CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Programme et méthodes de la linguistique théorique

Sechehaye, Charles-Albert

DomaineCompilations, linguistique historico-comparative, linguistique générale, phonétique et phonologie
SecteurLinguistique générale [5310]
Liens

CTLF Images (éd. 1908)

TextesCTLF Texte
Auteur(s)

Sechehaye, Charles-Albert

Datation: 4 juillet 1870 - 2 juillet 1946

Linguiste suisse, né et mort à Genève où il fit toute sa carrière après une formation en Allemagne (1893-1902), d'abord en 1902 comme privat-docent en collaborant au "Séminaire de français moderne" et aux "Cours de vacances" avant d'obtenir plus tard (1929) une chaire de "professeur extraordinaire de théorie de la grammaire". Sa thèse, soutenue à Göttingen, portait sur l'Imparfait du subjonctif en français, et une bonne partie de son œuvre scientifique tournera autour du "problème grammatical", c'est-à-dire les problèmes de morphosyntaxe envisagés comme structuration des énoncés en syntagme et au-delà du syntagme (Essai sur la structure logique de la phrase, 1926), ce que les recherches linguistiques antérieures avaient fortement négligé. Coéditeur du Cours de linguistique générale de Saussure avec son collègue et ami Bally, il s'attachera à commenter et à diffuser les principes (description synchronique, opposition langue / parole) de ce qui allait devenir l'Ecole genevoise de linguistique générale. Il se révèle un remarquable organisateur lors du Deuxième congrès international de linguistes qui se tint dans sa ville en 1931 en occupant les fonctions de secrétaire général. Militant chrétien et rédacteur du journal bimensuel l'Essor, Sechehaye fit preuve d'un engagement hors pair durant la montée du nazisme et la Deuxième Guerre mondiale.

Titre de l'ouvrageProgramme et méthodes de la linguistique théorique. Psychologie du langage
Titre traduit
Titre courtProgramme et méthodes de la linguistique théorique
Remarques sur le titre
Période|20e s.|
Type de l'ouvrageTraité de linguistique générale et de méthodologie de la linguistique, illustré surtout par les langues indo-européennes; essai de classification des sciences.
Type indexéLinguistique générale | Méthodologie de la linguistique | Psychologie du langage
Édition originale1908, Paris / Leipzig / Genève, H. Champion, 1 vol.
Édition utilisée1908, Paris / Leipzig / Genève, H. Champion.
VolumétrieIn-8°; nombre de pages: [6] + VII-XX + 1-267; nombre moyen de signes par page: 1750.
Nombre de signes477000
Reproduction moderne
DiffusionPrix Amiel de l'Université de Genève (1909). Trois extraits ont été publiés dans Robert Godel éd. (1969), A Geneva School Reader, Bloomington / London, Indiana University Press: 1. Emboîtement de la phonologie dans la morphologie statistique (p. 131-134); 2. Les systèmes phonologiques (p. 150-157); 3. Les transformations de sons (p. 183-186). Traduction partielle dans P. Brondi, Aspetti epistemologici nella psicolinguistica di A. Sechehaye, Pise, 1977, xxiij + 102 p.
Langues ciblesLangues indo-européennes anciennes et modernes (surtout français et allemand)
MétalangueFrançais
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrage[P. VII-XIX] Table analytique des matières. [1-10] Chap. I: Science des faits et science des lois. [11-22] Chap. II: Science des faits et science des lois. Justification rationnelle d'une linguistique théorique. [23-46] Chap. III: Critique de l'œuvre de Wundt. [47-54] Chap. IV: La linguistique théorique ressortit à la psychologie individuelle et à la psychologie collective. [55-66] Chap. V: Le principe d'emboîtement. [67-74] Chap. VI: Division de la linguistique théorique en deux sciences ressortissant l'une à la psychologie individuelle, l'autre à la psychologie collective. [75-94] Chap. VII: Programme de la première partie de la linguistique théorique, ou science du langage affectif. [95-102] Chap. VIII: La psychologie collective et sa méthode. [103-126] Chap. IX: Deuxième partie de la linguistique théorique ou science du langage organisé sous sa forme parlée. Principes de subdivision. [127-130] Chap. X: Emboîtement des disciplines évolutives dans les disciplines statiques. [131-134] Chap. XI: Emboîtement de la phonologie dans la morphologie statique. [135-160] Chap. XII: Programme de la science du langage organisé sous sa forme parlée. Partie statique. [161-214] Chap. XIII: Emboîtement de la phonétique dans la morphologie évolutive. [215-262] Chap. XIV: Programme de la science du langage organisé sous sa forme parlée. Partie évolutive. [263-267] Chap. XV: Conclusions pratiques.
Objectif de l'auteurDémontrer que la science du langage doit étudier en priorité la "vie du langage" dans son fonctionnement "statique": c'est le problème grammatical, négligé par Wundt. Selon le "principe d'emboîtement", l'étude statique précède celle de l'évolution des langues. Délimiter le "langage organisé, grammatical", par définition collectif, des éléments "extra-" ou "prégrammaticaux", qui ressortissent à l'individuel.
Intérêt généralRéflexion épistémologique sur le statut de la linguistique dans la hiérarchie des sciences, en particulier dans ses rapports avec la psychologie, et organisation de la linguistique en sept disciplines s'emboîtant l'une dans l'autre d'après le double principe de subdivision de la "forme" et du "son" subordonnée à la distinction du "statique" et de l'"évolutif".
Parties du discoursLes parties du discours sont considérées comme des "catégories syntactiques" (p. 113) indissociables des catégories de la pensée.
Innovations term.Spécificités terminologiques: la distinction entre "prégrammatical", "extragrammatical" opposés à "grammatical", "langage organisé" manifeste la vision de la langue comme système. La distinction entre "statique" et "évolutif" annoncent le couple synchronie / diachronie.
Corpus illustratifExemples rares, élaborés ad hoc et pris essentiellement au français, à l'allemand et au latin.
Indications compl.
Influence subieLa dédicace de l'ouvrage témoigne de l'influence du Saussure comparatiste, dont Sechehaye a suivi l'enseignement à Genève (1891-1893). On perçoit l'influence de l'Allemagne, où Sechehaye a suivi les cours de Brugmann, Sievers et Windisch, explicitement dans la contestation du modèle dominant, celui de la psychologie de Wundt, implicitement dans l'utilisation humboldtienne du terme de forme.
Influence exercéeInfluence présumée sur Saussure (qui a rédigé une recommandation pour le prix Amiel); influences sur les phonologues de Prague, en particulier Jakobson pour qui les réflexions de Sechehaye sur la phonologie constituent le point de départ de cette nouvelle science.
Renvois bibliographiques→ Références
Amacker R. 1988; Frýba-Reber A.-M. 1994; Iordan I. 1937; Jakobson R. 1939 {p. 125}; Tagliavini C. 1963; Wunderli P. 1981
Rédacteur

Baggioni, Daniel · Frýba-Reber, Anne-Marguerite

Création ou mise à jour2000