CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Mysl' i jazyk

Potebnia, Oleksander

DomaineCompilations, linguistique historico-comparative, linguistique générale, phonétique et phonologie
SecteurLinguistique générale [5303]
Auteur(s)

Potebnia, Oleksander

Variantes: Oleksandr, en russe Aleksandr Afanas'evič. Le nom de famille est souvent translittéré Potebnja.

Datation: 22 septembre 1835 - 11 décembre 1891; selon le calendrier julien en vigueur de son vivant, 10 septembre 1835 - 29 novembre 1891

Linguiste ukrainien, né à Havrylivka (district de Romen, gouvernement de Poltava), mort à Kharkiv. Une des figures les plus marquantes de la vie intellectuelle ukrainienne du 19e s. Etudes à la Faculté d'Histoire et des Lettres de l'université de Kharkiv (1852-1856), où il devient professeur adjoint après sa maîtrise (1860). Stagiaire à l'université de Berlin en 1862-1863, il se voue presque exclusivement à l'étude du sanscrit chez Albrecht Friedrich Weber. Après la soutenance de sa thèse de doctorat (1874), il devient en 1875 titulaire de la chaire d'histoire de la langue et de littérature russes, qu'il occupera jusqu'à sa mort. Président de la Société Historico-Philologique de Kharkiv (1877-1890). Son œuvre très diversifiée se compose d'écrits consacrés aux questions générales de la philosophie du langage, à l'étude systémique approfondie des langues slaves de l'Est (phonologie historique, morphosyntaxe comparée, dialectologie ukrainienne), aux problèmes du bilinguisme et du rapport langue / nation, à la théorie de l'art verbal, à l'analyse de la poésie populaire slave (au premier chef, ukrainienne), etc. Représentant le plus éminent du courant humboldtien dans la linguistique ukrainienne, il essaya de valoriser, dans la pratique, une conception du langage comme phénomène dynamique, en la mettant en œuvre afin d'expliquer l'évolution du système grammatical des langues slaves de l'Est. Les matériaux de la poésie populaire ont été largement utilisés dans cette entreprise en tant que porteurs, par excellence, des vestiges des états antérieurs d'une langue. Affirmant l'invariabilité du procédé linguistique de base (métaphorique au sens le plus large du terme) à l'aide duquel l'homme saisit le monde, Potebnia s'opposa résolument à la conception de la mythologie comme une maladie du langage (Müller). Sa vision de la langue comme "machine transformatrice" des sentiments en concepts l'amena à accorder à la linguistique le statut de discipline fondamentale parmi les sciences humaines (historiques), à la différence de Steinthal ou de Paul qui assignaient ce rôle à la psychologie.

Titre de l'ouvrageMysl' i jazyk
Titre traduitLa Pensée et le Langage
Titre courtMysl' i jazyk
Remarques sur le titre
Période|19e s.|
Type de l'ouvrageAperçu de philosophie du langage.
Type indexéLinguistique générale | Philosophie du langage
Édition originale1862, Žurnal Ministerstva Narodnogo Prosveščenija, n° CXIII, section II, p. 1-118; n° CXIV, section II, p. 1-33, 89-131; simultanément en édition séparée (Sankt-Peterburg, s. n.)
Édition utilisée1989, in Potebnja, Aleksandr Afanas'evič, Slovo i mif [Le mot et le mythe], Moskva, Pravda.
Volumétrie84 × 1081/32 (20 × 12,5 cm), 184 pages paginées de 17 à 200; nombre moyen de signes par page: 2440.
Nombre de signes446500
Reproduction moderneOuvrage actuellement disponible dans le commerce (édition de 1999, Moscou, Labirint).
Diffusion1892, Xar'kov, s. n.; 1913, Xar'kov, s. n.; 1922, Odessa, Vydavnyctvo UAN; 1926, Odessa, s. n.; 1989, Moskva, Pravda; 1993, Kiev, SINTO; 1998, Kiev SINTO; 1999 Moskva, Labirint. Il existe une traduction partielle en ukrainien par Al'da Kolodna, sous le titre "Dumka j mova" in Potebnia, Oleksandr (1985) Estetyka i poetyka slova [L'esthétique et la poétique de la parole], Kyjiv, Mystectvo (p. 32-72).
Langues ciblesLes réflexions de Potebnia visent tout "langage humain", sans porter sur une langue particulière spécialement.
MétalangueRusse
Langue des exemplesUkrainien, russe, serbe, polonais, tchèque, slovaque, slavon, grec, latin, français, allemand, anglais, lituanien, sanscrit; dialectes slaves
Sommaire de l'ouvrage[P. 17-23] I. L'invention arbitraire et la création divine du langage. [23-37] II. Becker et Schleicher. [37-54] III. W. von Humboldt. [54-67] IV. La linguistique et la psychologie. [67-78] V. Perceptions sensuelles. [79-88] VI. Les mouvements réflexes et le son articulé. [88-105] VII. Le langage du sentiment et le langage de la pensée. [105-128] VIII. Le mot en tant que moyen d'aperception. [128-159] IX. La représentation, le jugement, le concept. [160-200] X. La poésie. La prose. La condensation de la pensée.
Objectif de l'auteurEtablir sa propre position théorique dans le cadre de la tradition existante; formuler les principes fondamentaux de l'étude du langage qui devaient être mis en pratique dans ses travaux ultérieurs, notamment dans le Mémoire sur la grammaire russe (t. I, 1873; t. II, 1874; t. III, 1899, posthume; t. IV, 1941, posthume), pour la recherche linguistique stricto sensu; dans les Conférences choisies sur la théorie de l'art verbal (1894, posthume) et Mémoire sur la théorie de l'art verbal (1905, posthume), pour l'analyse des liens entre le langage et la création poétique.
Intérêt généralConcrétisation du programme humboldtien de recherche linguistique ayant pour objet la langue comme energeia (par opposition à l'ergon), grâce à l'exploitation des progrès de la psychologie empirique de l'époque.
Parties du discoursLa notion humboldtienne de "forme interne" étant réinterprétée par Potebnia comme moyen linguistique à l'aide duquel la représentation d'un contenu mental (image ou concept) est exprimée par un mot, il s'oppose à l'idée de l'arbitraire du signe. Pour lui, la motivation du mot est assurée par sa continuité (tant sur le plan d'expression que sur celui de contenu), à partir des tout premiers stades de l'évolution linguistique, quand il s'agissait plutôt d'unités de discours qui n'étaient encore ni des mots ni des phrases. L'émergence ultérieure des mots en tant que tels, tout comme leur différenciation en parties du discours, sont reliées au développement des structures syntaxiques (l'évolution des parties du discours dans les langues slaves de l'Est deviendra l'objet d'une étude détaillée dans son Mémoire sur la grammaire russe). La notion humboldtienne de l'esprit (Geist, dux) reçoit une interprétation nouvelle: défini comme "activité intellectuelle consciente", l'esprit devient chez Potebnia fonction du langage, car ce n'est que celui-ci qui rend possible l'objectivation (et par conséquence, la conscientisation) de la pensée. Le développement du langage contribue à l'économie de la pensée en favorisant sa condensation (sguščenie, Verdichtung, terme emprunté à Lazarus) dans un passage perpétuel de la poésie à la prose (traitées en tant que phénomènes linguistiques et du même coup formes fondamentales de la pensée) et vice versa. En particulier, la formation des catégories grammaticales est envisagée comme un gain crucial, permettant d'effectuer automatiquement une partie du travail intellectuel nécessaire pour la conceptualisation de la réalité. Entre le mot et l'œuvre artistique, un rapport d'isomorphisme essentiel est reconnu, concernant la corrélation entre leur forme externe, leur forme interne et leur contenu respectifs.
Innovations term.En général, l'usage terminologique de Potebnia est dérivé de celui de Humboldt et surtout de Steinthal, mais il n'hésite pas à y apporter des modifications, parfois notables, dans l'acception des termes.
Corpus illustratifPour ses exemples, Potebnia utilise des mots et des locutions pris à diverses langues, tout aussi bien que des échantillons de la poésie populaire slave et lituanienne.
Indications compl.
Influence subiePotebnia s'inscrit dans la lignée des continuateurs de Humboldt à qui il se réfère abondamment; mais son mode de réception des idées humboldtiennes est largement influencé par la critique qu'en a faite Steinthal. Dans le domaine de la psychologie, il a recours, en premier lieu, aux doctrines de Johann Friedrich Herbart et Rudolf Hermann Lotze. Il reprend aussi certains aspects de la théorie du rapport entre l'économie mentale et le langage propagée par Moritz Lazarus. D'autres influences sont moins certaines, quoiqu'on mentionne à ce propos, dans la littérature secondaire consacrée à Potebnia, les noms de Kant, de Hegel, de Locke, du linguiste russe Izmail Sreznevskij, etc.
Influence exercéeParmi les disciples de Potebnia, la plupart se sentaient portés plutôt vers le domaine de la psychologie de la créativité. Une certaine influence de Potebnia est ressentie dans les travaux syntaxiques de Dmytro Ovsianyko-Kulykovs'kyj, Aleksej Šaxmatov, Aleksej Peškovskij. Sa notion de "forme interne" est devenue un bien commun dans la linguistique ukrainienne et russe. Un vif intérêt pour les idées de Potebnia concernant le rapport langue / nation s'est manifesté en Ukraine à la veille et à la suite de la proclamation de son indépendance en 1991.
Renvois bibliographiques→ Références
Bilodid O. 1977; Birnbaum H. 1994; Čexovyč K. 1931; Ermen I. 1995; Fontaine J. 1995; Frančuk V. 1985; Gasparov B. 1994; Kerecuk N. 2000; Kokochkina E. 2000; Rigotti E. 1972; Sériot P. 2002; Shevelov G. Y. 1956; Thomsen V. 1927; Vetukhiv O. 1956; Wakulenko S. 1996; Wakulenko S. 2003; Wakulenko S. 2003; Wakulenko S. 2005; Zubkova L. G. 1989 {p. 82-128}
Rédacteur

Wakulenko, Serhii

Création ou mise à jour2000