CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Himo kagami

Motoori Norinaga

DomaineTraditions non-occidentales
SecteurGrammaires du japonais [4507]
Auteur(s)

Motoori Norinaga

Datation: 1730-1801

Médecin japonais, poète, philologue, philosophe du courant dit des Etudes nationales (retour aux valeurs de la tradition japonaise, refus de la primauté de la pensée chinoise). Chez lui, cette attitude s'applique en particulier dans deux domaines: (1) la poétique; (2) la pensée religieuse. Retrouver les valeurs religieuses et esthétiques des Anciens, purifiées des apports de l'histoire, c'est recréer une certaine vision du monde, de l'homme et de la création littéraire. Le moyen en est un retour aux sources les plus anciennes, dont la philologie est la clef. Langue maternelle: japonais.

Titre de l'ouvrageTenioha himo kagami
Titre traduitMiroir du fil (que sont) les tenioha
Titre courtHimo kagami
Remarques sur le titreOuvrage aussi connu sous le titre Himo kagami [Le miroir du fil].
Période|18e s.|
Type de l'ouvrageTableau des formes des mots variables (mots qualificatifs, verbes et adjuvants) commandées par la présence de certaines particules.
Type indexéMots fléchis | Traité de morphologie
Édition originaleEdition gravée en 1771, à Matsusaka (écriture manuscrite).
Édition utiliséeFac-similé de la gravure originale de 1771, in Motoori norinaga zenshû [Œuvres complètes de Motoori Norinaga], vol. 5, Tôkyô, Chikuma shobô, 1970.
Volumétrie22,5 cm. Tableau d'un seul tenant s'étendant sur la valeur de 8 pages Environ 3 100 signes (caractères chinois et syllabaires).
Nombre de signes3100
Reproduction moderne
DiffusionRééditions connues en 1802, 1876,1844.
Langues ciblesJaponais du 8e au 12e s.
MétalangueJaponais
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageLe tableau proprement dit (tout autour duquel sont notés des commentaires) est constitué verticalement de 3 colonnes séparées par des traits épais, chacune correspondant à un groupe de particules. Chaque colonne comporte 43 cases séparées entre elles par des traits fins. Un double trait sépare des ensembles de cases. Les cases contiennent les trois types de finales appelées par la présence des trois groupes de particules figurant en tête des colonnes, accompagnées d'exemples justificatifs. Lignes de cases 1 à 5: finales des qualificatifs et d'un auxiliatif de passé. Ligne 6: finales de l'auxiliatif de négation. Lignes 7 à 18: finales du verbe d'existence ari et de ses dérivés. Lignes 19 à 32: finales de certains auxiliatifs et verbes, avec trois finales effectivement différentes. Lignes 33 à 38: finales de verbes, puis lignes 38 à 43: finales d'auxiliatifs, pour lesquels deux des finales se présentent sous une forme identique.
Objectif de l'auteurNorinaga n'est pas un grammairien. La grande œuvre de sa vie sera un ouvrage de commentaires sur le Kojiki [Chronique des faits anciens], première chronique japonaise (712) décrivant les temps mythiques et les premiers temps historiques. Ses recherches en grammaire sont commandées par la volonté de compréhension de ce texte.
Intérêt généralL'auteur reprend la problématique centrale des traités de poétique depuis le 14e s., kakari musubi [résolution corrélative], c'est-à-dire le fait qu'il y a correspondance dans un énoncé entre la présence de certaines particules et la forme obligée de la finale lorsqu'il s'agit d'un mot variable. Mais il est le premier à en présenter une description exhaustive, basée sur l'étude d'un corpus d'environ 14 000 poèmes. Répertoriant les différents cas rencontrés, il esquisse, pour les rassembler en tableau, une classification des mots variables: verbes, qualificatifs, auxiliatifs. Derrière ce qui se présente comme une simple description de corpus, se profile pour la première fois une conception globale de l'organisation morphologique des mots variables, qui, reprise par les successeurs de Norinaga, constitue la base de la description actuelle du système des verbes et qualificatifs du japonais.
Parties du discours
Innovations term.
Corpus illustratifListe de verbes et de qualificatifs.
Indications compl.
Influence subieNorinaga se situe dans la droite ligne des recherches en poétique. On sait qu'il a étudié le Teniha taigai shô ainsi que des ouvrages appartenant à la tradition du renga [poèmes en chaîne]. Il a eu connaissance des ouvrages de ses contemporains: le Tenioha gikan shô [Du sens usuel des tenioha] (1760) de Sasakibe Nobutsura et le Teniha abikizuna [La corde pour tirer le filet des teniha] (1771) de Toganoi Michitoshi (1725-1785).
Influence exercéeDe ce simple tableau est née la description, devenue classique, du système morphologique des verbes et qualificatifs du japonais. Mais il a fallu pour cela que le travail de Norinaga soit d'abord poursuivi, sur un plan plus explicitement grammatical, par son disciple Suzuki Akira (1746-1837) dans le Katsugo danzoku fu [Tableau (des formes) des mots variables (indiquant) coupure ou enchaînement] (1803, publié en 1868) et son fils Motoori Haruniwa (1763-1828) dans le Kotoba no yachimata [Les multiples voies du verbe] (1808).
Renvois bibliographiques→ Références
Akira Terada 1998; Fomin A. 1975; Fukui Kyûzô 1908; Furuta T. & Tsukishima H. 1972; Kôichi Hoshina 1934; Motoki Tokieda 1940; Suzuki Kazuhiko & Hayashi Ooki 1984; Suzuki Kazuhiko & Hayashi Ooki 1984; Suzuki Kazuhiko & Hayashi Ooki 1984; Tsutomu Sugimoto 1987; Yamada Yoshio 1971
Rédacteur

Garnier, Catherine

Création ou mise à jour2000