CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Gallicae linguae institutio

Pillot, Jean

DomaineGrammaires françaises, remarques et traités sur la langue française
SecteurGrammaires françaises du 16e s. [2206]
Liens

Classiques Garnier Numérique – Corpus des grammaires françaises de la Renaissance (en accès limité)

Auteur(s)

Pillot, Jean

Variantes: Pilot; Pillotus, Joannis

Datation: ?-1592

Grammairien français. Originaire de Bar-le-Duc, engagé comme précepteur de Georges Jean de Veldenz (1543-1592) par son cousin, Wolfgang, Comte Palatin du Rhin, Duc de Bavière (1526-1569), qui a pris en charge l'éducation de cet enfant âgé de 7ans en 1550, Pillot écrit sa Gallicae linguae institutio pour faire valoir sa compétence et obtenir la protection du duc. Ensuite il n'a cessé de vivre dans la compagnie de son élève: il l'accompagne à Heidelberg où il soutient lui-même son doctorat en droit (le 2 juin 1557), à Paris en 1561. Lorsque l'élève eut reçu en héritage la principauté de Lützelstein, 'la Petite Pierre' (aujourd'hui petit village d'Alsace au nord de Saverne), Pillot devint secrétaire, puis bailli. Après avoir été pédagogue, Pillot fut donc juriste et homme de cour.

Titre de l'ouvrageGallicae linguae institutio, Latino sermone conscripta, per Ioannem Pillotum Barrensem. Nunc verò locupletata per eundem.
Titre traduitInstitution de la langue française, écrite en latin, par Jean Pillot, de Bar. Désormais enrichie par le même.
Titre courtGallicae linguae institutio
Remarques sur le titre
Période|16e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire française pour étrangers.
Type indexéGrammaire pour étrangers
Édition originale1550, Parisiis, Étienne Groulleau.
Édition utilisée1561, Paris, Étienne Groul[l]eau [colophon: André Wechel].
VolumétrieIn-8. 268 + [4] pages.
Nombre de signes272000
Reproduction moderneSlatkine Reprints, Genève, 1972 [reprod. de la 1re éd]. Éd. critique par B. Colombat, Paris, Champion (Textes de la Renaissance 72), 2003 [reprod. de l'éd. de 1561, Paris, Étienne Groulleau]. Extraits avec trad. in Demaizière 1987.
Diffusion1551, 1555, 1558, 1560, 1561 (3 éd.), 1563 (4 éd.), 1572, 1575, 1581, 1586, 1620 (2 éd.), 1621, 1622, 1631, 1641. L'ouvrage a été fortement remanié après 1555; l'édition de 1561 (Paris, É. Groul[l]eau) est env. 30% plus importante que celle de 1550. Celle de 1586 (Lyon, B. Rigaud), portant: nunc uerò locupletata et a multis mendis liberata per eundem, donne à penser qu'elle a encore été revue par l'auteur, mais à part quelques corrections et/ou coquilles en plus ou en moins, elle est identique à celle de 1561. L'ouvrage a été édité en France et dans les Pays-Bas espagnols où il a connu un grand succès; dans ses dernières éditions, on lui ajoute des pièces annexes (Sententiae prouerbiales de Mathurin Cordier, traité de versification de Louis du Gardin) pour en faire un "manuel unique, progressif et complet, idéal sur le plan pédagogique comme sur le plan commercial" (Cullière 2000, p. 74-75).
Langues ciblesFrançais
MétalangueLatin
Langue des exemplesFrançais; latin et français dans la seconde partie du texte consacrée aux indéclinables.
Sommaire de l'ouvrage[P. 2]: privilège, p. 3-12: Épître dédicatoire à Wolfgang duc de Bavière; 13-31: des lettres; 31-172: parties du discours, dont: 31-34: article; 34-52: nom; 52-71: pronom; 71-167: verbe; 168-172: participe; 172-268: parties du discours indéclinables, dont: 173-211: adverbe; 211-260: préposition; 260-268: conjonction; [269-270] postface – mode d'emploi.
Objectif de l'auteurN'ayant pu trouver chez les libraires de livre adéquat pour son noble élève, Pillot décide d'écrire le sien en se fixant comme but non l'accès au latin, ni le problème de l'orthographe, mais l'apprentissage clair et efficace de la langue française.
Intérêt généralIntérêt surtout pédagogique: essai de présentation claire des paradigmes verbaux sous forme de tableaux; analyse formelle de l'article comme substitut de déclinaison.
Parties du discoursPillot garde 8 parties du discours: il rajoute l'article, par lequel il commence, comme Palsgrave, mais il range l'interjection sous l'adverbe; pour les indéclinables en général, il part du latin, et traduit des expressions complètes: la grammaire devient un manuel de conversation française ou de thème français à partir du latin. Très nombreux paradigmes verbaux.
Innovations term.Quelques termes français glosant Donat dans le chapitre de l'adverbe: "pour assembler", "pour compter", "pour montrer dissimilitude", "cri pour montrer et signifier son ennui" (voir Julien 1988, p. 69).
Corpus illustratifExemples français, sous forme de mots isolés ou de phrases de conversation. L'ordre est en général: exemple français, traduction en latin, pour les déclinables; ce qu'on veut dire en latin, comment on le dit en français, pour les indéclinables. Dans cette dernière partie, beaucoup d'exemples sont empruntés aux auteurs latins classiques (notamment Cicéron, Plaute, Térence, Tite-Live, Virgile) par le biais du Dictionarium Latino-Gallicum de R. Estienne.
Indications compl.Dialectes: références au picard et au lorrain. Comparaisons avec l'allemand, quelques références au grec et à l'hébreu.
Prononciation: analyse contrastive de la valeur des lettres en français et en allemand.
Influence subieOuvrages de référence: les petits traités de Robert Estienne: "illud dictionarium mediocre, a Roberto Stephano excusum" (p. [269]); Pillot ne revendique aucune influence, sauf celle de Robert Estienne et d'un certain Claude Colet, Champenois, pour sa connaissance du français ("praeter caeterarum linguarum cognitionem gallicae scientissimus", Epistola, p. 8). Dans l'éd. de 1561 (p. 94), Pillot dit qu'un dénommé Ridesell l'a incité à essayer de faciliter la recherche des thèmes verbaux. Influence implicite, inscription dans une tradition: celle de la grammaire latine de Donat; Sylvius et Palsgrave.
Influence exercéeL'ouvrage a connu un grand succès scolaire, et de nombreuses rééditions (plus de 20) jusqu'en 1641. Pillot influence toute la tradition des grammaires françaises pour les étrangers. Il influence en particulier Garnier (Cullière 2000; Padley 1988, p. 349, note 147).
Renvois bibliographiques→ Références
Brunot F. 1966 {vol. 2, p. 145-147}; Chevalier J.-C. 1968 {p. 215-240}; Colombat B. 2003; Colombat B. (éd.) 2003; Cullière A. 1987; Cullière A. 1999; Cullière A. 2000; Demaizière C. 1987 {p. 326-339}; Julien J. 1988; Loiseau A. 1866; Padley G. A. 1988 {p. 347-349}; Stengel E. 1890; Streuber A. 1914
Rédacteur

Colombat, Bernard · Julien, Jacques

Création ou mise à jour2003 | 1998