CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Kitāb al-īḍāḥ

Al-Zağğāğī Abū l-Qāsim ʿAbd al-Raḥmān

DomaineTraditions non-occidentales
SecteurGrammaires arabes [4105]
Auteur(s)

Al-Zağğāğī Abū l-Qāsim ʿAbd al-Raḥmān

Forme complète: Al-Zağğāğī Abū l-Qāsim ʿAbd al-Raḥmān ibn Isḥāq

Datation: Mort vers 950

Al-Zağğāğī Abū l-Qāsim ʿAbd al-Raḥmān est un grammairien arabe, originaire de Nahāwand (O. de l'Iran), il se fixa à Bagdad, où il suivit l'enseignement de la plupart des grammairiens en renom de cette ville, notamment celui d'al-Zağğāğ (mort en 923), disciple et héritier d'al-Mubarrad – d'où son sobriquet d'al-Zağğāğī – mais aussi celui d'Ibn al-Sarrāğ et des derniers épigones de la tradition kūfienne. Il avait une certaine connaissance de la tradition logique et philosophique grecque. Sa carrière semble avoir été assez terne; il passa les dernières années de sa vie à Ṭabariyya (Tibériade, en Galilée), où il mourut. Il est l'auteur du Kitāb al-īḍāḥ fī ʿilal al-naḥw. Il a également écrit un abrégé de grammaire, le Kitāb al-Ğumal, qui connut une grande vogue en Andalousie et au Maghreb jusqu'au 15e s. Sa langue maternelle devait probablement être un dialecte persan.

Titre de l'ouvrageKitāb al-īḍāḥ fī ʿilal al-naḥw
Titre traduitLivre de l'éclaircissement sur les explications grammaticales
Titre courtKitāb al-īḍāḥ
Remarques sur le titre
Période|10e s.|
Type de l'ouvrageOuvrage théorique et apologétique sur les fondements de la grammaire.
Type indexéGrammaire théorique
Édition originaleDate de composition: 1re moitié du 10e s. Edition princeps par M. Mubārak, 1970, Beyrouth, Dār al-Nafā'is.
Édition utiliséeEdition M. Mubārak, 2e édition, 1973, Beyrouth, Dār al-Nafā'is.
Volumétrie1 volume, 156 pages, 1300 signes/page.
Nombre de signes132000
Reproduction moderne
DiffusionLe texte n'est connu que par un seul manuscrit, faisant partie d'une collection de plusieurs ouvrages du même auteur (dont le Ğumal), copiée en Egypte au début du 13e s. (d'après la "Préface" de M. Mubārak). Pas de commentaire recensé. Diffusion assez restreinte par conséquent.
Langues ciblesArabe
MétalangueArabe
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageL'ouvrage se constitue d'une brève "Introduction" suivie de 23 chapitres traitant: [1] soit de questions touchant le statut de la grammaire en général: les explications en grammaire (chap. 5), étymologie et origine du terme naḥw (chap. 14); différence entre grammaire et lexicologie (chap. 15); utilité de la grammaire (chap. 17); [2] soit de questions particulières touchant les catégories fondamentales: les parties du discours (nombre et définition, chap. 1, 2 et 3; problèmes spécifiques au verbe, chap. 4, 12 et 13; relations entre les parties du discours, chap. 11 et 19) et la flexion casuelle (nature et fonction, chap. 6 à 9; comment est-elle marquée? chap. 11 et 22-23), ainsi que l'articulation entre les deux (pourquoi certaines parties du discours ont-elles une flexion et les autres non? chap. 10; pourquoi certaines marques sont-elles réservées au nom et certaines au verbe? chap. 20-21).
Objectif de l'auteurEtablir le statut et la légitimité de la grammaire en tant que science, et affirmer son autonomie, en tentant de montrer qu'elle est capable de fonder théoriquement ses concepts de base et ses règles fondamentales sans faire appel à des apports extérieurs (en particulier la logique aristotélicienne, explicitement mentionnée). Comme toujours à cette époque, cette apologie de la grammaire est inséparable d'une apologie de la langue arabe, la grammaire n'étant que la mise en évidence explicite d'un ordre "providentiel" interne à la langue; le même thème sera repris et développé par Ibn Ğinnī dans les Ḫaṣāiṣ.
Intérêt généralŒuvre d'un grammairien "moyen", ce texte apparaît particulièrement représentatif des discussions sur le statut de la grammaire au 10e s., dominé par une culture philosophique hellénisante qui vise à s'imposer comme hégémonique. Tout comme le Kitāb al-uṣūl d'Ibn al-Sarrāğ, mais dans un autre domaine, il témoigne du travail de refondation de leur discipline effectué par les grammairiens de la période. L'auteur fait également état de certaines positions minoritaires au sein de la tradition antérieure, et de "questions controversées" entre les grammairiens de Baṣra et de Kūfa (l'un des plus anciens témoignages en la matière).
Parties du discoursL'auteur s'efforce de justifier la tripartition nom / verbe / particule. Une longue discussion est consacrée à la définition des parties du discours et en particulier du nom: al-Zağğāğī rejette les définitions antérieures et en propose une autre, purement syntaxique: le nom est ce qui peut être sujet ou complément (cette proposition ne sera pas reprise ultérieurement). L'ouvrage introduit la notion de "consignification" dans la définition de la particule ("le mot qui renvoie à un sens en autre chose [i.e. dans un nom ou un verbe]").
Innovations term.Al-Zağğāğī est l'un des rares grammairiens à employer l'expression aqsām al-kalām (calque de mere tou logou) pour désigner les parties du discours. Pour le reste, peu d'innovations, mais un effort constant pour éclaircir et justifier la spécificité de la terminologie technique de la grammaire.
Corpus illustratifAssez réduit compte tenu de la finalité de l'ouvrage et de ses dimensions; limité à des exemples ad hoc très courants et à quelques citations coraniques.
Indications compl.
Influence subieEssentiellement celle de la "tradition vivante" du milieu grammatical bagdadien; peu d'ouvrages cités hormis le Kitāb; en revanche, nombreuses références aux grammairiens contemporains.
Influence exercéeElle semble assez limitée. Toutefois, al-Anbārī se réfère implicitement à l'ouvrage dans certains passages des Asrār al-ʿArabiyya. al-Zağğāğī est également cité à plusieurs reprises al-Suyūṭī dans l'Iqtirāḥ, consacré aux "fondements de la grammaire".
Renvois bibliographiques→ Références
Guillaume J.-P. 1988; Hamzé H. 1994; Versteegh K. 1977; Versteegh K. 1995
Rédacteur

Guillaume, Jean-Patrick

Création ou mise à jour2000