CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Grammatical Institute of the English Language

Webster, Noah

DomaineGrammaires des langues européennes modernes
SecteurGrammaires anglaises [3620]
Auteur(s)

Webster, Noah

Datation: 16 octobre 1758 - 28 mai 1843

Noah Webster est un lexicographe américain né à West Hartford, Connecticut. Après des études à Yale College et quelques années d'enseignement à Goshen, New York, il fit du droit et fut reçu au barreau en 1781, ce qui ne l'empêcha pas d'avoir des activités très variées: il fonda trois journaux, qu'il vendit moins de dix ans plus tard, voyagea beaucoup, et s'intéressa à la politique locale. Mais ce sont essentiellement ses travaux sur le langage, entrepris pendant sa période d'enseignement, qui assurèrent sa célébrité: ses Dissertations on the English Language, 1789, qui résument sa vision du langage en général et de l'anglais en particulier, son Compendious Dictionary of the English Language, 1828, sa Philosophical and Practical Grammar, 1807, inspirée de Horne Tooke, et son Grammatical Institute of the English Language dont fait partie la grammaire intitulée Grammatical Institute of the English Language. Voir le Concise Dictionary of American Biography 1964, p. 1163 et l'Encyclopaedia Britannica 1963, vol. 23, p. 476.

Titre de l'ouvrageA Grammatical Institute of the English Language, Comprising, An easy, concise, and systematic Method of Education, Designed for the Use of English Schools In America. In three Parts. Part II, containing, A plain and comprehensive Grammar, grounded on the true Principles and Idioms of the Language, with an analytical Dissertation, in which the various Uses of the Auxiliary Signs are unfolded and explained: and an Essay towards investigating the Rules of English Verse
Titre traduitInstitut Grammatical de la Langue Anglaise, comprenant une Méthode d'Education facile, concise et systématique, Conçue pour l'Enseignement de l'Anglais dans les Ecoles Américaines. En trois Parties. Partie II, contenant une Grammaire simple et complète, fondée sur les véritables Principes de la langue et ses Idiotismes, avec un Exposé analytique dans lequel est dévoilé et expliqué l'Usage des Signes Auxiliaires, et un Essai destiné à approfondir les Règles de la Versification Anglaise
Titre courtGrammatical Institute of the English Language
Remarques sur le titre
Période|18e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire scolaire constituant le vol. II d'une série de 3 vol. conçue comme un cours de langue complet; elle s'intercale entre un abécédaire (vol. I, 1783) et un recueil de morceaux choisis de la littérature américaine (vol. III, 1785).
Type indexéGrammaire didactique
Édition originale1784, Hartford, Hudson & Goodwin.
Édition utiliséeReproduction en fac-similé de la 1re éd. de 1784 (Hartford, Hudson & Goodwin) par la Scolar Press Ltd.
VolumétrieIn-12; 140 pages (139 + [1]); 1500 signes par page environ.
Nombre de signes200000
Reproduction moderneReproduction en fac-similé de l'exemplaire de la 1re éd. conservée à Yale University Library, Menston, The Scolar Press Ltd., 1968 (E.L. n° 90).
DiffusionCet ouvrage ne remporta pas le succès de l'abécédaire qui constituait la 1re partie du Grammatical Institute, mais Alston en répertorie tout de même 23 éditions entre sa publication et 1800, et en évoque 28 au total, sans compter les éditions d'ouvrages grammaticaux proches qui peuvent être considérés comme plus ou moins dérivés de cette grammaire (The Rudiments of English Grammar, 1811, 1831, An Improved Grammar of the English Language, 1831, 1833 (2), 1836, 1839, 1842, 1843; enfin A Philosophical and Practical Grammar, 1807, 1822. Voir Alston 1965, vol. 1, p. 72-76, n° 381-403 et Skeel 1958, p. 141-160.
Langues ciblesAnglais
MétalangueAnglais
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvragePréface (p. 3-6), Généralités sur la grammaire (7) et les mots (8-9); l'article (9-10); le nom (10-11); le nombre (11-12); les cas (14-15); le pronom (15-18); l'adjectif (18-19); le verbe (19-22); dissertation sur le mode (22-23), le temps (23-26), les signes auxiliaires do, be, have, shall, will, may, can, should, would, might, could, must (26-32), l'usage, dans les phrases interrogatives de will, shall, would, should (32-34), courte étude comparative de shall, will, should et would (34-35), exemple de conjugaison d'un verbe régulier, puis de be, do, have par inflexion et combinaison avec les auxiliaires aux divers temps et modes (35-56), liste des verbes irréguliers (56-60) et conjugaison d'un verbe irrégulier (60-63); les adverbes (63-64); la préposition (64-65); la conjonction (65); l'interjection (65); les phrases (règles de construction suivies d'exemples, d'explications, de remarques et d'exercices de fausse construction) (66-87); exercices d'analyse grammaticale résolus (87-96); liste d'erreurs commises dans les Ecritures et dans les écrits des meilleurs auteurs (96-121, sur 2 cols.); prosodie (121-139).
Objectif de l'auteurIl s'agit de la grammaire d'un pédagogue dont le but principal, défini dans la préface, est de produire une grammaire scolaire qui constitue une description exacte et perspicace de l'anglais, et soit accessible à tous.
Intérêt généralCe n'est, selon Lyman 1922, que la 5e grammaire publiée par un Américain, après Jones 1724, Johnson 1765, Byerley 1773 et Curtis 1779, mais c'est assurément la première grammaire américaine à avoir joui d'une réelle popularité. Ouvrage très descriptif, elle offre la première description authentique de l'usage américain, même si elle est également prescriptive, et n'hésite pas à étendre ses critiques aux meilleurs auteurs, y compris des grammairiens qui ont adopté une attitude normative sur le langage (Swift ou Johnson par exemple). Les critères mis en avant pour juger de la pureté de la langue sont doubles: l'analogie et l'usage En leur nom, Webster s'érige en autorité sur le langage. Il répond ainsi aux préoccupations de son pays qui, parallèlement à son indépendance politique, cherche à établir son identité à travers sa langue: proposition de création d'une American Society of Language en 1774, demandes d'instauration d'une institution publique destinée à raffiner, corriger et fixer le langage en 1780 et 1806, réforme de l'orthographe prônée par la première partie du Grammatical Institute (1783) et constitution d'un monumental répertoire lexical de l'anglais Américain avec le célèbre American Dictionary of the English Language en 2 vols de 1828. Sa démarche est à comparer avec celle de Samuel Johnson en Angleterre.
Parties du discoursTrès traditionnel avec la liste des 9 parties du discours issue de Johnson, adoptée et imposée par Lowth et qui est souvent considérée, en cette fin de siècle, comme la liste la plus classique.
Innovations term.Rares malgré le souci de Webster (p. 3) de produire une grammaire plus adaptée au génie de la langue anglaise que les ouvrages de ses prédécesseurs; ces innovations sont essentiellement limitées à la description des modes et des temps, avec l'introduction – dont Webster s'excuse par avance dans sa préface – d'un hypothetical tense (if I were/if I had learned) et d'un doubtful tense (if I be/if I have learned), p. 41-63.
Corpus illustratifIl est à visée didactique dans la première partie de l'ouvrage où langage quotidien et allusions autobiographiques alternent avec sentences morales et évocations historiques; il est à visée stylistique dans la dernière partie qui stigmatise des tournures empruntées aux Ecritures, à de grands noms de la littérature, de l'histoire ou de la religion (Shakespeare, Tillotson, Clarendon, Pope, Parnel) et même à d'éminents auteurs normatifs tels que Swift.
Indications compl.
Influence subieLe projet général de Webster est certainement à rapprocher de celui de Samuel Johnson (notice 3615), mais la partie strictement grammaticale de son œuvre est davantage tributaire de l'œuvre de trois grammairiens anglais qu'il cite dans sa préface: Lowth (notice 3618) dont il apprécie l'érudition et à qui il reprend, en l'abrégeant, la partie de la Short Introduction consacrée à la ponctuation, Buchanan dont il loue la syntaxe, et Ash (notice 3616) qui a corrigé certaines erreurs de ses prédécesseurs. Webster n'en demeure pas moins très critique, en particulier sur leur description du verbe, où il se démarque nettement d'eux.
Influence exercéeBien moindre que celle de l'abécédaire qui constitue la première partie du Grammatical Institute, et du dictionnaire que Webster publia plus tard; néanmoins ouvrage bien accueilli de son temps, comme l'atteste le nombre d'éditions qu'il a connues. Ses qualités ont seulement été éclipsées, comme le reconnaît Webster lui-même dès 1807, par la formidable popularité de la grammaire de Murray (notice 3623).
Renvois bibliographiques→ Références
Alston R. C. 1965 {p. 72-76}; Göbels A. 1999; Leonard S. A. 1929; Lyman R. L. 1922; Skeel E. E. 1958; Sundby B., Bjørge A. K. & Haughland K. E. 1991
Rédacteur

Verrac, Monique

Création ou mise à jour2000