CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Deśīnāmamālā

Hemacandra

DomaineTraditions non-occidentales
SecteurSanskrit, prakrits et pali: écoles non paninéennes [4337]
Auteur(s)

Hemacandra

Datation: 1089-1172

Grammairien indien originaire du Gujerat (Inde occidentale, village de Dhandhuka). Il entre très tôt dans les ordres jaïns (secte śvetāmbara). Devenu Maître en 1108, il se fait remarquer par son prosélytisme et convertit le roi du Gujerat. Polygraphe, auteur d'œuvres littéraires, grammaticales et lexicographiques. Si sa langue maternelle a vraisemblablement été le gujerati, ses langues de travail ont été uniquement le sanskrit et les différents prakrits.

Titre de l'ouvrageDeśīnāmamālā
Titre traduitGuirlande des régionalismes
Titre courtDeśīnāmamālā
Remarques sur le titre
Période|12e s.|
Type de l'ouvrageAutre titre également autographe, figurant dans la dernière strophe de l'œuvre: Rayaṇāvali [Guirlande de joyaux]. Lexique prakrit limité aux "régionalismes", c'est-à-dire aux termes que la tradition grammaticale considère comme ne pouvant pas être dérivés du sanskrit par les règles phonétiques de transposition.
Type indexéLexique
Édition originaleÉdition princeps de R. Pischel, Bombay, 1880.
Édition utilisée2e édition de R. Pischel, avec introduction, notes critiques et glossaire par P.V. Ramanujaswami, Bombay, 1938.
VolumétrieNombre de pages: 31 (introduction) + 345 (texte de l'ouvrage proprement dit) + 120 (glossaire).
Nombre de signes181125
Reproduction moderne
DiffusionŒuvre connue par de nombreux manuscrits, dont le plus ancien disponible a été copié en 1242 [Vogel n. 165, p. 343]. En plus du commentaire intégré de l'auteur, il existe un commentaire anonyme non publié et non datable, et une sorte d'index alphabétique de tous les mots du lexique, compilé par le moine jaïn Vimalasūri avant 1583-1584 (date du plus ancien manuscrit connu). Œuvre de grande diffusion du fait de la personnalité de son auteur et du petit nombre d'ouvrages comparables.
Langues ciblesPrakrit
MétalanguePrakrit pour les strophes qui forment le corps du texte et les exemples; sanskrit pour la partie commentaire.
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrage783 strophes (dont quatre d'introduction et une de conclusion) réparties sur huit chapitres donnent le mot suivi de son sens en suivant l'ordre alphabétique indien: I. Voyelles (170 strophes); II. Consonnes gutturales (112 strophes); III. Consonnes palatales (62 strophes); IV. Consonnes rétroflexes (51 strophes); V. Consonnes dentales (63 strophes); VI. Consonnes labiales (148 strophes); VII. Sonantes (96 strophes); VIII. Sifflantes (76 strophes). Chacun des chapitres fait l'objet d'une subdivision qui conduit à traiter d'abord tous les mots à sens univoque (ekārtha), puis tous les mots polysémiques (anekārtha), en allant des plus courts (monosyllabes) aux plus longs (mots de cinq syllabes) en passant par les dissyllabes, etc.
Objectif de l'auteurTraiter les mots qui ont été laissés de côté dans sa Grammaire parce que leur formation n'obéit pas aux règles dérivationnelles qu'il y enseigne.
Intérêt généralLivre important pour cerner la perception indigène de la notion de terme régional (deśī), pour délimiter les frontières des vocabulaires sanskrit et prakrit, et pour connaître le sens de nombreux mots, soit parce que ce lexique est le seul à les transmettre et à les expliquer, soit parce qu'il donne un état plus ancien de mots connus par les langues indiennes modernes (notamment marathi) dont on peut ainsi retracer l'histoire.
Parties du discoursLexique limité aux formes nominales (substantifs, adjectifs, formes nominales du verbe).
Innovations term.
Corpus illustratifChaque strophe de définition est suivie d'une autre où apparaissent en contexte tous les mots qu'elle énumérait et expliquait. Tous les exemples semblent être des créations ad hoc de l'auteur, qui valent plus par leur virtuosité et leur valeur démonstrative que par leur qualité littéraire.
Indications compl.Cet ouvrage se distingue d'autres de la même catégorie, qui se contentent de simples listes, par son souci du sémantique: chaque mot enregistré est suivi de son sens. En outre, l'auteur fait preuve d'une attitude normative, qui le conduit à discuter également la forme phonétique et l'orthographe des mots enregistrés et à indiquer sa préférence pour telle ou telle variante. Il faut relever la présence de mots fantômes ou de variations de sens erronées, imputable à la dégradation de la transmission manuscrite, que la confrontation avec les textes littéraires permet de détecter.
Influence subieL'auteur se réfère assez souvent, mais ponctuellement, à d'autres lexicographes, soit pour tirer argument de leur point de vue sur le sens ou la forme d'un mot, soit pour les critiquer, et, plus rarement, à des auteurs non lexicographes. Les renvois concernent des individus ou des groupes indifférenciés (sous la forme "selon certains" par exemple).
Influence exercéeL'influence de l'ouvrage sur la tradition indigène est difficile à apprécier, mais son influence sur les éditeurs de textes prakrits est importante.
Renvois bibliographiques→ Références
Balbir N. 2009; Bhayani H. C. 1988; Pischel R. 1880; Vogel C. 1979
Rédacteur

Balbir, Nalini

Création ou mise à jour2000