CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Šarḥ al-Kāfiya

Astarābḍī Rāḍī al-Dīn Muḥammad

DomaineTraditions non-occidentales
SecteurGrammaires arabes [4114]
Auteur(s)

Astarābḍī Rāḍī al-Dīn Muḥammad

Forme complète: Astarābḍī Rāḍī al-Dīn Muḥammad ibn al-Ḥasan

Variantes: Variante du nom: al-Astarābādī.

Datation: Mort en 1285 ou 1287

Grammairien arabe, probablement originaire d'Astarābāḏ près de l'angle sud-est de la Caspienne. Sa biographie est pratiquement inconnue, bien que son œuvre ait connu une certaine célébrité non négligeable. Sa langue maternelle était vraisemblablement un dialecte persan. Selon certaines sources, il aurait été chiite.

Titre de l'ouvrageŠarḥ al-Kāfiya
Titre traduitCommentaire de l'Abrégé Suffisant
Titre courtŠarḥ al-Kāfiya
Remarques sur le titre
Période|13e s.|
Type de l'ouvrageCommentaire de la Kāfiya d'Ibn al-Ḥāğib (né en Haute-Egypte après 1175, mort à Alexandrie en 1249), traité de syntaxe fortement inspiré du Mufaṣṣal d'al-Zamaẖšarī.
Type indexéCommentaire grammatical | Syntaxe
Édition originaleRédaction achevée en 1284 (d'après le colophon d'un manuscrit autographe). Edition princeps du commentaire avec gloses marginales attribuées à ʿAlī al-Ğurğānī, Istanbul, 1275 de l'Hégire (1884 p.C.).
Édition utiliséeBeyrouth, Dār al-Kutub al-ʿIlmiyya, s.d. [réimpression de l'édition princeps].
VolumétrieGrand in-8°, 2 vol, 363 + 416 pages., 2000 signes par page [10 p. non numérotées à la fin du vol. I; table des matières paginées séparément à la fin de chaque volume].
Nombre de signes1600000
Reproduction moderne
Diffusion22 manuscrits connus; pas de commentaire, mais une refonte de l'ouvrage selon le plan de la 'Alfiyya d'Ibn Mālik, ainsi qu'un commentaire des vers-témoins et un corpus de gloses attribuées à ʿAlī al-Ğurğānī (selon GAL). Cela laisse à penser que l'ouvrage a connu une diffusion assez importante, sans pour autant faire école.
Langues ciblesArabe
MétalangueArabe
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvragePréliminaires. Le mot et l'énoncé. Le nom. Noms fléchis et non-fléchis; nature et valeur des marques casuelles. Les noms au nominatif: sujet de la phrase verbale, ordre des mots et ellipse, le substitut de sujet du verbe au passif; thème et propos: thème, types de propos, antéposition du propos, cas particuliers, ellipse du thème ou du propos; autres cas d'assignation du nominatif. Les noms à l'accusatif: compléments du verbe; autres compléments; autres emplois de l'accusatif. Noms au génitif. Dépendances du nom (épithète, apposition…). Le nom non-fléchi: pronoms personnels, démonstratifs, relatifs, exclamations et interjections, circonstants. Détermination et indétermination. Les noms de nombre. Masculin et féminin. Duel et pluriel. Les verbo-nominaux. Le verbe. Accompli. Inaccompli: particules régissant le subjonctif et l'apocopé, phrase conditionnelle. Impératif. Le verbe au passif. Cas particuliers: verbes épistémiques, verbes auxiliaires, verbes exclamatifs. La particule. Inventaire et essai de classification.
Objectif de l'auteurIl n'est pas explicite, mais semble essentiellement théorique et critique: il ne s'agit pas d'un manuel d'enseignement, mais plutôt d'une "somme grammaticale", tout à la fois bilan critique des acquis de la tradition et tentative pour donner une formulation plus homogène et systématique du modèle canonique.
Intérêt généralL'un des sommets de la tradition classique. Discussion très serrée sur de nombreux aspects du modèle canonique mettant en évidence certaines ambiguïtés de celui-ci. Tentative originale pour unifier la syntaxe sur la base d'une théorie de la prédication. (Bohas, Guillaume & Kouloughli 1990, p. 68-72). L'auteur accorde une place importante à la pragmatique (Larcher 1990, 1992b, 1998). Analyse originale de la prédication verbale: le verbe doit être prédiqué d'un nom renvoyant à l'une des dimensions intrinsèques du processus: agent (dans le cas du verbe à l'actif), objet interne, objet externe, circonstants local ou temporel (dans le cas du verbe au passif).
Parties du discoursL'auteur mène une discussion serrée des définitions classiques (notamment en ce qui concerne la notion de consignification), mais sans les remettre formellement en cause.
Innovations term.Pas d'innovation majeure, mais réactivation de certains termes présents dans la tradition antérieure avec un statut plus marginal. Usage fréquent de la terminologie de la logique et de l'herméneutique juridique (uṣūl al-fiqh).
Corpus illustratifComposé de citations du Coran et de la poésie classique, ainsi que d'exemples canoniques, il ne semble pas appeler de commentaire particulier.
Indications compl.
Influence subieL'auteur se réfère abondamment aux positions des grammairiens antérieurs (y compris les maîtres de Kūfa), souvent pour les critiquer ou les opposer les unes aux autres. Ces positions sont toutefois reformulées dans un langage contemporain et conforme aux besoins de la discussion. Cette particularité, nettement plus marquée que dans la plupart des traités grammaticaux, renforce l'aspect de somme critique que revêt l'ouvrage. Indépendamment d'une connaissance très approfondie de la tradition grammaticale, al-Astarārābāḏī apparaît manifestement versé dans les disciplines juridico-théologiques et dans la logique.
Influence exercéeBien que tenu en haute estime par de nombreux grammairiens postérieurs (en particulier al-Suyūṭī), al-Astarārābāḏī ne semble pas avoir fait école: ses idées les plus novatrices ne sont guère reprises par la suite.
Renvois bibliographiques→ Références
Bohas G., Guillaume J.-P. & Kouloughli D. E. 1990; Guillaume J.-P. 1988 {p.59-62}; Guillaume J.-P. 1998; Guillaume J.-P. 2011 {p.74-77}; Larcher P. 1990; Larcher P. 1992; Larcher P. 1992; Larcher P. 1998; Versteegh K. 2009
Rédacteur

Guillaume, Jean-Patrick

Création ou mise à jour2012-03 | 2000