CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Pirayōka Vivēkam

Cuppiramaṇiya Tīṭcitar

DomaineTraditions non-occidentales
SecteurTradition grammaticale tamoule [4359]
Auteur(s)

Cuppiramaṇiya Tīṭcitar

Datation: Fin du 17e s.

Cuppiramaṇiya Tīṭcitar est un grammairien tamoul. Originaire de āṣvār Tirunakari, il était compétent à la fois en sanskrit et en tamoul. L'auteur a lui-même écrit le commentaire de son ouvrage Pirayōka Vivēkam.

Titre de l'ouvragePirayōka Vivēkam
Titre traduitLa discrimination concernant l'emploi (le dire-le-vrai sur la pratique)
Titre courtPirayōka Vivēkam
Remarques sur le titre
Période|17e s.|
Type de l'ouvrageLe texte est en vers et le commentaire en prose.
Type indexéCommentaire grammatical | Traité en vers
Édition originaleL'ouvrage est du 17e s., mais la première édition est celle de āṟumuka Nāvalar en 1881.
Édition utiliséeL'édition de référence est celle de Ti. Vē. Kōpālaiyar en 1973 (Tañcai Caracuvati Makāl Veḷiyīṭu No. 147).
VolumétrieLe texte fait environ 150 000 signes, en translittération.
Nombre de signes150000
Reproduction moderne
DiffusionLa U.V. Swaminatha Iyer Library comporte 5 manuscrits. Quant à la bibliothèque du monastère de Tiruvāvaṭutuṟai, on y trouve 2 manuscrits.
Langues ciblesTamoul littéraire et tamoul courant, en tenant compte de la présence d'un vocabulaire sanskrit
MétalangueTamoul, avec des emprunts au vocabulaire technique du sanskrit.
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageLe texte consiste en 50 strophes (ou kārikai): 1. kārakap paṭalam "chapitre des facteurs" [17 kārikai]; 2. camācap paṭalam "chap. des composés" [11 kā.]; 3. tattitap paṭalam "chap. des suffixes secondaires" [6 kā.]; tiṅṅup paṭalam "chap. des désinences verbales" [16 kā.].
Objectif de l'auteurL'auteur veut démontrer que les structures grammaticales du sanskrit et celles du tamoul sont les mêmes.
Intérêt généralL'un des intérêts de ce texte difficile est qu'il peut servir de dictionnaire, permettant de passer des termes techniques tamouls aux termes sanskrits et vice versa.
Parties du discoursL'auteur adopte un point de vue de grammairien sanskrit et ne thématise pas la question des parties du discours, même s'il en connaît le vocabulaire. Il désigne par exemple les désinences verbales par le terme technique sanskrit tiN.
Innovations term.On trouve dans Pirayōka Vivēkam une grande quantité de termes techniques sanskrits: l'éditeur moderne en recense plus de 400.
Corpus illustratifLes exemples sont tamouls et sanskrits.
Indications compl.
Influence subieL'auteur fait allégeance à Mahēśvara (ou Śiva), à Pāṇini, à Vararuci (ou Kātyāyana). Il avait pour présider l'assemblée devant laquelle son ouvrage fut présenté le grand sanskritiste Rāma bhadra Dīkṣitar, considéré comme le Patañjali de son époque (c'était l'époque où la Siddhānta Kaumudī a eu un grand succès).
Influence exercéeCe texte a eu une sorte d'influence indirecte, notamment grâce à īcāṉa Tēcikar, l'auteur d'Ilakkaṇak Kottu, qui suit et prolonge Pirayōka Vivēkam, mais en en tamoulisant le vocabulaire. Ce dernier a été le maître de Caṅkara Namaccivāyar, qui a écrit un commentaire sur Naṉṉūl.
Renvois bibliographiques→ Références
Meenakshisundaran T. P. 1974; Subrahmanya Sastri P. S. 1979
Rédacteur

Chevillard, Jean-Luc

Création ou mise à jour2000