CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Kaccāyanavyākaraṇa

Kaccāyana

DomaineTraditions non-occidentales
SecteurSanskrit, prakrits et pali: écoles non paninéennes [4334]
Auteur(s)

Kaccāyana

Datation: Vraisemblablement 6e ou 7e s.

Seul nom courant connu. Aucune information disponible sur l'historicité de l'auteur, que la tradition bouddhique appelle Mahākaccāyana et considère comme un disciple du Bouddha. Premier grammairien systématique du pali, et l'un des trois plus importants avec Moggallāna et Aggavaṃsa.

Titre de l'ouvrageKaccāyanavyākaraṇa
Titre traduitGrammaire de Kaccāyana
Titre courtKaccāyanavyākaraṇa
Remarques sur le titreLe titre original paraît avoir été Sandhikappa [Chapitre sur le sandhi], nom du premier chapitre utilisé, par extension, pour l'ensemble de l'ouvrage.
Période|6e s.|7e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire de la langue du bouddhisme Theravāda attestée dans les écritures canoniques et leurs commentaires. Les règles sont rédigées, comme toujours en Inde, sous forme d'aphorismes (sūtra). Le recueil de racines intitulé Dhātumañjūsā en constitue une annexe.
Type indexéRègles grammaticales
Édition originaleKaccâyana et la littérature grammaticale du pâli. 1re partie: Grammaire palie de Kaccâyana. Sûtras et commentaire, publiés avec une traduction et des notes par M. E. Senart. Paris, Imprimerie Nationale, 1871, 338 p.
Édition utiliséeÉdition utilisée: Kaccāyanavyākaraṇa éd. en écriture devanāgarī du texte et du commentaire, avec traduction en hindi, par L.N. Tiwari et B. Sharma. Varanasi, 1962.
Volumétrie85 + 3 + 454 pages.
Nombre de signes332741
Reproduction moderne
DiffusionTrès nombreux manuscrits dans les diverses écritures utilisées pour noter le pali (cinghalaise, birmane et siamoise), dont certains, partiels, ne comportent qu'un ou deux chapitres du texte. Plusieurs commentaires: le plus ancien (première moitié du 8e s. p.C.) est connu sous le nom de Kaccāyanavutti [Commentaire de Kaccāyana] et complète les règles de la grammaire pour en élargir le domaine d'application; le plus complet est la Mukhamattadīpanī, également appelé Nyāsa ou Kaccāyanavuttivaṇṇanā de Vajirabuddhi (10e-11e s. p.C.), qui porte à la fois sur les aphorismes et sur le premier commentaire. La grammaire a également fait l'objet d'annotations (attribuées à un certain Sanghanandin), de traductions en cinghalais, et de deux adaptations qui constituent des manuels scolaires, encore en usage pour l'éducation des moines à Sri Lanka: la Rūpasiddhi [Perfection des formes] de Buddhapiya, peut-être du 10e s. p.C., et surtout le Bālāvatāra [Ersatz pour les ignorants], antérieur au 15e s. p.C.
Langues ciblesPali
MétalanguePali
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageLe nombre total d'aphorismes (qui peut varier entre 670 et 675) a donné lieu à deux types de répartition: l'une en quatre chapitres (I. Phonétique, II. Nom, III. Verbe, IV. Suffixes primaires) divisés en 23 sections, et l'autre en huit chapitres (kappa) selon le schéma suivant: I. Phonétique, faits de sandhi (50 sūtra) – II. Flexion nominale (221 sūtra) – III. Emploi des cas (45 sūtra) – IV. Composés nominaux (28 sūtra) – V. Suffixes secondaires (62 sūtra) – VI. Verbe (118 sūtra) – VII. Suffixes primaires (100 sūtra) – VIII. Uṇādi (50 sūtra).
Objectif de l'auteurExposer la grammaire du pali en se fondant sur "l'usage des discours du Buddha".
Intérêt généralLe parti pris synchronique mérite d'être relevé, même s'il n'est pas appliqué avec toute la constance souhaitée, car il existe des règles décrivant des formes non attestées, ou des prakritismes. Ce point de vue conduit en tout cas à la reformulation de règles issues des grammaires sanskrites en vue de s'adapter à la langue cible, en sorte que la moitié d'entre elles n'ont pas de parallèle évident dans ces ouvrages. La description de la phonétique est assez complète et couvre même certaines situations relativement rares; il en va de même pour les paradigmes nominaux et pronominaux.
Parties du discours
Innovations term.La terminologie technique est limitée, et en grande partie déjà présente dans les références grammaticales attestées dans les commentaires palis du canon. Les innovations terminologiques sont rares: dans le domaine de la phonétique, on relève l'emploi des termes nirgrahīta pour désigner la voyelle nasale ordinairement appelée anusvāra et viparīta s'appliquant à o et u lorsqu'ils sont issus respectivement de ava et o; dans le domaine morphologique, la présence de quelques abréviations artificielles à la mode pāṇinéenne pour désigner quelques catégories de termes nominaux (Pind 1997, p. 41). La notion d'uṇādi (chap. 8) fournit un cadre commode pour traiter des suffixes propres au pali.
Corpus illustratifComme toujours dans les grammaires indiennes, le corpus illustratif est exclusivement du ressort du commentaire: celui-ci contient à peu près deux cents citations empruntées aux écritures canoniques. Elles sont surtout réparties dans les deux premiers chapitres de l'ouvrage et leur texte correspond généralement au texte du canon parvenu jusqu'à nous.
Indications compl.
Influence subieFait pour le pali, l'ouvrage de Kaccāyana n'en subit pas moins l'influence du modèle grammatical sanskrit dans sa méthode et sa terminologie. En l'occurrence, c'est celui fourni par le Kātantra de Śarvavarman qui domine (Franke 1902, p. 26-29; Renou 1957, p. 127 sq.; Tiwari-Sharma 1962, p. 443-447): plan de base analogue, même nomenclature des sections, même antériorité dans la présentation des suffixes secondaires par rapport aux suffixes primaires, communauté significative de terminologie dans la désignation des temps des verbes, le sens donné au terme liṅga ("thème nominal" et non "genre" comme à l'ordinaire). Cependant, les concordances avec Pāṇini et son école ne sont pas absentes (Franke 1902, p. 29-31; Tiwari-Sharma 1962, p. 448-451). Tout ceci ne fait pas obstacle à "l'autonomie linguistique" de Kaccāyana (Renou 1957, p. 130). D'autre part, la grammaire palie ne naît pas ex nihilo; elle est déjà en germe dans les commentaires du canon (aṭṭhakathā), dont Kaccāyana est une sorte de continuateur.
Influence exercéeImmense, sur tous les grammairiens palis. En fait, toute la tradition ultérieure est une vaste entreprise d'amélioration, de discussion et de complément qui se situe par rapport à Kaccāyana.
Renvois bibliographiques→ Références
Balbir N. 2009; Franke R. O. 1902 {p. 17-42}; Pind O. H. 1995; Pind O. H. 1997; Renou L. 1957
Rédacteur

Balbir, Nalini

Création ou mise à jour2000