CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Yupian

Gu Yewang

DomaineTraditions non-occidentales
SecteurIdées linguistiques en Chine ancienne [4404]
Auteur(s)

Gu Yewang

Datation: 519-581

Fonctionnaire lettré chinois. Il était originaire de la commanderie de Wu dans la province actuelle du Jiangsu (Sud de la Chine). Il occupa diverses fonctions de Conseiller et fut chargé de diriger la rédaction de l'histoire dynastique. Il possédait une très bonne connaissance des Classiques chinois.

Adaptateur(s)

Chen Pengnian

Datation: 961-1017

Lexicographe chinois, Chen Pengnian fut chargé, ainsi que Qiu Yong (et quelques autres collaborateurs), par la Cour des Song du Nord (960-1127) de diriger l'élaboration d'une refonte des livres de rimes antérieurs. Chen, originaire de la province du Jiangxi dans le sud-est de la Chine, était officier à la Cour installée à Kaifeng (province du Henan).

Titre de l'ouvrageYupian
Titre traduitLes tablettes de jade
Titre courtYupian
Remarques sur le titre
Période|6e s.|
Type de l'ouvrageDictionnaire de caractères chinois, donnant essentiellement le sens des termes inclus dans les Classiques.
Type indexéCaractères | Dictionnaire
Édition originaleDe cet ouvrage composé en 543 de notre ère, il ne subsiste que sept chapitres malheureusement incomplets. Le texte actuel correspond à la version de Chen Pengnian achevée en 1013.
Édition utiliséeChen Pengnian (961-1017), Songben Yupian, Pékin, Zhongguo shudian, 1983.
Volumétrie4 + 20 + 544 pages.
Nombre de signes
Reproduction moderneReproduction moderne des sept chapitres de la version originale: Yuanben Yupian can juan, Pékin, Zhonghua shuju, 1985.
DiffusionLa version originale complète a été perdue mais quelques passages en ont été retrouvés au Japon à la fin du siècle dernier par Li Shuchang (1837-1897) et Luo Zhenyu (1866-1940) (cf. Yuanben Yupian can juan, Pékin, Zhonghua shuju, 1985). Ce dictionnaire a été très tôt l'objet de modifications et d'augmentation du nombre de caractères. Une première révision aurait été commandée par l'empereur Wudi des Liang à Xiao Kai peu après sa parution, probablement avant 548 (Bottéro 1996, p. 90). A l'époque des Tang, dans sa version de 674, Sun Qiang a augmenté le nombre de caractères, le moine bouddhiste Shi Huili a présenté une version en deux chapitres simplifiant les explications de Gu Yewang sous le titre: Xiangwen Yupian, tandis que Zhao Lizhen est l'auteur d'une version taoïste, le Yupian jieyi, en 30 chapitres, supprimant les commentaires de l'auteur et mettant en valeur les explications de caractères. Enfin à l'époque Song, Chen Pengnian et d'autres ont fixé la version actuelle de ce dictionnaire sous la forme du Daguang yi hui Yupian. Il semble qu'une version sichuanaise antérieure au 10e s., suffisamment différente du Yupian et intitulée Xichuanpian ou, plus simplement, Chuanpian, ait également existé (Bottéro 1996, p. 145). Enfin, le Yupian est répertorié dans une bibliographie japonaise composée entre 889 et 898.
Langues ciblesChinois classique
MétalangueChinois
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageTout comme la version moderne, la version originale se divise en 30 chapitres. Réunissant au départ 16 917 caractères, le Yupian en comprend aujourd'hui plus de 26 000. Les prononciations sont tout d'abord indiquées par la méthode fanqie, l'auteur donne ensuite les différents sens d'un caractère tels qu'ils apparaissaient dans les classiques (les explications originales citant plusieurs extraits de classiques avec leurs commentaires ont été extrêmement simplifiées dans la version du 11e s.). Enfin Gu Yewang a inclus un nombre important de variantes graphiques non plus anciennes, comme dans le Shuowen jiezi, mais contemporaines permettant ainsi de mieux connaître les différentes écritures d'une même graphie. Il a utilisé comme méthode de classement des caractères un ensemble de 542 clés, dont la plupart sont dérivées du Shuowen. En revanche leur présentation par thèmes est tout à fait originale et facilite grandement la consultation.
Objectif de l'auteurLe Yupian sert des intérêts essentiellement philologiques, le but de l'auteur étant de permettre une bonne lecture des classiques en distinguant clairement les différentes acceptions des mots dans les écrits anciens.
Intérêt généralEn présentant son travail comme il l'a fait, Gu Yewang a réalisé le premier véritable dictionnaire chinois avec des renvois entre les différentes entrées. Et c'est probablement dans le souci de simplifier la consultation, qu'il a opéré une transformation de l'organisation des clés.
Parties du discours
Innovations term.
Corpus illustratif
Indications compl.En réorganisant l'ensemble des clés du Shuowen par thèmes sémantiques, et en en modifiant le nombre, Gu Yewang a rompu avec le fondement idéologique du Shuowen et a ouvert la voie aux futures transformations du système de classement des caractères par clés. Le grand nombre de variantes modernes, les prononciations de l'époque Tang-Song et les citations d'un certain nombre de recueils aujourd'hui perdus font de la version de Chen Pengnian un ouvrage très utile pour la lecture des textes classiques et des manuscrits anciens comprenant beaucoup de variantes graphiques.
Influence subieEn tant qu'ouvrage traitant des caractères, le Yupian s'inscrit clairement dans la tradition du Shuowen (premier dictionnaire étymologique); mais il s'inspire également des ouvrages encyclopédiques appelées Leishu organisés par sections thématiques sur la base des quatre catégories principales suivantes: ciel, terre, homme et le monde des êtres vivants autre que l'homme.
Influence exercéeCet ouvrage a eu une influence très importante sur l'ensemble des dictionnaires postérieurs dont il a ouvert la voie. Il a également servi de modèle au dictionnaire japonais Tenrei banshô meigi du célèbre moine bouddhiste Kûkai (774-835), lequel introduisit quelques modifications par rapport à l'organisation de la version Song.
Renvois bibliographiques→ Références
Bottéro F. 1996; Fukuda Jyonosuke 1979; Liu Yeqiu 1983; Lu Guanzheng 1990; Okai Shingo 1933; Qian Jianfu 1986; Zhou Zumou 1956
Rédacteur

Bottéro, Françoise

Création ou mise à jour2000