CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Etude sur les changements phonétiques

Passy, Paul

DomaineCompilations, linguistique historico-comparative, linguistique générale, phonétique et phonologie
SecteurLinguistique historico-comparative [5216]
Liens

Open Library (Read online / PDF)

Auteur(s)

Passy, Paul

Forme complète: Passy, Paul Edouard

Datation: 13 janvier 1859 - 21 mars 1940

Phonéticien français, né à Versailles, mort à Bourg-la-Reine, spécialiste de l'acquisition des langues étrangères. Il fait ses études avec ses parents (le père est prix Nobel de la Paix) jusqu'à 17 ans. Il parle déjà plusieurs langues (anglais, allemand, italien), puis va au collège Sainte Barbe pour préparer le baccalauréat en sciences et en lettres. Il est engagé comme professeur de langues (anglais, allemand) à l'Ecole Normale Protestante de Courbevoie en 1878-1879, puis à l'Ecole Normale d'Auteuil en 1880. Il prend alors conscience de la faiblesse des méthodes d'enseignement des langues vivantes. De 1879 à 1885, (auto)formation en phonétique (Sweet, Sievers, Viëtor, Jespersen, etc.). Elève à l'Ecole des Hautes Etudes, il étudie le sanscrit, et suit les cours de Saussure entre 1885-1887 (gotique et vieux allemand). Il fonde l'Association phonétique des professeurs d'anglais, qui se transforme ensuite en l'Association phonétique des professeurs de langue vivante, puis en Association phonétique internationale (API). Il soutient son Doctorat ès Lettres en 1894 (thèse principale: Etude sur les changements phonétiques et leurs caractères généraux; thèse secondaire: De Nordica Lingua quantum in Islandia ab antiquissimis temporibus mutata sit). A. Martinet souligne que son travail présente "l'exposé le plus lucide de la théorie fonctionnaliste". Il enseigne comme maître de conférences à l'Ecole des Hautes Etudes d'Histoire et de Philologie, 1894 (dont il devient directeur adjoint en 1897) jusqu'à sa retraite en 1926 (excepté la période 1914-1917 où il fut révoqué en raison de ses opinions pacifistes). Il enseigne la phonétique à la Sorbonne (1894-1926). Malgré ses intuitions très modernes, Passy reste toute sa vie fidèle aux maîtres de la phonétique dite "classique" dont il devint l'un des représentants les plus éminents. Il fut un témoin actif des débuts de la phonétique expérimentale et il intègre la phonétique dans son activité de militant pacifiste (socialiste chrétien): pour assurer les meilleures conditions de la paix, il faut faciliter les échanges. Les langues vivantes, et la parole plus que l'écrit, peuvent constituer un des meilleurs outils de communication. Fondateur de l'Association fonétique des professeurs d'anglais, il milite aussi pour une simplification de l'orthographe avec Les sons du français, leur formacion, leur combinaizon (1887). Co-auteur, avec D. Jones de l'Alphabet Phonétique International (API) – dont il promeut la diffusion –, et fondateur du Maître Phonétique. Militant de la réforme de l'orthographe.

Titre de l'ouvrageEtude sur les changements phonétiques et leurs caractères généraux
Titre traduit
Titre courtEtude sur les changements phonétiques
Remarques sur le titre
Période|19e s.|
Type de l'ouvrageOuvrage de phonétique historique. Thèse (principale) pour le Doctorat présentée à la Faculté des Lettres de Paris; Prix Volnay 1891.
Type indexéLinguistique historico-comparative | Traité de phonétique
Édition originale1890, Paris, Librairie Firmin-Didot.
Édition utiliséeLibrairie Firmin-Didot, Paris 1890.
VolumétrieIn-8°, 270 pages, env. 1900 signes par page.
Nombre de signes460000
Reproduction moderne
DiffusionCet ouvrage original représente un moment isolé dans la riche production de Passy. De son propre aveu, après cette date – entièrement absorbé par les réformes pédagogiques et les questions sociales – il abandonna entièrement les recherches purement théoriques (descriptives et historiques) sans pour autant oublier son projet de reconstitution de la prononciation française qui continua à figurer parmi les sujets traités dans ses conférences à l'Ecole des Hautes Etudes d'Histoire et de Philologie mais que la maladie l'empêcha de mener à bien. Sur le même sujet: Corrections et additions à l'Etude sur les changements phonétiques. Supplément au "Maître Phonétique", 1891, juillet, p. 93-100.
Langues ciblesS'agissant d'un traité sur l'évolution des sons de la parole humaine, Passy cite un très large éventail de langues mortes, vivantes et "excentriques" (non européennes), avec prédominance des langues romanes et germaniques. Il s'adresse aux philologues de tous horizons
MétalangueFrançais
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrage[P. 5-6] Bibliographie. [7-24] Introduction. Buts de l'ouvrage. Origine des dialectes. [25-103] Première partie: Eléments phonétiques du langage. [25-39] Chap. I. Constitution du langage. 1. Des sons en général. Sons musicaux. Bruits. Sons mixtes. 2. Des sons du langage. Appareil de la parole. Formation de la parole. [40-49] Chap. II. Variations d'ensemble des sons. Intensité du langage. Netteté. Timbre. Accessoires du langage. [50-73] Chap. III. Divisions phonétiques du langage. Groupes de souffle. Intensité relative des parties du groupe de souffle. Intonation. Accentuation. Quantité. Sons doubles. [74-96] Chap. IV. Etude des sons. Transcription phonétique. Classification des sons. 1. Voyelles. 2. Consonnes. 3. Voyelles et consonnes. 4. Sons accessoires. [97-103] Chap. V. Combinaison des sons. [104-222] Deuxième partie: Aperçu des principaux changements phonétiques. [104-133] Chap. I. Changement d'ensemble. Accent. Quantité. [134-166] Chap. II. Changement des sons indépendants. 1. Voyelles. 2. Consonnes. [167-222] Chap. III. Changements combinatifs. 1. Assimilation. 2. Dissimilation. 3. Action des sons transitoires. 4. Epenthèse et métathèse. Remarque générale. [223-264] Troisième partie: Caractères généraux des changements phonétiques. [223-245] Chap. I. Des tendances phonétiques. [246-254] Chap. II. Origine des tendances phonétiques. [255-257] Chap. III. Résumé. Conclusion. [259-264] Corrections et additions. [265-270] Table des matières.
Objectif de l'auteur"Etudier la nature intime des changements phonétiques et rechercher comment ils peuvent se produire; les grouper entre eux, les classer, déterminer les circonstances dans lesquelles ils ont lieu; examiner s'ils sont soumis à des lois générales et jusqu'à quel point ces lois sont constantes; enfin chercher à dégager les causes premières de ces changements et des lois qui les régissent…" (p. 9)
Intérêt généralOuvrage de phonétique historique, qui traite de faits évolutifs se fondant sur les sons (et non sur les lettres de la graphie). Apparemment conforme à la tradition des études de philologie historique, il applique les méthodes de la grammaire comparative sur la base des plus récentes acquisitions phonétiques. Dans la première partie, Passy définit la nature des sons de la parole dont il étudiera les transformations: approche organogénétique et acoustique; mimique et gestuelle; intonation; accentuation; quantité; classement des voyelles et consonnes selon une approche éclectique qui n'ignore pas le débat passionné entre les partisans des classifications organique et acoustique. Dans la deuxième partie de l'ouvrage, est illustrée la typologie des changements en partant des changements d'ensemble pour passer aux transformations des sons pris isolément et aux changements combinatoires. Dans la troisième partie sont dégagés les principes généraux des changements phonétiques.
Parties du discours
Innovations term.Passy utilise sons soufflés, sons vocaliques et sons chuchés à la place de sons sourds, sonores, chuchotés, ces derniers termes lui paraissant susceptibles de donner lieu à des confusions (néologismes signalés en note par l'auteur, p. 37).
Corpus illustratifIl est vaste. Les langues mises à contribution sont très nombreuses. Le choix des exemples ne manque pas d'originalité. Passy s'appuie souvent sur les communications personnelles et les témoignages d'autres linguistes français et étrangers et sur des exemples de prononciation pris sur le vif, souvent référencés (enfants, parents ou collègues, personne n'échappait à son oreille attentive), qu'il intègre dans son discours. Les exemples français sont forgés sur le modèle de la langue courante et reflètent la priorité absolue accordée à la langue parlée familière. Aucune citation littéraire sauf la Bible.
Indications compl.L'ouvrage prouve la très grande sensibilité de l'auteur face aux variations appelées "dialectes locaux, sociaux, occasionnels". Y est discutée l'idée de Sayce que le ton varie "en raison inverse de la syntaxe". L'imitation défectueuse du langage des adultes par les enfants est indiquée comme la cause principale de l'instabilité du langage. Passy formule deux principes fondamentaux – d'une application universelle – expliquant les transformations phonétiques: le principe d'économie qui tend à éliminer ce qui est superflu et le principe d'emphase qui consiste à mettre en relief ce qui est nécessaire, les deux découlant de l'essence même du langage: la nécessité de se faire comprendre. La constance (fatalité) des lois phonétiques est considérée avec prudence. Passy préfère parler de tendances et cherche constamment à retrouver la causalité exacte des faits de discours, en s'exprimant de façon toujours simple et claire. On y reconnaît la position "fonctionnaliste" ante litteram de Passy (partagée avec Sweet et Jespersen), bien avant l'éclosion de la phonologie.
L'emploi de la transcription phonétique est absolument innovateur. Pour les langues mortes, Passy s'est abstenu autant que possible d'employer ces symboles pour se conformer à la tradition en vigueur. Dans la liste des principaux caractères utilisés (consonnes, voyelles, signes accessoires), on remarque l'emploi de signes spécifiques pour les variations de hauteur. Malgré l'absence de référence explicite, on peut affirmer que le système utilisé, conventionnel et basé sur l'alphabet romain, est l'ancêtre de l'API, mis au point collectivement par les membres de l'Association Phonétique Internationale après une consultation générale en 1888.
Influence subieDans la bibliographie (p. 5-6), Passy renvoie aux ouvrages cités le plus souvent au cours de son travail (49 titres de volumes, articles, revues), et marque à l'aide d'un astérisque ceux qui lui ont constamment servi de guides (Brugmann, Paul, Sievers, Sweet, Trautmann, Viëtor). Initié aux principes de la grammaire comparée par Auguste-Nicolas Merlette, Passy se distingua parmi les élèves des cours de linguistique historique et comparée de F. de Saussure à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes entre 1885 et 1887. Il fut très marqué par la fréquentation des phonéticiens classiques: Jespersen, Sievers, Storm, Sweet, Viëtor. Outre les références classiques dans le domaine (Brugmann, Curtius, Nyrop, Meyer, Paul, Schuchardt, Whitney, Verner), sont cités à plusieurs reprises dans l'ouvrage les maîtres de la linguistique française de l'époque: M. Bréal, A. Darmesteter, L. Havet, V. Henry, G. Paris, F. de Saussure.
Influence exercéeUnanimement salué par les contemporains comme l'ouvrage d'un jeune chercheur sagace et talentueux, il valut à son auteur une certaine notoriété scientifique. Néanmoins, la limpidité du style – tout comme sa personnalité peu conformiste – ont longtemps nui à la diffusion de ses idées. Justement apprécié par A.G. Noreen, l'ouvrage se trouvait parmi les 27 écrits (chiffre assez important pour l'époque) relatifs à la phonétique expérimentale, à la graphémique et à la phonologie historique et descriptive, dans la bibliothèque de F. de Saussure qui considérait Passy parmi les innovateurs avec Viëtor. L'ouvrage a été jugé par A. Martinet comme "l'exposé le plus lucide de la théorie fonctionnaliste des changements phonétiques".
Renvois bibliographiques→ Références
Breymann H. 1894 {p. 83-84}; Martinet A. 1955 {p. 42-44}; Passy P. 1830; Saussure F. de 1975 {p. 336, 338, 392, 437}; Storm J. 1892
Rédacteur

Galazzi, Enrica

Création ou mise à jour2000