmer cite un certain nombre d'auteurs, nommés (Lohenstein, Haller et surtout Opitz) ou non, sans fournir d'autres précisions.
Indications compl.
Influence subieCelle de Girard est très nette, tant pour le traitement des classes de mots que pour celui des catégories syntaxiques. Bodmer se réfère également, en le critiquant, à Gottsched.
Influence exercéeL'ouvrage de Bodmer a influencé les grammaires de J. C. Adelung (1782), de Jakob Hemmer (1775) et de Johann Gottlieb Lindner (1772).
Renvois bibliographiques→ Références
Bender W. 1973; Brekle H. E., Dobnig-Jülch E., Höller H. J. & Weiss H. 1992 {vol. 1, p. 297-305}; Herder J. G. 1967 {[1769]}; Jellinek M. H. 1968 {[1913-1914]}; Jöcher C. G. & Adelung J. C. 1960 {[1784], col. 1956}; Kaltz B. 1979; Kosch W. 1968 {col. 647-655}
Rédacteur

Kaltz, Barbara

Création ou mise à jour2000