CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

De Causis linguae Latinae

Scaliger, Jules César

DomaineTradition occidentale: grec et latin
SecteurGrammaires latines humanistes [1251]
Liens

CTLF Images (éd. 1540)

CTLF (PDF, éd. 1540)

Google Books (éd. 1540)

Google Books (éd. 1623)

HTL (PDF, éd. 1986, trad. fr., vol 1) – Trad. J. Stéfanini

HTL (PDF, éd. 1986, trad. fr., vol. 2) – Trad. J. Stéfanini

HTL (PDF, éd. 1986, trad. fr., vol. 3) – Trad. J. Stéfanini

TextesCTLF Textes (4)
Auteur(s)

Scaliger, Jules César

Variantes: Iulius Caesar

Datation: Avril 1484 - 21 octobre 1558

Humaniste d'origine italienne (de son vrai nom, Giulio Bordone), né à Padoue, naturalisé français et mort à Agen. Après des études à l'Université de Padoue, il devint médecin et suivit (en 1524) l'évêque Antonio della Rovere à Agen, où il s'installa. Il y pratiqua la médecine et occupa diverses charges municipales. Auteur d'un grand nombre d'ouvrages humanistes, tous rédigés en latin, dont un traité étymologique (De originibus, perdu), une poétique (Poetices libri VII, 1562), de commentaires sur Aristote, Théophraste et Hippocrate, il attaqua violemment certains de ses contemporains, dont Érasme (à propos de son Ciceronianus) et Cardan (De la subtilité, contre Cardan).

Titre de l'ouvrageIulii Caesaris Scaligeri De Causis linguae Latinae Libri tredecim
Titre traduitTreize livres traitant des causes de la langue latine, par Jules-César Scaliger.
Titre courtDe Causis linguae Latinae
Remarques sur le titre
Période|16e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire latine spéculative, le but de l'auteur étant d'étudier en philosophe les fondements de la langue latine.
Type indexéGrammaire spéculative
Édition originale1540, Lyon, Sébastien Gryphe.
Édition utilisée1540, Lyon, Sébastien Gryphe; 1re édition.
VolumétrieIn-4°; [26] + 353 pages.; 13 livres; 193 chap.; env. 1 950 signes par page. 379 pages.
Nombre de signes730000
Reproduction moderneMicrofiche BN Paris, 1993 (éd. de 1540), X.2031.P93/003124; microfiche Hachette, Paris, 1971 (éd. de 1584, et non, comme annoncé, de 1598) 71/5012.
Diffusion1580, Genève, P. Santandreanus; 1584, Genève, P. Santandreanus; 1597, Heidelberg, P. Santandreanus; 1609, Heidelberg, in Bibliopolo Commeliniano; 1623, Heidelberg, in Bibliopolo Commeliniano [Magnien 1986, p. 299-300]. Traduction annotée en cours de réalisation par Pierre Lardet, Geneviève Clerico, Bernard Colombat et al.
Langues ciblesLatin
MétalangueMétalangue: latin; citation de nombreux termes grecs (et de quelques fragments de textes grecs); allusions fréquentes à la prononciation de diverses langues et citation de termes provenant en particulier des langues suivantes: éolien [terme synthétisant, souvent de façon fantaisiste, les variantes dialectales du grec]; vernaculaires européens (en part. allemand, espagnol, français, gascon, italien [ligure, lombard, toscan, etc.]); arabe, hébreu, illyrien, scythique, syrien.
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageLettre à S. Gryphe (3,5 p.). Préface à son fils Sylve (5,5). Index des [627] erreurs relevées par Scaliger dans les ouvrages de ses prédécesseurs (15 p.). Livre 1 (chap. 1-47; p. 1-86): but et méthode du grammairien; la voix; la lettre: définition, histoire; voyelles, consonnes, diphtongues; leurs modifications du fait de la flexion, de la dérivation, de la composition. Livre 2 (chap. 48-65; p. 87-112): la syllabe et ses "affects" (= les catégories linguistiques afférentes): l'accent, l'aspiration, la durée. Livre 3 (chap. 66-75; p. 113-133): le mot (dictio), ses affects, ses espèces. Livre 4 (chap. 76-109, p. 134-218): le nom, ses affects (nombre, genre, cas, espèce, figure), ses espèces; modification de ses affects. Livre 5 (chap. 110-126, p. 219-254): le verbe, subdivision, ses affects (mode, temps, personne, figure, espèce). Livre 6 (chap. 127-139, p. 255-283): le pronom: place parmi les catégories de mots, subdivision, affects. Livre 7 (chap. 140-150, p. 284-298): le participe, classe autonome et nécessaire; gérondif, supin, affects. Livre 8 (chap. 151-157, p. 299-311): la préposition, ses affects. Livre 9 (chap. 158-161, p. 312-318): l'adverbe, espèces et affects. Livre 10 (chap. 162-164, p. 319-322): l'interjection. Livre 11 (chap. 165-175, p. 323-331): la conjonction, espèces et affects. Livre 12 (chap. 176-184, p. 332-340): la figure [de construction] et ses 8 espèces. Livre 13 (chap. 185-193, p. 341-352): étymologie et analogie. Épilogue (p. 353).
Objectif de l'auteurAborder la langue latine en philosophe, et non en grammairien, c'est-à-dire en l'analysant à la lumière des 4 causes aristotéliciennes et en proposant une analyse critique de toute la tradition grammaticale antérieure.
Intérêt généralLe De causis est un maillon essentiel dans la tradition d'analyse philosophique du langage.
Parties du discoursChaque livre (de 4 à 11) traite des 8 classes de mots (species dictionis, expression préférée à partes orationis "parties du discours") de façon à peu près similaire, à savoir: pour chaque classe, définition, fonction, étymologie du terme qui la désigne, éventuellement justification de la place dans la liste, subdivisions, espèces, catégories afférentes à la classe (affectus).
Innovations term.Un certain nombre d'innovations sont proposées: par ex., dictio au lieu de pars orationis [Lardet 1986a]; affectus ou affectio, au lieu d'"accident", qui sert à désigner, pour une classe de mots donnée, à la fois les catégories linguistiques générales entraînant des modifications morphologiques (ex. la composition [figura]) et les catégories linguistiques spécifiquement attribuées à cette classe; désignation des cas par leur numéro dans la liste (à la place de leur nom traditionnel); utilisation de termes latins (en remplacement de certains termes grecs) pour désigner les figures de construction. Scaliger se livre à une étude approfondie de la métaterminologie comparée du latin et du grec, qui le conduit à proposer de nouveaux termes tant dans une langue que dans l'autre (Colombat 2007).
Corpus illustratifComposé d'exemples forgés et d'exemples empruntés aux auteurs antiques (localisation souvent non précisée); à la différence de Valla ou de Linacre, Scaliger ne cherche pas à accumuler les exemples.
Indications compl.À noter: le développement étendu de la partie phonétique (Clerico 1995a), l'importance accordée à l'étymologie et à l'évolution historique (Stéfanini 1976a, 1977), mais le peu de place faite à la syntaxe (mis à part les figures de construction [livre 12]); la référence des éléments constitutifs du langage aux causes d'Aristote (matérielle, efficiente, formelle, finale), ce qui permet de poser le principe de sa rationalité, parfois perturbée par la tyrannie de l'usage (Lardet 1988); le souci de chercher le fondement profond des entités linguistiques en s'abstrayant des marques morphologiques, illustré par la recherche de définitions très générales (par ex. le nom est le signe d'une réalité durable, le verbe le signe d'une réalité en devenir) ou par une conception originale de la personne assignée en priorité au nom, ensuite au verbe, enfin au pronom (Julien 1984).
Influence subieMis à part Aristote, Galien ou Platon, Scaliger n'a pas d'ouvrages de référence, son but étant une critique systématique des théories linguistiques antérieures; il ne revendique aucune influence. Parmi les auteurs les plus cités (le plus souvent pour être critiqués) figurent Aulu-Gelle, Cicéron, Érasme, Festus, Nigidius, Politien, Quintilien, Varron, Victorinus, mais beaucoup d'auteurs sont constamment utilisés sans être toujours cités, en particulier Priscien, Valla, Linacre [cité une seule fois], Despautère, Perotti (Cornu copiae).
Influence exercéeTrès forte jusqu'au 18e s., en particulier sur Sanctius, Frischlin, Finck & Helwig, Alsted, Buonmattei, Vossius, Port-Royal, Du Marsais et Beauzée (Scaliger est cité dans 18 de leurs articles de l'Encyclopédie de Diderot).
Renvois bibliographiques→ Références
Billanovich M. 1968; Cherubim D. 2001; Chevalier J.-C. 1968; Chomarat J. 1994; Clerico G. 1993; Clerico G. 1995; Clerico G. 1995; Colombat B. 1989; Colombat B. 1989; Colombat B. 1993 {p. 180-188}; Colombat B. 2006; Colombat B. 2007; Jensen K. 1990; Julien J. 1979; Julien J. 1984; Lardet P. 1986; Lardet P. 1986; Lardet P. 1988; Lardet P. 1990; Lardet P. 2003; Lardet P. 2003; Lardet P. 2005; Lardet P. 2009; Magnien M. 1986; Magnien M. 1997; Padley G. A. 1976 {p. 58-77}; Padley G. A. 1985; Scaliger J. C. 1540; Serbat G. 1986; Stéfanini J. 1976; Stéfanini J. 1976; Stéfanini J. 1977; Stéfanini J. 1982; Stéfanini J. 1994; Tavoni M. 1990
Rédacteur

Colombat, Bernard

Création ou mise à jour2007 | 1998