CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Origin and Progress of Language

Monboddo, James

DomaineCompilations, linguistique historico-comparative, linguistique générale, phonétique et phonologie
SecteurCompilations [5103]
Liens

CTLF Images (éd. 1774-1792, vol. 1)

CTLF Images (éd. 1774-1792, vol. 2)

CTLF Images (éd. 1774-1792, vol. 3)

CTLF Images (éd. 1774-1792, vol. 4)

CTLF Images (éd. 1774-1792, vol. 5)

CTLF Images (éd. 1774-1792, vol. 6)

Gallica (éd. 1774-1792, vol 1)

Gallica (éd. 1774-1792, vol 2)

Gallica (éd. 1774-1792, vol 3)

Gallica (éd. 1774-1792, vol 4)

Gallica (éd. 1774-1792, vol 5)

Gallica (éd. 1774-1792, vol 6)

Google (éd. 1809, vol. 2)

TextesCTLF Texte
Auteur(s)

Monboddo, James

Forme complète: Monboddo, James Burnett (Lord)

Variantes: Variante du prénom: Burnet.

Datation: 25 octobre 1714 - 26 mai 1799

Juge et philosophe écossais, né à Monboddo (Ecosse), mort à Edimbourg. Les Burnett de Monboddo sont d'une vieille famille jacobite, et de ce fait, James Burnett n'a pas d'affinité avec le presbytérianisme ou matérialisme de Locke. Monboddo est pensionnaire du King's College d'Aberdeen, puis entre 1733 et 1736, il étudie le droit romain en Hollande (à Groningen). Il devient Sheriff de Kincardine en 1760, puis visite Paris entre 1763 et 1765. Il devient juge de la "Court of Session" en 1767, avec le titre de lord Monboddo. Il correspond avec James Harris, et occupe un rôle central dans la vie sociale et intellectuelle d'Edimbourg, pendant les grandes années des "Lumières" en Ecosse.

Titre de l'ouvrageOf the Origin and Progress of Language
Titre traduitSur l'origine et l'évolution des langues
Titre courtOrigin and Progress of Language
Remarques sur le titre
Période|18e s.|
Type de l'ouvrageL'ouvrage propose une compilation des connaissances sur les langues du monde, traite de l'origine du langage et de la grammaire universelle.
Type indexéCompilation de langues | Origine du langage | Grammaire universelle
Édition originale1773-1792, 6 vol. Vol. 1 (1773): Edinburgh, A. Kincaid, W. Creech; London, T. Cadell. Vol. 2 (1774): Edinburgh, J. Balfour; London, T. Cadell. Vol. 3 (1776): id. Vol. 4 (1787): Edinburgh, J. Bell; London, T. Cadell. Vol. 5 (1789): id. Vol. 6 (1792): Edinburgh, Bell & Bradfute; London, T. Cadell.
Édition utilisée1773-1792, 6 vol., Edimbourg & Londres.
Volumétrie6 vol.: vol. 1: x-490 pages.; vol. 2: xi-588 p.; vol. 3: xix-466 p.; vol. 4: xli-463 p.; vol. 5: xxxi-472 p.; vol. 6: lii-vi-474 p. Soit 3123 p, environ 1120 signes par page.
Nombre de signes3300000
Reproduction moderneMenston, Scholar Press, 1967 (éd. imprimée et microfiches); microfiches Hachette, 1971.
Diffusion2e édition: vol. 1, 1774, vol. 2, 1809, vol. 3, 1786, Edinburgh. Traduction allemande des deux premiers volumes sous le titre: Des Lord Monboddo Werk von dem Ursprunge und Fortgange der Sprache. Übersetzt von E. A. Schmid. Mit einer Vorrede des Herrn Herder, 2 vol., Riga, J. F. Hartknoch (Translation of first and second volume, edition 1774).
Langues ciblesLe langage en général
MétalangueAnglais
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageVOL. I: Livre I, que le langage n'est pas naturel à l'homme, prouvé premièrement par l'origine et la nature des idées exprimées par le langage, et secondairement par la nature de son articulation (p. 1-188). – Livre II, que l'état politique était nécessaire pour l'invention du langage; que cet état n'est pas naturel à l'homme, pas plus que le langage auquel il a donné naissance (189-299) – Livre III, du premier commencement du langage, et à partir de quand il est apparu; de la nature des premiers langages; s'il y a, ou s'il y a eu, un langage universel (300-490).
VOL. II: Partie II, de l'art du langage; Introduction (1-4); Livre I, de l'analyse de la partie formelle du langage (5-221); Livre II, de l'analyse de la partie matérielle du langage (222-336); Livre III, de la composition du langage (337-588).
VOL. III: Partie II: style (pas de titre, sujet évoqué dans la préface); Livre IV (1-466).
VOL. IV: Livre I, sur les différentes qualités et les différents défauts des différents langages (1-188); Livre II, du style et de ses différentes sortes (189-463).
VOL. V: Livre I (pas de titre, concerne l'histoire des peuples, histoire romaine, histoire de l'Angleterre, etc.) (1-292); Livre II, du style didactique (293-471).
VOL. VI: Livre I, de la matière et du sujet de la rhétorique (1-90); Livre II, du style de la rhétorique (91-204); Livre III, de l'action ou prononciation (205-250); Livre IV, de ceux qui ont excellé dans l'art rhétorique (251-319); Livre V, de l'Art oratoire de Démosthène contenant des observations sur sa matière et son style (320-473).
Objectif de l'auteurLa construction d'une anthropologie linguistique. Les recherches sur le langage doivent permettre de remonter jusqu'à l'origine de la race humaine et de suivre son évolution. Les langues des Indiens d'Amérique doivent permettre de valider la construction de la généalogie proposée: il y a un état antérieur à la langue où l'homme s'exprime par des signes naturels (gestes, cris inarticulés, onomatopées). Puis interviennent la variation des tons et l'articulation, cette dernière permettant de parvenir à la parole. Ensuite le développement des idées est indissolublement lié au langage.
Intérêt généralL'ouvrage rassemble l'ensemble des connaissances de l'époque sur la nature et la diversité des langues.
Parties du discoursSi Monboddo s'inspire largement de James Harris sur le plan théorique (voir Schreyer 1996, p. 70), il se différencie de ce dernier en proposant une classification qui, reprenant la dichotomie d'Aristote, ne distingue que deux parties du discours principales, le nom et le verbe. Le nom renvoie à la catégorie de la substance; il désigne un objet existant indépendamment d'autres objets. Cette définition pose problème pour ce qui est des substantifs abstraits qui désignent des accidents, problème que l'auteur contourne en postulant que l'esprit humain confère malgré tout une sorte d'existence propre à ces substantifs. Les éléments de la classe verbale désignent "tout ce qui peut être attribué à une substance en tant que propriété ou accident, que ce soit une qualité, une quantité, une action ou une passion, une relation ou rapport à une autre chose" (Monboddo II, p. 30). La classe regroupe ainsi tant les "attributifs" de Harris (à savoir le verbe à proprement parler, l'adjectif et le participe) que les particules (adverbes, prépositions et conjonctions).
Innovations term.Monboddo ne recherche pas les innovations terminologiques.
Corpus illustratifComposé de mots ou de phrases pris à différentes langues et de citations dont beaucoup sont empruntées aux auteurs classiques (en particulier latins et grecs); les références sont indiquées avec précision dans les notes de bas de page.
Indications compl.
Influence subieLes sources de l'œuvre de Monbbodo sont les travaux de J. J. Rousseau et de Buffon, ainsi que le Traité de Charles de Brosses et le Hermes de James Harris; Monbbodo a sans doute été aussi influencé par les articles de langue de l'Encyclopédie de Diderot. Plus généralement, il inscrit son projet dans un cadre aristotélicien, s'appuyant également sur d'autres philosophes de l'Anatiquité (Platon, Lucrèce) et sur les grammairiens du 16e s., J. C. Scaliger surtout, F. Sanctius; il est plus méfiant vis-à-vis de Port-Royal (Hammett 1996). Il peut être considéré comme l'un des derniers représentants d'une vision spéculative du langage avant le développement de la grammaire comparée.
Influence exercéeMonbbodo exerça une certaine influence en France, en Italie, en Allemagne, en particulier sur J. G. Herder, qui le fait traduire. En Angleterre, ses positions furent assez vivement critiquées, en particulier par Tooke; mais elles se trouvent encore reflétées dans un article de l'Encyclopaedia Britannica du début du 19e s., et influenceront encore les travaux de chercheurs tels que W. D. Whitney.
Renvois bibliographiques→ Références
Aarsleff H. 1967; Auroux S. & Hordé T. 1992 {p. 548-550}; Cloyd E. L. 1972; Droixhe D. 1978 {p. 169-171}; Formigari L. 1973; Hammett I. M. & Lifschitz A. 2009; Jooken L. 1991; Jooken L. 1994; Jooken L. 1996; Schreyer R. 1985; Schreyer R. 1996 {p. 69-72}
Rédacteur

Auroux, Sylvain · Lazcano, Elisabeth

Création ou mise à jour2000