CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Short introduction of grammar

Colet, John

DomaineGrammaires des langues européennes modernes
SecteurGrammaires anglaises [3601]
Auteur(s)

Colet, John · Lily, William

Colet, John

Datation: ca 1467-1519

Humaniste anglais. Ancien étudiant, à Oxford, de Grocyn et de Linacre, il se lie ensuite d'amitié avec l'humaniste hollandais Erasme. Féru de culture classique, il est attiré par le néo-platonisme découvert lors d'un séjour de trois ans en Italie (ca 1493-1496). A son retour à Londres, il y fonde l'école de St Paul – modèle d'éducation de l'Angleterre de l'époque Tudor – qu'il dirige à partir de 1505.

Lily, William

Variantes: Lillie; Lilly; Lilius; Lilye

Datation: ca 1468-1522

Grammairien anglais, né à Odiham, Hampshire, mort à Londres. Il étudia à la Magdalen College School d'Oxford (bastion humaniste réputé), où il fut l'élève de John Stanbridge. Il se perfectionna en Italie et fut le premier à ouvrir à Londres des cours publics de grec; en 1511, il fut choisi pour maître de l'école de Saint-Paul fondée par John Colet (1467-1519), doyen près de la cathédrale Saint-Paul. Il a indirectement contribué à une méthode grammaticale pédagogique qui fait intervenir l'anglais pour initier au latin, A Shorte Introduction of Grammar (notice 3601).

Titre de l'ouvrageA Shorte Introdvction of Grammar, generally to be used in the Kynges Maiesties dominions, for the bryngynge up of all those that entende to atteyne the knowledge of the Latine tongue
Titre traduitCourte introduction à la grammaire latine, destinée à un usage généralisé dans les possessions de Sa Majesté le Roi, pour l'éducation de tous ceux qui entendent parvenir à la connaissance de la langue latine
Titre courtShort introduction of grammar
Remarques sur le titre
Période|16e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire élémentaire du latin à but pratique et didactique.
Type indexéGrammaire élémentaire | Grammaire pratique | Grammaire didactique
Édition originaleCet ouvrage – qui constitue la première partie d'une compilation de plusieurs écrits grammaticaux sur le latin couramment appelée Lily's Grammar ou The Royal Grammar (1re édition, Londres, 1548/1549) – est la glose anglaise d'un traité en latin publié apparemment dès 1510, mais dont aucun exemplaire antérieur à 1527 ne semble avoir survécu; il est associé à une syntaxe intitulée Brevissima Institutio qui est la réplique du Libellus de Constructione Octo Partium Orationis de 1513, syntaxe élémentaire du latin en latin écrite par Lily et remaniée par Erasme à la demande de Colet (voir tome I, notice 1248).
Édition utiliséeReproduction en fac-similé de l'édition de 1549 (Londres, Reginald Wolf: Bodleian Library (cote 4°M22 Art BS(1)) par la Scolar Press Ltd. (n° 262, 1970, Menston). Edition non paginée, dont les pages manquantes sont complétées par des pages de l'édition de 1557, apparemment identique (Bodleian Library, cote 8°I 18 Art BS).
VolumétrieNombre de pages: [72]. Environ 1700 signes par page pour les 60 premières pages, 1000 pour les suivantes.
Nombre de signes72000
Reproduction moderneS. Blach (ed.), "Shakespeares Lateingrammatik", Jahrbuch der deutschen Shakespeare-Gesellschaft, vol. 44, 1908, p. 65-117; vol. 45, 1909, p. 51-101; V.J. Flynn (ed.), A Shorte Introduction of Grammar by William Lily, New York, 1945; William Lily and John Colet, A Short Introduction of Grammar, 1549, Menston, England, The Scolar Press Ltd., 1970.
DiffusionNombreuses rééditions tant piratées que légales. Dans les débuts, il s'agit essentiellement de la version latine, très prisée sur le continent (voir tome I, notice 1248). Mais en Angleterre, la protection du cardinal Wolsey (1529) et la publication en 1547 d'un édit royal – renouvelé en 1559, 1571 et 1604 et jamais abrogé depuis – qui impose la Shorte Introduction of Grammar à toutes les écoles du royaume est à l'origine d'un nombre impressionnant d'éditions. Watson (1908, p. 255) relève dans les Registers of the Stationer's Company de 1574 une autorisation de procéder à 4 doubles impressions annuelles de cet ouvrage (soient 10 000 exemplaires là où la norme est de 1250 exemplaires par édition). Enfin, son adaptation et "appropriation" par l'une des plus célèbres écoles privées du Royaume Uni, Eton College, assure à l'Eton Latin Grammar des rééditions régulières jusqu'en 1868. Les autres grammaires latines publiées aux 16e et 17e s. se présentent toutes comme des commentaires, des compléments, ou des explicitations de cette grammaire, conditions sine qua non de leur publication.
Langues ciblesLatin
MétalangueAnglais, excepté p. [61]-[71] qui sont en latin, un anglais qui n'est guère qu'une traduction servile de la terminologie grammaticale latine.
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageTranscription du décret du roi Edouard VI imposant cette grammaire à toutes les écoles de son royaume (1 p.). Préface adressée au lecteur: considérations pédagogiques sur l'enseignement de la grammaire, l'intérêt d'un monopole grammatical, et la progression prônée par l'auteur (déclinaison du nom, conjugaison du verbe et règles d'accord, le tout illustré de nombreux exemples, avant l'étude de livres à traduire en latin) (5 p.). Accidence (du latin accidentia, "accidents", c'est-à-dire catégories afférentes aux parties du discours) traitant des 8 parties du discours de la tradition latine et de leur morphologie: le nom, ses nombre, ses cas, ses articles, ses genres, ses déclinaisons, la déclinaison des adjectifs, la comparaison des noms (8 p.); le pronom et ses déclinaisons (3 p.); le verbe, ses modes, ses temps, ses personnes, et ses tableaux de conjugaisons (14 p.); le participe (1,5 p.); l'adverbe (1 p.); la conjonction (0,5 p.); la préposition (1 p.); l'interjection (0,5 p.). Puis, sous le titre Godly lessons for Chyldren, recueil de préceptes religieux ou maximes morales en langue anglaise, chacune assortie de sa traduction en latin (3 p.). Règles et observations réunies sous le titre The concordes of latine speche dont l'objectif est d'entraîner l'élève à identifier le cas à affecter aux mots lors de la traduction d'anglais en latin (17 p.). Et enfin, recueil de prières et de cantiques en latin (10,5 p.), pour terminer par le cachet et la devise de l'imprimeur.
Objectif de l'auteurFaciliter l'enseignement du latin et accroître son efficacité par l'utilisation de l'anglais (métalangue anglaise et traduction des exemples en anglais).
Intérêt généralCette grammaire qui se situe dans la tradition humaniste conditionne, par le monopole dont elle jouit dans le cadre de l'enseignement du latin, toute la production grammaticale anglaise des deux siècles suivants.
Parties du discoursOn y retrouve les 8 parties du discours de l'Ars Minor: 4 parties déclinables (nom, pronom, verbe et participe) et 4 parties indéclinables (adverbe, conjonction, préposition et interjection).
Innovations term.Innovation essentielle: la Shorte Introduction développe et impose l'utilisation du terme de signe (avec sa variante token). Le signe est un outil de traduction: c'est un mot, voire une expression qui permet d'identifier une catégorie grammaticale telle que le cas, le mode ou le temps (The infinitive… is known commonly by this signe…) ou bien parfois d'exprimer une notion (the optative wysshes or desyreth with these signes… The future tense speaketh of the tyme to come with this signe…). Voir Verrac 1985b, p. 43-56.
Corpus illustratifCorpus très simple: exemples forgés par le grammairien, empruntés au domaine quotidien de l'élève (famille, école, religion, sentiments, morale) et, seulement en annexe, quelques prières et emprunts à la liturgie.
Indications compl.Ouvrage en anglais, clair, court et très ordonné, comportant des instructions méthodologiques pour identifier les cas (The Nominative case commeth before the verbe, and answereth to this quaestiõ, Who or What… The Genitive case is knowen by this token Of, and answereth to this quaestiõ, Whose, or Whereof…) et quelques tableaux élémentaires aisés à mémoriser.
Influence subieDonat (De octo partibus orationis) pour la démarche et le cadre de description, Melanchthon pour la simplification des définitions (souvent de type sémantique) et, pour l'intervention de l'anglais dans l'enseignement du latin, influence de deux grammairiens anglais: Stanbridge, auteur d'un lexique latino-anglais (Vulgaria, 1508) et d'un précis grammatical en anglais (Accedence [1496]) et Linacre, auteur d'un ouvrage élémentaire en anglais (Progymnasmata grammatices vulgaria, [1512?]) (voir Allen 1954; Padley 1976, p. 22, 44, Gensini 1999).
Influence exercéeIncommensurable dans le domaine latin où seuls peuvent être publiés des commentaires, des traductions ou des compléments de la Royal Grammar (voir Watson 1908); influence un peu moindre, mais fort considérable néanmoins, dans le domaine anglais (tous les grammairiens de l'anglais ont été formés par la Royal Grammar), ce qui justifie dans une large mesure les différences que l'on peut noter entre la tradition grammaticale anglaise et celle des pays voisins.
Renvois bibliographiques→ Références
Allen C. G. 1954; Alston R. C. 1965; Black S. 1908; Enkvist N. E. 1975; Enkvist N. E. & Gwosdek H. 2009; Gensini S. 1999; Lily W. 1945; Mace N. A. 1993; Mace N. A. 2000; McGregor R. 2015; Michael I. 1970; Padley G. A. 1976; Poldauf I. 1948; Verrac M. 1985; Vorlat E. 1975; Watson F. 1908
Rédacteur

Verrac, Monique

Création ou mise à jour2000