CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Classifications, objet, méthode de la linguistique

Adam, Lucien

DomaineCompilations, linguistique historico-comparative, linguistique générale, phonétique et phonologie
SecteurLinguistique générale [5304]
Liens

CTLF Images (éd. 1882) – Articles originaux

TextesCTLF Textes (3)
Auteur(s)

Adam, Lucien

Variantes: Variante du prénom: Quirin-François-Lucien.

Datation: 31 mai 1833 - novembre 1918

Américaniste français, né à Nancy. Sa formation de juriste et sa carrière de magistrat (d'abord à Cayenne dans la Guyane française, puis à Montmédy, à Nancy et à Rennes) ne l'ont pas empêché de se profiler comme un des plus grands spécialistes des langues amérindiennes de son époque. Il a réédité plusieurs grammaires de langues amérindiennes de la main de Pères missionnaires et a publié de nombreux recueils de matériaux pour servir à l'établissement d'une grammaire comparée de ces langues. Il s'est également intéressé à la créolistique et à la dialectologie; son travail sur Les patois lorrains (1881) a été accueilli avec beaucoup d'intérêt par Gaston Paris. Cet "amateur éclairé" ne s'est pas limité à l'étude pratique des langues concrètes, mais s'est également prononcé sur les questions fondamentales de la linguistique, manifestant une fascination toute particulière pour la typologie des langues. Elu membre de la Société de linguistique de Paris le 7 février 1885, Adam a reçu en 1892 le prix Loubat de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres pour l'ensemble de son œuvre linguistique.

Titre de l'ouvrageLes classifications, l'objet, la méthode, les conclusions de la linguistique
Titre traduit
Titre courtClassifications, objet, méthode de la linguistique
Remarques sur le titre
Période|19e s.|
Type de l'ouvrageCe volume contient la réédition de trois articles, qui avaient paru dans la Revue de linguistique et de philologie comparée en 1881-1882 sous les titres suivants: "Les classifications de la linguistique" (1881, RdLPC 14. 217-268), "La linguistique est-elle une science naturelle ou une science historique?" (1881, RdLPC 14. 373-395), "La linguistique et la doctrine de l'évolution" (1882, RdLPC 15. 21-38).
Type indexéClassification des langues | Linguistique générale | Recueil d'articles
Édition originale1882, Paris, Maisonneuve et Cie, Libraires-Editeurs.
Édition utilisée1re éd., 1882, Paris, Maisonneuve et Cie.
VolumétrieIn-8°, [4] + V-VII + 1-95 = 98 pages; nombre moyen de signes par page: 1581 signes.
Nombre de signes154938
Reproduction moderne
Diffusion
Langues ciblesLes langues du monde: non seulement les langues indo-européennes, mais aussi les langues sémitiques, ouralo-altaïques et amérindiennes
MétalangueFrançais
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrage[P. V-VII] Avertissement. [1-52] Chap. I. Les classifications de la linguistique. I-V. De la classification morphologique. VI-VII. De la classification psychologique. VIII. De la classification généalogique. [53-75] Chap. II. La linguistique est-elle une science naturelle ou une science historique? [77-94] Chap. III. La linguistique et la doctrine de l'évolution. [95] Table.
Objectif de l'auteurCe volume s'interroge sur le statut de la linguistique, et tout particulièrement (a) sur son appartenance aux sciences de la nature ou aux sciences historiques, (b) sur son rapport avec d'autres sciences où le langage humain figure comme objet (central ou périphérique), (c) sur un des problèmes essentiels de la linguistique générale, à savoir la classification des langues.
Intérêt généralL'opuscule de Lucien Adam est un témoignage précieux sur le combat scientifique et idéologique qui oppose les linguistes "naturalistes" aux comparatistes diachroniciens. En France, ce combat est polarisé autour de revues: la Revue de linguistique et de philologie comparée, fondée par Honoré Chavée et Abel Hovelacque, organe de publication des naturalistes, et le Bulletin et les Mémoires de la Société de Linguistique de Paris, organes de publication des comparatistes diachroniciens et des philologues, qui disposent en outre de revues spécialisées comme la Revue critique d'histoire et de littérature et la Romania. Adam a le mérite de s'en tenir à une discussion sur le statut de la linguistique, sans se perdre dans des divagations et des digressions idéologiques. D'autre part, cet ouvrage est publié à un moment où l'on dispose d'un manifeste pour chacune des deux parties concernées: pour la linguistique naturaliste, il y avait eu, en 1876, la publication de La linguistique d'Abel Hovelacque, et dans le camp opposé, le texte théorique le plus important, publié en 1875, était The Life and Growth of Language de William Dwight Whitney. Ces ouvrages sont constamment cités par Lucien Adam, qui adopte lui aussi une position de synthèse.
Parties du discours
Innovations term.
Corpus illustratif
Indications compl.Cet ouvrage est un des premiers textes où le statut de la linguistique et la méthodologie linguistique sont posés comme objets premiers de réflexion. Adam y définit le champ de la linguistique comme étant constitué par la description, la classification, et l'étude historique des langues. Il attribue un statut double à la linguistique: si elle peut être rattachée aux sciences naturelles par son objet (la langue étant un organisme), elle est une science mixte du point de vue de la méthode utilisée. La phonétique et la morphologie relèvent du domaine de l'inconscient et de l'action spontanée de causes fatales et utilisent donc les méthodes des sciences naturelles. Par contre, l'étude de la signification et de la fonction des éléments du langage (pour laquelle Adam [1882, p. 70-71] propose le terme de fonctiologie [repris à Vinson] ou d'idéologie [repris à Chavée]) ne peut procéder que par la méthode des sciences historiques dans la mesure où l'on ne saurait exclure l'intervention de l'intelligence et de la volonté humaines.
Influence subieLes conceptions linguistiques d'Adam sont nées de la confrontation des théories linguistiques les plus importantes de son époque. Il reprend plusieurs thèses des linguistes naturalistes (notamment l'organicisme et la polygenèse des langues) et peut de ce fait être rattaché à l'école de linguistique naturaliste d'Abel Hovelacque. N'empêche qu'Adam a des contacts avec des comparatistes diachroniciens comme Victor Henry ou Michel Bréal, qu'il suit de près les publications de linguistes étrangers comme Friedrich Müller et William Dwight Whitney et qu'il s'écarte sur plusieurs points du modèle naturaliste, rejetant par ex. l'applicabilité de l'évolutionnisme en linguistique.
Influence exercéeAdam doit sa renommée avant tout à ses nombreux travaux descriptifs et non pas à ses travaux théoriques. Ainsi, ses études sur Les patois lorrains ou sur Les idiomes négro-aryen et maléo-aryen ont fait l'objet de nombreux commentaires tant en France qu'à l'étranger. De plus, deux de ses publications sur les langues amérindiennes ont reçu une mention au Prix Volney. Ses publications théoriques, par contre, n'ont pas suscité beaucoup de réactions. Adam ne s'est d'ailleurs consacré à des travaux purement théoriques que pendant une période limitée de sa vie, qui se situe essentiellement autour des années 1880.
Renvois bibliographiques→ Références
Auroux S. 2009; Auroux S. & Queixalós F. (éd.) 1984; Desmet P. 1996 {p. 435-465}; Desmet P. & Swiggers P. 1995
Rédacteur

Desmet, Piet

Création ou mise à jour2000