CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Handbuch der Sprachwissenschaft

Reinbeck, Georg

DomaineGrammaires des langues européennes modernes
SecteurGrammaires allemandes [3522]
Liens

Google Livres (vol. 3, 1824)

Auteur(s)

Reinbeck, Georg

Datation: 1766-1849

Philologue, écrivain et grammairien allemand. Né à Berlin, il fut formé au célèbre lycée Joachimsthal. Docteur en philologie, Reinbeck se rendit en 1791 à Saint-Pétersbourg où il devint le précepteur des princes Koakin et fit carrière dans l'enseignement secondaire privé et public. Correspondant de la revue Jenaische Literaturzeitung et de divers autres organes, auteur d'essais et de pièces de théâtre, il se concentra sur la grammaire allemande en publiant une importante grammaire scolaire (1801). Ami de Goethe et de Wieland. A Tübingen, il fonda avec Haug le journal littéraire Literaturblatt qu'il dirigea jusqu'en 1811, pour occuper à l'École supérieure de Stuttgart la chaire de Littérature, d'allemand et d'esthétique. Ses nombreux écrits grammaticaux lui permirent d'entrer à la Société francfortoise de défense de la langue allemande. Il mourut à Stuttgart en 1849.

Titre de l'ouvrageHandbuch der Sprachwissenschaft mit besonderer Hinsicht auf die deutsche Sprache. Zum Gebrauche für die oberen Klassen der Gymnasien und Lyceen
Titre traduitManuel de linguistique tenant compte en particulier de la langue allemande. A l'usage des classes supérieures des gymnasiums et des lycées.
Titre courtHandbuch der Sprachwissenschaft
Remarques sur le titreComplément du titre: verfaßt von Dr. Georg Reinbeck, Königlich Würtembergischem Hofrathe und ordentlichem Professor der deutschen Sprache, Literatur und Aesthetik an dem Königlichen Ober-Gymnasium zu Stuttgart. Ersten Bandes erste Abtheilung, enthaltend: Die reine allgemeine Sprachlehre [Premier volume, première partie: Grammaire générale théorique]. Ersten Bandes zweite Abtheilung: Die angewandte allgemeine Sprachlehre [Premier volume, deuxième partie: Grammaire générale pratique]. Zweiten Bandes erste Abtheilung, Die Rhetorik [Deuxième volume, première partie: La rhétorique]. Zweiten Bandes zweite Abtheilung, Die Poetik [Deuxième volume, seconde partie: La poétique]. Dritten Bandes erste Abtheilung, Die Geschichte der Dichtkunst und Literatur [Troisième volume, première partie: Histoire de la poésie et de la littérature]. Dritten Bandes zweite Abtheilung, Poetische Beispielsammlung [Troisième partie, seconde partie: Collections d'exemples de poésie].
Période|19e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire générale, à usage scolaire, normative.
Type indexéGrammaire générale | Grammaire normative | Grammaire didactique
Édition originalePremière édition: Vol. 1, 1812. Vol. 2, 1817. Vol. 3, 1824.
Édition utiliséeSeconde édition: 1819, Essen et Duisburg, G. D. Bädeker (3 vol.). Section traitée: premier volume, première partie.
VolumétrieFormat: 11,5 x 19,2 cm. Premier livre, première partie: 270 pages Environ 1 750 signes par page.
Nombre de signes462000
Reproduction moderne
DiffusionPremière édition: Vol. 1, 1812. Vol. 2, 1817. Vol. 3, 1824. Seconde édition: Vol. 1, 1819 (avant la parution du volume 3 de la première édition). Vol. 2, 1823.
Langues ciblesLangues du monde; l'ouvrage est conçu comme une grammaire générale, bâtie à l'exemple de l'allemand.
MétalangueAllemand
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageVol. 1.1. Grammaire générale théorique (251 p.). Préface de la 1re éd. (p. V-X), Préface de la 2e éd. (XI-XIV). Table des matières (XV-XXII). Introduction à la grammaire générale (3-26), § 1-42, (la langue § 1-36, la grammaire § 37-42). La grammaire générale théorique (§ 43-247). I. Généralités (27-51) § 43-90. I. Grammaire générale esthétique § 46-47. II. logique (§ 48-90). A. Quelles sortes de mots (Sprachteile) et quelles parties de la proposition faut-il pour représenter les concepts et les jugements (§ 50-64). B. Quelles formes doivent figurer auprès des sortes de mots et parties de la proposition, pour désigner les relations absolues entre les concepts et les jugements? (§ 65-72). C. Comment les sortes de mots et parties de la proposition s'articulent-elles pour former une proposition, pour représenter le jugement et la conclusion? (§ 73-81) D. De la morphologie (§ 83-90). II. Etudes particulières (52-250) § 91-247. A. Du mot (52-125) § 92-213. I. Des parties du discours (Wortarten) (§ 93-97): a. Des mots de la sensation et des mots conceptuels; b. Des parties du discours fondamentales, des parties du discours secondaires. II. Du substantif et de l'adjectif (§ 98-133). III. Du verbe (§ 134-169). IV. Du pronom (§ 170-197). V. De la préposition (§ 198-202). VI. De la conjonction au sens étroit (§ 203); VII. De l'adverbe (§ 204-209). B. De la parenté entre les parties du discours, de la phrase (125-151) § 214-247. Introduction (§ 214-216). I. De la combinaison des mots (§ 217-230); II. De la combinaison des phrases (§ 231-247).
Vol. 1.2. Grammaire générale pratique (188 p.). Table des matières (V-X). Introduction. § 1-25. Chap. 1: La langue, organe de la poésie (§ 26-147); chap. 2. La langue, organe de la science (§ 148-221); chap. 3. La langue, comme son pur, proche de la musique (§ 138-188).
Vol. 2.1. La rhétorique (218 p.). Table des matières, III-XII. Introduction, § 1-10. Rhétorique, Partie théorique § 11-253. Partie pratique § 254-384. Vol. 2.2. La poétique, en relation avec l'esthétique (292 p.). Table des matières. IX-XX. Introduction, § 1-21. Esthétique, § 22-125 (Critique de la force poétique, théorie des beaux-arts). Poétique, partie théorique, § 192-314. Partie pratique, § 315-625.
Vol. 3.1. Histoire de la poésie et de la littérature. (168 p.) Préface (V-X) Table des matières (XI-XII). Introduction, § 1-4. Brève histoire de la poésie et de la littérature, § 5-79. Vol. 3.2. Collections de poèmes.
Objectif de l'auteurPour Reinbeck, cet ouvrage sert de référence à sa grammaire scolaire de 1801 (Deutsche Sprachlehre, zum Gebrauch von deutschen Schulen), rééditée en 1813 (3e éd.). Il a pour but d'élever l'enseignement de la langue maternelle à un degré plus élevé de culture, formateur pour l'élève. Son auteur le veut à orientation pratique, à utilité pédagogique, un exposé clair devant être facilement assimilable par un esprit jeune. Approche sémantique.
Intérêt généralGrammaire générale, s'appuyant de manière plus spécifique sur l'allemand. Il se propose de montrer la langue en train de se constituer par rapport aux lois de la pensée (entstehend). L'ouvrage englobe la rhétorique et la poétique. L'histoire de la littérature couvre la période historique jusqu'à la dernière étape d'évolution (1750 et après). Par rapport aux autres grammaires de l'auteur, cet ouvrage montre l'influence grandissante d'analyses et de classifications d'Adelung et de Bernhardi par rapport à celles de Meiner, et l'influence forte de Roth.
Parties du discoursLes parties du discours sont au nombre de onze. Reinbeck augmente ainsi la classification d'Adelung dont il s'inspire en traitant comme parties du discours autonomes l'adjectif, l'adjectif-adverbe et l'adverbe (Eigenschafts-, Beschaffenheits-, Umstandswort). Il établit une distinction entre: le substantif; l'attributif: l'adjectif et le verbe "substantivum" (l'infinitif); le verbe, la copule, le numéral, l'adverbe (circonstanciel), le pronom, l'article, la préposition, le pronom relatif et la conjonction de coordination (Bindewort, im engern Sinne), la conjonction de subordination (Fügewort, im weitern Sinne). Interjections et onomatopées sont classées à part comme expression des sensations. Le substantif est comme chez Adelung la première partie du discours, l'expression de la substance et de propriétés inhérentes. L'adjectif et le "verbum finitum" sont à considérer comme des "accidents", ainsi que l'adverbe, le pronom et l'article. L'adverbe est la partie du discours qui ne régit pas et n'est pas régie, mais est une détermination secondaire de l'attributif, tandis que le pronom et l'article ne peuvent pas régir, mais leur emploi obéit aux règles de la congruence. La classification interne, complexe, obéit à des regroupements essentiellement sémantiques. Notons que l'infinitif et le participe ne sont plus des modes; leur analyse reprend les distinctions kantiennes de la réalité (indicatif), de la possibilité ("subjunctivus") et de la nécessité. Reinbeck précise bien ensuite que le mode de la possibilité en allemand est le "conjonctif" (Conjunctiv).
Innovations term.Reinbeck obtient une classification des temps avec des dénominations spécifiques: le temps n'est pas défini par rapport au moment d'énonciation, mais au moment ressenti dans la conscience où une propriété est attribuée à un sujet. Il obtient une classification de neuf temps, répartis 3 x 3: ce qui du présent, du passé ou du futur (das jetzige/vorige/künftige Seyn) est pensé par rapport au moment présent (als gegenwärtig denkt): le présent, le prétérit et le futur; le passé pensé à partir du moment présent, d'où les formes de "praeteritum in praesente" (le parfait), de plus-que-parfait et de futur antérieur (jetziges/voriges/künftiges Vorbeiseyn); et le futur pensé à partir du moment présent (in der gegenwärtigen Zeit als bevorstehend denkt - das jetzige/vorige, zukünftige Erwarten), d'où des formes rendues par des conjugaisons latines traduites en allemand du type "dormiturus sum - ich werde ein Schlafenwerdender". Dans l'analyse des pronoms, Reinbeck emploie le terme de désignatif (Andeuter), pour traduire les phénomènes déictiques et anaphoriques du pronom personnel, relatif et interrogatif. Il intègre les catégories kantiennes de Roth en les modifiant quelque peu (classification par espèce, qualité, relation, modalité).
Corpus illustratifLes exemples du vol. 1 sont en allemand, quelques exemples latins. Les langues évoquées dans le reste de l'ouvrage sont les langues européennes avec le perse, l'arabe, l'hébreu, l'hindou.
Indications compl.Seul l'allemand est pris comme exemple, à l'exclusion de toute autre langue sauf le latin dans l'exposé consacré aux temps verbaux. L'emploi systématique d'une terminologie latine, accompagnée d'une traduction allemande des termes (à l'inverse d'autres grammairiens de la même époque privilégiant la terminologie allemande). La langue est le moyen de désigner et de traduire les représentations par des sons articulés, en tant que moyen de se faire comprendre (Verständigungsmittel). Elle est aussi une compétence, et le langage son produit parlé par un peuple. Reinbeck distingue bien entre la parole (Rede) et sa fixation (Schrift). Parler exprime la volonté individuelle de communiquer un contenu pour le faire advenir à la conscience de l'autre, ce qui présuppose une prise de conscience propre de ses sensations, représentations et de leurs liens. Le jugement consiste entre l'association et la séparation de deux concepts, le premier étant fondamental, le second accidentel. Le concept n'est pas seulement exprimé par un mot, mais aussi par un mot et ses déterminations.
La proposition, tripartite, est constituée d'un sujet, d'un prédicat et d'une copule; les parties de la proposition étant liées par des relations d'inhérence et de dépendance. Mais l'ordre type de succession des parties de l'énoncé SCP, le sujet sous la forme d'un substantif, n'est pas régi comme chez Becker selon le principe de subordinations successives de déterminant à déterminé. La congruence, la flexion et les phénomènes rectionnels rendent compte de la cohésion interne d'une phrase. Les relations entre les propositions s'articulent entre elles selon les principes d'inhérence (par les relatifs) et d'intégration (conjonctions), voire de dépendance (subordination). L'ordre des mots rend compte de l'intention du locuteur: la clarté, l'insistance, l'euphonie viennent modifier l'ordre SP, et entraîner l'inversion. Tout concept (Begriff) peut devenir sujet. La "substance" et l'"accident" ne sont pas à confondre avec la fonction de sujet et de prédicat.
Exercices: absents du premier volume, mais présents dans les parties "pratiques": exercices de rédaction, de déclamation, d'interprétation de la prose et de la poésie allemandes, à l'exclusion d'exercices tels que la dictée.
Influence subieCelle de Meiner, Vater, Grotefend, Adelung, Bernhardi, Roth. Il y a des parallèles à faire avec Seidenstücker, Schmitthenner.
Influence exercéeDes parallèles sont à établir avec Rosenberg, Wüllner, Bauer, Bernhardt, Schmitthenner.
Renvois bibliographiques→ Références
Ehrhard A.-F. 1993; Ehrhard A.-F. 1998; Forsgren K.-Å. 1985; Forsgren K.-Å. 1992; Jellinek M. H. 1906; Jellinek M. H. 1968; Lenders W. 1974; Matthias A. 1907; Naumann B. 1986; Simon J. 1974; Vesper W. 1980
Rédacteur

Ehrhard, Anne-Françoise

Création ou mise à jour2000