CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Die Sprachwissenschaft

Gabelentz, Georg von der

DomaineCompilations, linguistique historico-comparative, linguistique générale, phonétique et phonologie
SecteurLinguistique générale [5347]
Liens

Internet Archive (2e éd. 1901)

Auteur(s)

Gabelentz, Georg von der

Forme complète: Gabelentz, Hans Georg Conon von der

Datation: 16 mars 1840 - 11 décembre 1893

Gabelentz était issu d'une famille aristocratique cultivée de Saxe. Son père, haut-fonctionnaire et linguiste, avait publié en 1832 des Élémens de grammaire mandchoue (en français). Extrêmement doué, Georg devient à vingt-huit ans «professeur des langues chinoise, japonaise et manchoue» à l'université de Leipzig (1848). Sa Chinesische Grammatik mit Ausschluß des niederen Stils und der heutigen Umgangssprache «Grammaire du chinois à l'exclusion du style populaire et de la langue familière» (1881) et ses traductions d'œuvres de la littérature chinoise classique lui confèrent le statut de meilleur sinologue d'Allemagne. La renommée de sa «Linguistique» (Die Sprachwissenschaft – ihre Aufgaben, Methoden und bisherigen Ergebnisse) lui ouvre et un poste de «professeur de langues de l'Asie du sud-est et linguistique générale» à l'université de Berlin en 1889 et les portes de l'Académie des Sciences de Prusse en 1890 trois ans avant sa mort (cf. Grube 1905).

Titre de l'ouvrageDie Sprachwissenschaft: ihre Aufgaben, Methoden und bisherigen Ergebnisse
Titre traduitLa linguistique: ses tâches, méthodes et résultats à ce jour
Titre courtDie Sprachwissenschaft
Remarques sur le titre
Période|19e s.|
Type de l'ouvrageTraité de linguistique générale.
Type indexéLinguistique générale
Édition originale1891, Leipzig, Chr. Herm. Tauchnitz.
Édition utilisée1901, Leipzig, Chr. Herm. Tauchnitz (2e édition posthume par son neveu, Albrecht von der Schulenburg).
Volumétriexxi + 520 pages.
Nombre de signes1600000
Reproduction moderneTübinger Beiträge zur Linguistik 1. Editions Gunter Narr, Tübingen 1969 (1e rééd.); 1972, 2 e rééd. – Wissenschaftliche Buchgesellschaft Darmstadt 1984, 3 e rééd. – Routledge/Thoemmes Press, Londres, 4e rééd.
DiffusionL'ouvrage a été considéré comme le meilleur traité de linguistique générale en allemand au tournant du 20e s.
Langues ciblesMultiples, en particulier les langues d'Extrême-Orient et le sanskrit
MétalangueAllemand
Langue des exemplesLes exemples sont empruntés à de nombreuses langues de types morphologiques différents
Sommaire de l'ouvrageLivre I: Partie générale (p.1-53) – Chap. I: La notion de linguistique (1sq); Chap. II: Tâches de la linguistique (7 sq.); Chap. III: Localisation de la linguistique (13 sq.); Chap. IV: Les sources historique de la science du langage (17 sq.); Chap. V: La formation du linguiste (31 sq.).
Livre II: La recherche sur les langues (54-135) – Chap. I: Le champ de la linguistique: langue, dialecte, sous-dialecte (54 sq.); Chap. II: Ce qui relève de la recherche sur une langue particulière (58 sq.); Chap. III: Connaître une langue (61 sq.); Chap. IV: L'apprentissage d'une langue (63 sq.); Chap. V: L'étude d'une langue (75 sq.); Chap.VI: La représentation d'une langue (81 sq.): A. la grammaire; B. le dictionnaire, (121 sq.); C. la prise en compte de particularités locales et chronologiques dans la grammaire et le dictionnaire, (125 sq.); D. langue et écriture, (127 sq.).
Livre III: La recherche sur la généalogie et l'histoire des langues (136-301) – Introduction; Partie I: L'histoire externe des langues. La démonstration de leur parenté (142 sq.); Partie II: L'histoire interne de la langue (168 sq.): Première section: Généralités; Seconde section: Les forces à l'œuvre dans l'histoire des langues (181); Changement sémantique, disparitions et innovations (227 sq.); Examen historique des langues (255 sq.); Influence des contacts, langues métissées (259 sq.).
Livre IV: La linguistique générale (302-486) – Chap. I: Ses tâches; Chap. II: Les fondements de la faculté humaine de langage (303 sq.); Chap. III: Contenu et forme du discours (317-386: I. Le discours; II. Division du discours en substance et forme; III. L'ordre des mots; IV: L'accentuation; V: Mimique expressive; VI: Coopération de la loi de position et de la mimique expressive; VII: Classement des mots en catégories conceptuelles, parties grammaticales du discours; VIII: Possibilité, règle, loi; Chap. IV: Points de vue sur l'évaluation des langues (387 sq.); Facteurs particuliers (437 sq.): A. La phonétique; B. L'articulation interne; C. Le point de vue grammatical – La grammaire et les habitudes de pensée nationales. Facteurs objectifs et subjectifs; Chap. V: La description de la langue (476 sq.): Chap.VI: La grammaire générale (479 sq.); Chap. VII: La lexicologie générale (482 sq.); Chap. VIII: Conclusion (485 sq.).
Index (487-520).
Objectif de l'auteurLe traité de Gabelentz est explicitement centré sur les ambitions de la linguistique, les méthodes permettant de les réaliser et les résultats obtenus depuis le début du 19e s. Il va largement au-delà d'un simple manuel en délivrant une réflexion (1) épistémologique, par sa composition disposant hiérarchiquement la description des langues particulières, la recherche historique et généalogique et la linguistique générale considérée comme supérieure à la linguistique historique, ce qui le rapproche de W. von Humboldt (cf. notice 5301) et l'éloigne de H. Paul (cf. notice 5226), et (2) méthodologique, par l'examen détaillé de ce que l'apprenti linguiste doit apprendre avant de s'engager dans l'un ou l'autre de ces trois niveaux d'étude.
Intérêt généralContrairement à H. Steinthal peu auparavant (cf. notice 5302), Gabelentz s'abstient de considérer la linguistique comme une discipline dépendante de la «psychologie des peuples» et contrairement à J. Byrne (cf. notice 5346), il ne cherche pas à fournir un classement exhaustif des langues du monde. Il se contente d'indiquer comment faire pour aboutir ultérieurement à un tel résultat. L'intérêt de l'ouvrage est triple: (a) comme Gabelentz est le meilleur sinologue de sa génération, il est particulièrement capable de rectifier le classement axiologique des langues considérant les isolantes comme structuralement inférieures aux agglutinantes et celles-ci inférieures à leur tour aux flexionnelles; (b) en présentant la linguistique historique comme un tremplin vers la linguistique générale, il s'inscrit en faux contre le mouvement néogrammairien et annonce Saussure; (c) il est la première introduction à la linguistique générale publiée en allemand (et probablement une des premières mondialement), et en effet une assez complète – un réel instrument de formation pour les apprentis linguistes (voir la section «Formation du linguiste», p. 31-53).
L'œuvre anticipe la distinction entre synchronie et diachronie dans ce passage: “Die Tatsachen, die sie [die deskriptive Sprachwissenschaft] vergleicht, sind eben gleichzeitig und gleichsprachlich, im Gegensatze zu jenen, mit denen es die historisch-genealogische Forschung zu tun hat und die entweder zu verschiedenen Zeiten aufeinanderfolgen oder, gleichviel ob neben- oder nacheinander, an verschiedenen Orten auftreten.” (p. 61) [Les faits que compare la linguistique descriptive concernent la même époque et la même langue, contrairement à ceux auxquels la recherche historico-généalogique est confrontée et qui se succèdent à différentes époque ou se présentent en différents lieux, que ce soit simultanément ou successivement]. Elle introduit la notion de système de langue: "Jede Sprache ist ein System, dessen sämmtliche Theile organisch zusammenhängen und zusammenwirken. Man ahnt, keiner dieser Theile dürfte fehlen oder anders sein, ohne dass das Ganze verändert würde." (p. 481) [Toute langue est un système dont toutes les parties sont liées organiquement et interagissent. On se doute qu'aucune de ces parties ne devrait faire défaut ou différer sans que le tout en soit altéré]. Ceci sera repris par A. Meillet (1903).
Parties du discoursDans la section VII du livre IV (p. 382-385), Gabelentz distingue les Stoffwörter («mots de substance») et les Formwörter («mots formels») et il essaie de reconstruire conceptuellement l'origine des trois parties du discours primaires (substantif, adjectif, verbe) à partir de ses observations concernant entre autres le nahuatl, le japonais et le coréen.
Innovations term.Gabelentz définit trois concepts: “Rede – Einzelsprache – Sprachvermögen” [parole - langue - langage], que F. de Saussure va reprendre. Ce triplet constitue, pour Gabelentz, la base de la linguistique et de son livre.
Théorie de l'effectif phonétique (Lehre vom Lautbefunde, p.87). “Unter dieser Lehre verstehe ich die systematische Aufzählung und Beschreibung der Laute und die Angabe, an welchen Stellen und in welchen Verbindungen sie erscheinen dürfen” [Cette théorie, je la conçois comme l'énumération et la description systématique des sons et l'indication des lieux et des configurations dans lesquelles ils peuvent figurer]. La définition exprime clairement que, avec ce concept, Gabelentz postule la phonologie, fondée beaucoup plus tard par Trubetzkoy.
Par ailleurs Gabelentz distingue l'histoire externe et l'histoire interne de la langue (äußere und innere Sprachgeschichte, p. 141sq.). Et il applique la distinction entre "grammatical" et "psychologique" aux fonctions de sujet et de prédicat (p. 370 sq.).
Corpus illustratif
Indications compl.
Influence subieSon père, qui lui fait connaître les Éléments de la grammaire chinoise de Jean-Pierre Abel-Rémusat (1822) et l'initie au mandchou; Wilhelm von Humboldt (cf. p.354-359); Heyman Steinthal et James Byrne (cf. p. 426-427).
Influence exercéeSur Ferdinand de Saussure (1916), selon la thèse d'Eugenio Coseriu (1972), adoptée par C. Lehmann (2014), mais rejetée par E.F.K. Körner (1978).
Renvois bibliographiques→ Références
Cherubim D. 2009; Coseriu E. 1972; Elffers E. 2007; François J. 2014; François J. 2017 {section 4.1.}; Grube W. 1905; Koerner E. F. 1978; Lehmann C. 2013; Lehmann C. 2014
Rédacteur

François, Jacques · Lehmann, Christian

Création ou mise à jour2017-11 | 2015-01