CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Ursprachlehre

Schmitthenner, Friedrich

DomaineGrammaires des langues européennes modernes
SecteurGrammaires allemandes [3525]
Liens

Google Livres

Auteur(s)

Schmitthenner, Friedrich

Datation: 1796-1850

Grammairien et lexicologue allemand, né à Oberdreis (principauté de Wied), mort à Giessen. Après des études de médecine et de théologie, il fut curé, professeur et proviseur de lycée. En 1835, il fut nommé professeur de sciences politiques et d'histoire à Giessen. Linguiste non-professionnel comme beaucoup d'autres savants de son temps, il est l'auteur de plusieurs grammaires scolaires et de manuels d'orthographe (Teutsche Sprachlehre für Gelehrtenschulen, 1822; Theoretisch-praktisches Elementarbuch der teutschen Sprache, 1823; Methodik des Sprachunterrichts, 1828) ainsi que d'ouvrages lexicographiques (Kurzes deutsches Wörterbuch für Etymologie, Synonymik und Orthographie, 1837). Son œuvre linguistique la plus importante, la Ursprachlehre, fut publiée en 1826.

Titre de l'ouvrageUrsprachlehre. Entwurf zu einem System der Grammatik mit besonderer Rücksicht auf die Sprachen des indischteutschen Stammes: das Sanskrit, das Persische, die pelasgischen, slawischen und teutschen Sprachen
Titre traduitEsquisse d'un prototype de système grammatical concernant particulièrement les langues indo-européennes: le sanscrit, le perse et les langues pélagisques, slaves et germaniques
Titre courtUrsprachlehre
Remarques sur le titre
Période|19e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire philosophique et générale.
Type indexéGrammaire générale | Grammaire philosophique
Édition originale1826, Frankfurt am Main, Herrmann.
Édition utilisée1826, Frankfurt am Main.
VolumétrieXII + 348 pages.; environ 1 780 signes par page.
Nombre de signes600000
Reproduction moderne1976, Stuttgart-Bad Cannstatt, Frommann-Holzboog.
Diffusion
Langues ciblesToutes les langues du monde; exemples tirés de plusieurs langues indo-européennes, cf. le titre
MétalangueAllemand et latin
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageOutre la préface (10 p.), l'ouvrage comporte trois parties principales: introduction (56 p.), livre premier ("grammaire inférieure" ou morphologie, 181 p.) et livre deuxième ("grammaire supérieure" ou syntaxe et métrique, 99 p.). L'introduction contient un chapitre philosophique et général (12 p.), où sont définies des notions fondamentales ayant trait aux relations telles que celles entre la chose et l'homme, l'intérieur et l'extérieur, la subordination et la coordination, la substance et l'attribut, la cause et l'effet. Sont également abordées des notions psychologiques (par ex. le sens, la sensation, l'aperception) et phonétiques (comme le ton ou le bruit). Pour le domaine de la phonétique, l'auteur a également recours à la notion d'"Ursprachlehre" en tant que grammaire générale en se référant aux langues anciennes, à la philosophie contemporaine, aux résultats de la linguistique contemporaine et surtout à la philologie historique et comparée, ce qu'il fait d'ailleurs constamment dans son ouvrage. Les autres parties sont structurées de manière traditionnelle, à savoir ascendante. Dans le livre premier, Schmitthenner traite d'abord de la phonétique (56 p.), puis de la morphologie (82 p.) et de la formation des mots (60 p). Le livre deuxième traite de la proposition simple (32 p.), de la proposition complexe (11 p.) et de la poétique (56 p.).
Objectif de l'auteurConstruire un système général de la grammaire en renvoyant à plusieurs langues indo-européennes modernes et anciennes. Toutefois, il ne faut pas comprendre "Ursprache" comme une notion diachronique. Selon Schmitthenner lui-même, il s'agit de l'idée du langage ["Idee der Sprache", p. 18], c'est-à-dire du système universel et des catégories universelles de toutes les langues, envisagées dans une perspective non historique.
Intérêt généralSchmitthenner est l'un des grammairiens rationalistes qui, tout en se plaçant dans une tradition ancienne, explorent de nouvelles voies en cherchant à se libérer du joug de la logique scolaire. Il est l'un des premiers grammairiens du 19e s. à tenter de fusionner l'approche "synchronique" et l'approche "diachronique". Par ailleurs, sa présentation de la formation des mots renferme des observations intéressantes.
Parties du discoursComme Becker, l'auteur essaie de déduire les catégories grammaticales de notions philosophiques en créant un système dichotomique qui est, cependant, plus compliqué et plus difficile à pénétrer que celui de Becker. Sa grammaire est intéressante en tant que reflet des efforts philosophiques qui aboutirent à une nouvelle syntaxe, à savoir le système des membres de la proposition. Sa théorie des cas sémantiques (par ex. locutiv, temporalis, modalis, ablativ) devait elle aussi se révéler d'un certain intérêt pour la linguistique moderne. Cependant, ce fut moins par son œuvre grammaticale que par ses travaux lexicographiques que Schmitthenner se fit un nom à l'époque.
Innovations term.Illustrées par ex. par la théorie des cas sémantiques proposée par Schmitthenner (locutiv, temporalis, modalis, ablativ).
Corpus illustratifExemples de sanscrit, persan, latin, grec, serbe, gotique, vieux norrois, ancien allemand et allemand contemporain. Pour les citations, l'auteur indique la référence complète et, pour les références multiples, le nom d'auteur, le titre du livre, le nombre de tomes, la page ou le paragraphe.
Indications compl.
Influence subieMembre du "Frankfurtischer Gelehrtenverein" [société des savants de Francfort], l'auteur a dû être influencé par des savants importants dont K. F. Becker, S. H. A. Herling et Jacob Grimm.
Influence exercéeSchmitthenner a sans doute influencé à son tour K. F. Becker, S. H. A. Herling et Jacob Grimm.
Renvois bibliographiques→ Références
Brekle H. E. 1976; Forsgren K.-Å. 1985 {p. 83-87}; Forsgren K.-Å. 1992; Haselbach G. 1966; Naumann B. 1986 {p. 76-81}; Vesper W. 1980
Rédacteur

Forsgren, Kjell-Åke

Création ou mise à jour2000