CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Apophonie en indo-européen

Kuryłowicz, Jerzy

DomaineCompilations, linguistique historico-comparative, linguistique générale, phonétique et phonologie
SecteurLinguistique historico-comparative [5225]
Liens

CTLF Images (éd. 1956)

Auteur(s)

Kuryłowicz, Jerzy

Datation: 14 août 1895 - 28 janvier 1978

Linguiste polonais, né à Stanisłaswów, mort à Cracovie. Etudes de langues orientales, de philologie romane et germanique, de grammaire comparée (indo-européen, sémitique) à Lvov, Vienne et Paris. Professeur aux universités de Lvov (1926-1946), Wrocław (1946-1948) et Cracovie (1948-1978), avec de nombreux séjours à l'étranger (Allemagne, Etats-Unis). J. Kuryłowicz est entré avec éclat dans l'histoire de la grammaire comparée en montrant (1927) que les fameux "coefficients sonantiques" dont Saussure avait postulé l'existence en indo-européen avaient laissé une trace en hittite sous la forme d'une consonne h: la reconstruction algébrique recevait ainsi une confirmation factuelle, le déchiffrement du hittite (1917) étant largement postérieur au Mémoire de Saussure (Benveniste 1963). Le même savant a relevé d'autres traces de ces phonèmes dans d'autres langues indo-européennes, prolongeant ici encore les intuitions de Saussure et apportant des contributions fondamentales à la théorie des consonnes "laryngales" (Szemerényi 1973; Lindeman 1997). J. Kuryłowicz a été non seulement un indo-européaniste, mais aussi un germaniste, un angliciste, un romaniste, un slaviste et un sémitiste de premier plan, sans parler de son apport à la linguistique générale.

Titre de l'ouvrageL'apophonie en indo-européen
Titre traduit
Titre courtApophonie en indo-européen
Remarques sur le titre
Période|20e s.|
Type de l'ouvrageEtude des différentes formes que prend en indo-européen et dans les langues indo-européennes le mécanisme de l'apophonie. Mise en évidence de l'origine du système et de ses renouvellements.
Type indexéLinguistique historico-comparative | Traité de phonétique | Description des voyelles
Édition originale1956, Wrocław, Ossolineum.
Édition utilisée1956, Wrocław, Ossolineum.
VolumétrieIn-8°; nombre de pages: 430; 40 lignes de 12,5 cm par page; env. 2400 signes par page.
Nombre de signes1032000
Reproduction moderne
Diffusion
Langues ciblesIndo-européen et langues indo-européennes anciennes
MétalangueFrançais
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrage[P. 5-23] Prolégomènes: Remarques sur l'évolution des morphèmes. [24-35] Note liminaire: Le système verbal de l'indo-européen. [36-165] Première partie: Les procédés anciens. [36-96] Chap. I: L'apophonie qualitative (e, o). [97-141] Chap. II: L'apophonie quantitative e/o: zéro. [142-165] Chap. III: Le degré long. [166-263] Deuxième partie: Les transformations ultérieures du degré zéro. [166-208] Chap. IV: Le degré zéro dans les langues du sud. [209-243] Chap. V: Le degré zéro dans les langues du nord. [244-263] Chap. VI: Le degré zéro en indo-iranien. [264-355] Troisième partie: Les degrés longs récents. [264-285] Chap. VII: Le degré long en grec. [286-320] Chap. VIII: Le degré long dans les langues du nord. [321-355] Chap. IX: Le degré zéro en indo-iranien. [356-401] Appendice. Chap. X: Les alternances consonantiques en indo-européen. [402-423] Résumé en polonais. [424-430] Table analytique des matières.
Objectif de l'auteurRenouant avec le Mémoire de Saussure, dont il adopte la méthode de reconstruction interne, et soucieux de respecter la hiérarchie des niveaux en linguistique, Kuryłowicz entend faire un ouvrage de morphonologie et non de phonétique. Un certain nombre de lois considérées traditionnellement comme phonétiques sont ainsi réanalysées comme des lois morphologiques (par ex., p. 321 sq., la "loi de Brugmann", selon laquelle indo-européen *e > indo-iranien ă vs *o > a en syllabe ouverte).
Intérêt généralAvec les Noms d'agent et noms d'action… (1948) d'E. Benveniste, les deux grands ouvrages de Kuryłowicz, L'accentuation (11952, 21958) et L'apophonie, représentent les sommets du structuralisme classique en matière de grammaire comparée de l'indo-européen. L'idée de base est que la formation et l'évolution de l'apophonie ne peuvent se comprendre qu'à la lumière des relations qu'entretiennent les uns avec les autres les éléments du système phonétique et morphologique de la langue. La base théorique, à savoir la notion de fondement ("forme de fondation" / "forme fondée"), est présentée dans le chapitre initial. Soucieux de préciser une pensée toujours en mouvement, l'auteur a abordé le sujet à nouveau en 1968.
Parties du discours
Innovations term.
Corpus illustratif
Indications compl.Comme l'ensemble de l'œuvre de Kuryłowicz, L'apophonie repose sur une imbrication constante de la grammaire comparée et de la linguistique générale; les principes et la méthode suivie sont toujours explicites. Pour étayer ses démonstrations, l'auteur emprunte des exemples à d'autres systèmes linguistiques que l'indo-européen, notamment au sémitique, auquel il a consacré plusieurs travaux (ainsi 1961). Si l'horizon est celui du structuralisme classique, Kuryłowicz recourt souvent, ici et ailleurs, à "l'instrument puissant des universaux linguistiques" (1977, p. 5) et a l'ambition d'aboutir à des résultats qui aient une réelle "valeur cognitive" (ibid.), ce qui rétrospectivement apparaît comme une préoccupation très moderne.
Influence subieLe projet renoue avec celui de Saussure dans le Mémoire. Par ailleurs, bien que l'auteur prenne ses distances avec la tradition néo-grammairienne, il est nourri (fût-ce à son corps défendant) des travaux de Hermann Hirt.
Influence exercéeEsprit très indépendant, Kuryłowicz n'a guère eu d'élèves. L'apophonie est plus un monument que l'on salue de loin qu'un livre dont on exploite les résultats (ce qui n'est guère aisé, le raisonnement étant souvent difficile à suivre et prenant parfois même un tour paradoxal). Mais les concepts opératoires mis en œuvre par Kuryłowicz, ici et ailleurs (ainsi, pour se limiter à quelques exemples, les notions de fonction primaire et de fonction secondaire, de proportion linguistique, les mécanismes de différenciation et de renouvellement, les lois de l'analogie), ont eu une grande postérité; son œuvre reste une référence en matière de méthode et d'exigence intellectuelle, même lorsque le contenu n'entraîne pas l'adhésion.
Renvois bibliographiques→ Références
Bader F. 1978; Bader F. 1979; Benveniste É. 1957; Lewicki A. M. 2009; Rusek J. & Szymczak M. 1980; Watkins C. 1958
Rédacteur

Lamberterie, Charles de

Création ou mise à jour2000