CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Dictionnaire de l'élocution française

Demandre, A.

DomaineGrammaires françaises, remarques et traités sur la langue française
SecteurGrammaires françaises du 18e s. [2412]
Liens

Gallica (éd. 1802, vol. 1)

Gallica (éd. 1802, vol. 2)

Auteur(s)

Demandre, A.

Datation: † 1808

Grammairien français, né dans la première moitié du 18e s., mort à un âge avancé en 1808, près d'Auxerre. Il tenait une maison d'éducation à Paris, ou peut-être (car on sait peu de chose de sa vie de façon certaine) y exerçait le métier de maître de pension.

Titre de l'ouvrageDictionnaire de l'élocution française, contenant les principes de grammaire, logique, rhétorique, versification, syntaxe, construction, synthèse ou méthode de composition, analyse, prosodie, prononciation, orthographe, et généralement les règles nécessaires pour écrire & parler correctement le françois, soit en prose soit en vers; avec l'exposition & la solution des difficultés qui peuvent se présenter dans le langage: le tout appuyé sur des exemples tirés des meilleurs auteurs
Titre traduit
Titre courtDictionnaire de l'élocution française
Remarques sur le titre
Période|18e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire française, fondée sur des principes de grammaire générale.
Type indexéDictionnaire
Édition originale1769, Paris, Lacombe.
Édition utiliséePremière édition, 1769, Paris, Lacombe.
VolumétrieIn-8°, 2 vol, 1102 [+ LIX] pages., 1 376 signes par page.
Nombre de signes1516350
Reproduction moderneReproduction sur microfiches, France Expansion, 1972, Archives de la linguistique française n° 106.
Diffusion1770, édition sous un titre différent: Dictionnaire portatif des règles de la langue française; 1802, édition augmentée, sous le titre original, par des commentaires et des remarques de l'abbé de Fontenay.
Langues ciblesFrançais
MétalangueFrançais
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageAprès un discours préliminaire constitué par une série d'articles: élocution, de la grammaire (article auquel sont reliées un grand nombre d'autres notions: mots, noms, déclinaison, noms substantifs, verbe substantif, adjectifs, degré de comparaison, verbe, conjugaison, verbes irréguliers, participes, pronoms, articles, prépositions, adverbes, conjonctions, interjections, synonymes, homonymes, tropes, alphabet, orthographe, voyelle, consonnes, diphtongues, ponctuation, prosodie, prononciation, accents, quantité, syllabes, syntaxe, construction), rhétorique, éloquence et poésie (chacun de ces articles est à son tour subdivisé), vient le dictionnaire proprement dit dont il est impossible d'énumérer les articles.
Objectif de l'auteurComposer une somme des connaissances relatives au langage. L'exhaustivité est le premier caractère de l'entreprise revendiqué par l'auteur dans le discours préliminaire. L'élocution, donnée ici comme l'objet de l'ouvrage, embrasse ainsi la grammaire qui en est le principe, l'éloquence et la poésie qui en sont les deux branches principales. L'objectif déclaré est en outre de proposer une grammaire descriptive de la langue française "dans son état actuel". L'exposé des principes généraux est articulé à celui des règles propres de la langue française dont ils constituent une sorte d'approfondissement. Le projet d'écrire une grammaire générale est donc ici subordonné à l'élaboration d'une grammaire française. Enfin, l'objet de l'ouvrage est aussi d'offrir à l'occasion de chacun des articles un inventaire critique des connaissances élaborées par les auteurs de grammaires depuis grosso modo Port-Royal.
Intérêt généralLl'intérêt de l'œuvre de Demandre est notamment lié à sa position dans le corpus constitué par les grammaires générales. L'ambition du projet est de composer une somme des connaissances linguistiques. Dès lors l'intérêt qu'il présente d'un point de vue historique tient à la fois aux jalons qu'il pose et aux travaux qu'il passe sous silence, autrement dit à l'image de l'histoire des savoirs linguistiques qu'il propose. Si l'on peut reconnaître dans l'œuvre de Beauzée, une rupture épistémologique, dans le domaine des théories temporelles par exemple, Demandre inaugure curieusement l'après-Beauzée, en évitant de discuter les travaux de l'encyclopédiste.
Parties du discoursL'article mot distingue d'abord les noms qui désignent les premiers objets qui ont pu frapper les hommes, et les verbes qui expriment les jugements que l'on porte sur les choses. Viennent ensuite les prépositions qui servent à exprimer les rapports entre les choses quand les verbes n'y suffisent pas, les adverbes, les conjonctions, et les interjections. L'adjectif ne constitue pas une partie du discours. La notion en effet "se dit de ce qui s'ajoute à autre chose". On a donc des verbes adjectifs (distingués du verbe substantif), et des noms adjectifs qui se divisent encore en adjectifs physiques vs métaphysiques. Les participes sont "de vrais adjectifs". L'article est décrit comme la catégorie la plus importante de la langue française, et "la plus capable de marquer (son) génie". Demandre récuse l'idée que l'article règle l'étendue du substantif (Restaut) et se range à l'opinion de Duclos, Du Marsais et Girard, pour qui l'article a fondamentalement une fonction particularisante. L'analyse proposée conduit à réduire la catégorie à la seule série le, la, les, qui comprend également les formes du, au, etc. dont Demandre montre précisément le mécanisme de formation et dont il récuse l'analyse en partitif. Un, une n'est pas un article. La notion de particule englobe les particules interjectives (interjections) et les particules discursives qui représentent les "tournures de pensée" au nombre desquelles figurent par exemple les outils de négation (ne, pas, point, etc.).
Innovations term.Les catégories fonctionnelles de la construction grammaticale.
Corpus illustratifLes exemples sont parfois forgés (ou empruntés à la tradition) ou constitués par des citations référencées.
Indications compl.On note l'absence d'un article complément. L'article syntaxe renvoie directement à construction, mais la différence entre construction et syntaxe est marquée de façon très nette. L'article régime renvoie à construction, objectif, particule et actif. L'analyse de la construction conduit Demandre à distinguer une série de catégories fonctionnelles: le subjectif (sujet, agent), l'attributif (verbe) qui entraîne souvent un objectif, le terminatif (deuxième objet, qu'il nomme ailleurs le régime particulé), le circonstanciel (ordinairement un adverbe, et qui marque les modifications ou circonstances qui peuvent affecter l'attributif), l'adjonctif (ordinairement une particule), et le conjonctif (le plus souvent une conjonction).
Influence subieDemandre utilise explicitement les travaux de nombreux auteurs de grammaires générales: Girard, Duclos, d'Olivet. Au delà de cette déclaration de principe, il cite et parfois commente ou discute avec précision: Buffier, Restaut, la Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal, Duclos, Fromant, Richelet, Dumarsais, Girard. Voltaire même figure au nombre des auteurs dont il faut suivre l'exemple et dont Demandre déclare avoir recueilli les remarques sur la langue éparses dans son œuvre. La référence à Beauzée, en revanche, n'apparaît jamais explicitement, mais l'article consacré aux temps du verbe tient manifestement compte de certains aspects de la théorie beauzéenne du temps verbal.
Influence exercéeEelle semble limitée. Mais les rééditions de l'ouvrage témoignent d'un certain succès.
Renvois bibliographiques→ Références
Fournier J.-M. 1994; Trousson M. 1986
Rédacteur

Fournier, Jean-Marie

Création ou mise à jour1998