CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Kokugohô yôsetsu

Hashimoto Shinkichi

DomaineTraditions non-occidentales
SecteurGrammaires du japonais [4514]
Auteur(s)

Hashimoto Shinkichi

Datation: 1882-1945

Linguiste japonais; éminent spécialiste en linguistique historique. Ses travaux sur le système phonétique du japonais ancien font toujours autorité. A partir de 1931, date d'une profonde réforme de l'enseignement, il se consacre à la rédaction de manuels scolaires et d'ouvrages de référence pour les enseignants. Langue maternelle: japonais.

Titre de l'ouvrageKokugohô yôsetsu
Titre traduitAperçu général sur la grammaire du japonais
Titre courtKokugohô yôsetsu
Remarques sur le titre
Période|20e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire descriptive.
Type indexéGrammaire descriptive
Édition originaleL'ouvrage a paru primitivement en un volume séparé appartenant à une série Kokugo kagaku kôza [Cours scientifique sur la langue nationale], Tôkyô, Meiji sho.in, 1934.
Édition utiliséeReprise du même texte dans le volume 2 de la série Kokugohô kenkyû – Hashimoto Shinkichi hakashi chosaku shû [Recueil des œuvres du Professeur Hashimoto Shinkichi], Tôkyô, Iwanami, 1948.
Volumétrie21,5 cm. L'ouvrage occupe les pages 1 à 96. 675 signes par page. 64 800 signes au total (caractères chinois et syllabaires).
Nombre de signes64800
Reproduction moderne
Diffusion
Langues ciblesJaponais moderne
MétalangueJaponais
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageTrois chapitres: 1. "La phrase, le mot, le groupe"; 2. "Les variations des mots"; 3. "Les parties du discours". Chap. 1 (p. 2-24): entre les deux unités extrêmes que sont la phrase et le mot, Hashimoto pose l'existence d'une unité intermédiaire, la plus petite unité syntaxiquement et accentuellement autonome: bunsetsu/le groupe. Le groupe est un mot suivi ou non d'un élément grammatical, il est le constituant direct de la phrase, où il assure une des trois fonctions: shugo/sujet, jutsugo/prédicat, shûshokugo/compléteur. Chap. 2 (p. 25-49): est posée d'abord la distinction entre variation et dérivation. Puis sont exposés les différents types de variations des verbes et des qualificatifs et des suffixes fonctionnels. Chap. 3 (p. 50-96): Hashimoto reprend la distinction ancienne kotoba/teniha, mais avec un autre contenu, purement syntaxique: kotoba désigne les mots qui sont le noyau d'un bunsetsu; teniha désigne les mots qui ne sont qu'adjoints. Hashimoto reprend ensuite chacune de ces grandes classes pour les diviser en sous-classes à partir de critères formels et fonctionnels.
Objectif de l'auteurPrésenter les acquis de la linguistique japonaise du début du 20e s., en remplaçant les critères d'analyse, qu'il juge trop sémantiques, par un point de vue formel et fonctionnel.
Intérêt généralSi l'ouvrage de Hashimoto ne présente pas une véritable originalité, il a le mérite de mettre en place un système cohérent, où les mêmes critères d'analyse formels servent à tous les niveaux: syntaxe, morphologie, classification des parties du discours. La clarté de son exposé a fait acquérir à sa description le statut de grammaire quasi officielle dans l'enseignement scolaire.
Parties du discoursLes unités reconnues par Hashimoto comme étant parties du discours sont les mêmes que chez Yamada Yoshio. Ce qui diffère grandement, ce sont les critères de classification. Chez Yamada, l'approche est purement sémantique. Chez Hashimoto, se relaient deux types de critères: d'abord syntaxique (autonome/non autonome), puis morphologique (variable/invariable), puis de nouveau syntaxique, faisant appel aux fonctions syntaxiques que le mot considéré peut ou ne peut pas assumer.
Innovations term.Le terme bunsetsu proposé par Hashimoto et le type d'analyse en constituants qu'il recouvre ont apporté à la grammaire japonaise un concept clair et facilement maniable, qui s'est imposé comme une évidence. Ce concept a même influencé la notation du japonais adoptée dans les livres destinés aux enfants des écoles primaires.
Corpus illustratif
Indications compl.
Influence subieHashimoto dit lui-même s'inspirer des travaux de Yamada Yoshio et Matsushita Daizaburô.
Influence exercéeEn mettant la syntaxe au cœur de la réflexion, Hashimoto fait franchir une étape décisive à la grammaire du japonais.
Renvois bibliographiques→ Références
Garnier C. 1994; Heinrich P. 2009; Masanobu Tokuda 1983; Suzuki Kazuhiko & Hayashi Ooki 1984; Suzuki Kazuhiko & Hayashi Ooki 1984
Rédacteur

Garnier, Catherine

Création ou mise à jour2000