CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Nihon bunpô ron

Yamada Yoshio

DomaineTraditions non-occidentales
SecteurGrammaires du japonais [4512]
Auteur(s)

Yamada Yoshio

Datation: 1873-1958

Linguiste japonais, historien et philosophe de la langue, professeur d'université, membre et fondateur d'organismes officiels de recherche sur la langue nationale, membre de la Chambre haute du Parlement et responsable de la Commission de compilation de l'histoire du Japon. Langue maternelle: japonais.

Titre de l'ouvrageNihon bunpô ron
Titre traduitTraité de grammaire japonaise
Titre courtNihon bunpô ron
Remarques sur le titre
Période|20e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire descriptive de la langue japonaise écrite de l'époque.
Type indexéGrammaire descriptive
Édition originaleUnique édition: 1908, Tôkyô, Hôbunkan.
Édition utiliséeRéédition en fac-similé, 1970, Tôkyô, Hôbunkan.
Volumétrie21,5 cm, 16 + 1 500 + 41 + [4] pages.; 612 signes par page, 955 340 signes (caractères chinois et syllabaires).
Nombre de signes955340
Reproduction moderneRéédition en fac-similé, 1970, Tôkyô, Hôbunkan.
DiffusionUne seule édition.
Langues ciblesJaponais du début du 20e s.
MétalangueJaponais
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageNotions générales: le langage, la grammaire, la phrase, le mot (p. 1-12). Première partie (12-1153), le mot [go]: 1. rappel de la tradition japonaise (12-73); 2. mérites comparés des classifications en parties du discours dans la tradition occidentale et dans la tradition japonaise (74-169); 3. analyse morphologique des parties du discours: mots invariables (noms, pronoms, numératifs), mots variables (verbes, suffixes verbaux), adverbes, particules, préfixes et suffixes formatifs (169-705); 4. mots composés, emplois nominaux de mots d'autres classes que le nom, fonctions syntaxiques, conditions d'emploi de chaque partie du discours (706-1153). Deuxième partie (1154-1500), la phrase [ku]: 1. données générales, définition (1154-1216); 2. les différents types de phrases (1217-1308); 3. la structure de la phrase (1309-1386); 4. la phrase simple et la phrase complexe (1387-1500).
Objectif de l'auteurL'ouvrage poursuit un double but, à savoir présenter une description générale de la langue du point de vue de la morphologie et de la syntaxe, mais aussi présenter en détail la démarche même qui a permis d'aboutir à cette description. L'auteur adopte globalement le système des parties du discours de la tradition occidentale, mais il mène sur chaque terme une longue réflexion pour en évaluer la capacité à rendre compte de la nature propre de la langue japonaise, à la lumière de la tradition japonaise ainsi que des apports de la philosophie moderne et de la psychologie allemandes. La description de la langue s'accompagne donc de la description du travail du grammairien.
Intérêt généralPremière grande somme du 20e s. en matière de grammaire descriptive. L'auteur retient les concepts occidentaux qui lui paraissent pertinents. Il refuse ceux qui ne lui paraissent pas convenir, et propose de nouveaux concepts là où les deux traditions se montrent insuffisantes.
Parties du discoursLa tradition japonaise à laquelle Yamada se rattache opposait une catégorie dite kotoba incluant les "mots pleins" (noms, verbes, qualificatifs) à une catégorie dite tenioha réunissant tous les autres mots. Yamada fonde une classe à part entière d'adverbes (fukushi), catégorie jusque là très mal définie. Les tenioha incluaient d'autre part, sur le même plan, les particules (joshi), qui indiquent les fonctions syntaxiques des noms, et les suffixes verbaux (jodôshi). Yamada opère une distinction de nature entre les deux, et n'accorde le statut de classe qu'aux particules, arguant de ce qu'elles possèdent une valeur syntaxique dont sont justement dénués les suffixes. Pour ces derniers, il refuse de les reconnaître comme une classe, et les présente, dans les chapitres sur les verbes, comme les composants des formes verbales et non plus comme des unités autonomes. Il rompt complètement sur ce point avec la tradition japonaise.
Innovations term.
Corpus illustratifEmprunté à la littérature classique, en particulier à la poésie (8e-12e s.).
Indications compl.
Influence subieParmi les grammairiens japonais du 18e s.: Fujitani Nariakira et Suzuki Akira. Puis la "grammaire de compromis" d'Ootsuki Fumihiko dont il poursuit l'effort de faire servir à la description du japonais des concepts venus de traditions différentes. Du côté occidental: Whitney (données générales sur le langage), la grammaire anglaise d'Henry Sweet (New English Grammar) et la grammaire allemande de J. C. A. Heyse, toutes deux souvent citées.
Influence exercéeRéférence obligée de toutes les recherches ultérieures concernant les parties du discours et l'analyse des parties du mot, la classification de Yamada a été, en particulier, reprise par Hashimoto Shinkichi, dont les travaux (morphologie et syntaxe) sont à la base de la grammaire scolaire standard depuis les années 1930. Source aussi de la présentation historique de la langue japonaise et de la périodisation de l'histoire de la langue. Par contre, les composantes philosophiques et psychologiques n'ont pas été reprises.
Renvois bibliographiques→ Références
Garnier C. 1994; Garnier C. 1994; Masanobu Tokuda 1983; Suzuki Kazuhiko & Hayashi Ooki 1984; Suzuki Kazuhiko & Hayashi Ooki 1984
Rédacteur

Garnier, Catherine

Création ou mise à jour2000