CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Langues du monde

Meillet, Antoine

DomaineCompilations, linguistique historico-comparative, linguistique générale, phonétique et phonologie
SecteurCompilations [5108]
Liens

CTLF Images (éd. 1952) – 2 vol. réunis en 1

TextesCTLF Textes (39)
Auteur(s)

Meillet, Antoine · Cohen, Marcel [1]

[1] Marcel Cohen dirige seul la seconde édition de 1952.

Meillet, Antoine

Datation: 11 novembre 1866 - 21 septembre 1936

Linguiste français, né à Moulins, mort à Châteaumeillant. Professeur de grammaire comparée des langues indo-européennes au Collège de France et directeur d'études à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes, considéré comme le chef de file de l'"Ecole française" de linguistique qui ravit le leadership aux linguistes allemands au lendemain de la guerre de 1914-1918 à un moment où de nouvelles problématiques (Genève, Prague, Copenhague) voient le jour et où la linguistique historico-comparative, qui dominait depuis plus de 50 ans, s'essouffle. Après des études au lycée de Moulins et à la Sorbonne, il s'oriente, après l'agrégation (1889), vers la grammaire comparée des langues anciennes orientales (notamment l'arménien et le slave) à l'EPHE où il assurera une charge de cours jusqu'en 1927 (date à laquelle Benveniste le remplace), même après son élection au Collège de France (1906) à une chaire occupée par Bréal. A l'EPHE, Meillet est suppléant de Saussure (en congé) en 1889-1890, puis maître de conférences à dater de 1891 (l'année 1890-1891 étant occupée par un voyage d'étude), lorsque Saussure quitte Paris pour retourner à Genève, où l'on venait de créer pour lui une chaire à l'Université. Les travaux de Meillet, en dehors d'une riche réflexion en linguistique générale cherchant à donner sens aux résultats du comparatisme par une théorie sociologique du développement linguistique, sont consacrés à la grammaire historico-comparative d'une bonne partie du champ indo-européen, ce qui le désignait tout naturellement pour la rédaction d'une grammaire comparée de l'ensemble des langues indo-européennes permettant à l'Ecole française d'occuper symboliquement après Bopp, Schleicher, Bruggmann et Delbrück, grâce à ce nouveau "compendium", une place réservée jusque-là aux chercheurs allemands.

Cohen, Marcel

Datation: 1884-1974

Marcel Cohen est un linguiste français, né à Paris, mort à Viroflay. Directeur d'études à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes; disciple de A. Meillet, il se spécialisa dans l'étude des langues sémitiques avec sa thèse Le système verbal sémitique et l'expression du temps (1924), puis écrivit un Traité de langue amharique (1936) et un Essai comparatif sur le vocabulaire et la phonétique du chamito-sémitique (1947); il a également dirigé avec A. Meillet, le monumental ouvrage Les langues du monde (1924; édition revue en 1952). Elargissant le champ de ses préoccupations, il s'est intéressé à la linguistique générale et plus particulièrement aux rapports entre les langues et les sociétés (Pour une sociologie du langage, 1956, et La grande invention de l'écriture et son évolution, 1958). Ses chroniques dans le journal L'Humanité, entre 1950 et 1963, furent regroupées dans Regards sur la langue française.

Titre de l'ouvrageLes langues du monde, par un groupe de linguistes, sous la direction de A. Meillet et Marcel Cohen, "Nouvelle édition"
Titre traduit
Titre courtLangues du monde
Remarques sur le titre
Période|20e s.|
Type de l'ouvragePrésentation des langues du monde regroupées quand c'est possible par famille.
Type indexéComparaison des langues | Classification des langues | Compilation de langues
Édition originalePremière édition, 1924, Paris, Librairie ancienne Edouard Champion. Deuxième édition (commencée en 1938), sous le même titre, 1952, Paris, Société de Linguistique de Paris, dépositaire Honoré Champion.
Édition utilisée1952, Paris, éditeur: Société de Linguistique de Paris-CNRS / imprimeur: Bontemps / dépositaire: Honoré Champion.
VolumétrieIn-8°, XLII-1296 pages en 2 volumes + Atlas de 24 cartes en couleurs, en 26 feuilles [80 p. non paginées], environ 1600 caractères par page.
Nombre de signes1950000
Reproduction moderne1981, Reprint, Slatkine, Genève.
Diffusion1re éd., 1924; 2e éd., 1952; 3e éd. complètement refaite: Jean Perrot éd., Les langues dans le monde ancien et moderne (1981-), Editions du CNRS, en cours.
Langues ciblesLangues du monde
MétalangueFrançais
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageTOME I: p. V-XVI: Avertissement (Cohen), Liste des collaborateurs, Abréviations, Transcription et notation phonétique. XVII-XLII: Bibliographie (I. Classification des langues, II. Linguistique générale). 1-80: Langues indo-européennes (Benveniste & Vendryes). 81-181: Langues chamito-sémitiques (Cohen): sémitique, égyptien, lybico-berbère, couchitique. 183-225: Langues asianiques et méditerranéennes (Benveniste): asianiques, méditerranéennes, non-identifiées. 227-254: Langues caucasiennes (Dumézil). 255-270: Langue basque (Lacombe). 271-484: Langues de l'Eurasie et de l'Asie septentrionale: ouraliennes (A. Sauvageot), turques (Deny), mongoles, toungouzes, paléosibériennes (Sinor), coréen, japonais, aïnou (Haguenauer). 485-503: Le dravidien (Bloch). 505-510: Le bourouchaski (Bloch). 511-521: L'andaman (Bloch). 523-644: Langues de l'Asie du Sud-Est: langues tibéto-birmanes (tibétain, birman, lolo, langues bordières du groupe tibéto-birman); langues thai; le chinois; langues mon-khmer; langues mounda (Maspéro). 645-731: Langues de l'Océanie: langues malayo-polynésiennes: indonésien, polynésien (Faublée); langues mélanésiennes (Leenhardt); langues australiennes (Guiart); tasmanien (Schmidt); les langues papoues (Loukotka).
TOME II: p. 733-940: Les langues de l'Afrique Noire. 737-845: langues du Soudan et de la Guinée (Delafosse et Caquot). 847-904: les langues bantoues (van Bulck). 905-940: les langues khoin (van Bulck). 941-1198: Les langues de l'Amérique: 959-1065: langues de l'Amérique du Nord (Rivet, Stresser-Péan, Loukotka); 1067-1097: langues du Mexique et de l'Amérique centrale (Rivet, Stresser-Péan, Loukotka); 1099-1160: langues de l'Amérique du Sud et des Antilles (Rivet, Loukotka); 1161-1198: Appendice aux chapitres sur les langues américaines: Esquisses de description de langues américaines (Cohen, Haudricourt, Perrot). 1199-1209: Additions et rectifications. 1209-1284: Index des langues (65 p.), des écritures, des termes linguistiques, corrections. 1285-1296: Table des matières, table des textes (exemples développés et mini-corpus), des cartes de l'atlas.
Objectif de l'auteurDonner une présentation linguistique de toutes les langues; le but explicite dans l'introduction est de "ne pas juxtaposer des descriptions de langues particulières". Le critère de classement est la parenté génétique par familles de langues là où c'est possible; sinon, les regroupements ne seront que géographiques; il s'agit de dégager "les caractéristiques communes des groupes reconnus", en réservant ce qui n'est pas sûr pour les "Notes liminaires" et les conjectures propres aux auteurs en notes. L'ouvrage vise explicitement à être complet dans les domaines suivants: l'énumération de toutes les langues connues à l'exclusion des variétés et dialectes, les dates du début et de la fin de leur histoire, leur extension avec statistiques, quand c'est possible.
Intérêt généralLa 2e éd., comme la 1re, illustre l'idée de Meillet selon laquelle la réalisation d'études synchroniques de systèmes complets était un préalable nécessaire à toute recherche en linguistique comparative ou générale; projet étendu ici, du domaine indo-européen, aux langues du monde entier. De même, Meillet avait distribué l'étude de ces dernières à ses différents disciples (Sauvageot pour l'ouralien, Cohen pour le sémitique, etc.), créant pour eux, quand c'était possible, des directions d'études à l'EPHE.
Parties du discoursLes parties du discours sont étudiées principalement à l'occasion du traitement de la morphologie; les différents auteurs ne remettent pas en cause leur classification traditionnelle, telle qu'on la trouve par exemple dans la linguistique historico-comparative. Ce qui date sans doute le plus à nos yeux, c'est le caractère annexe de la syntaxe par rapport à la morphologie, nécessité de la description oblige, en grande partie aussi, du fait du manque de grands cadres typologiques pratiques (comme la caractérisation des langues en SVO, SOV, VOS, etc.), qui n'existaient pas à l'époque.
Innovations term.Apparemment peu nombreuses; un index des termes linguistiques (p. 1276-1280) récapitule les termes qui ne se trouvent pas dans le Lexique de la terminologie linguistique de J. Marouzeau; comportant 51 entrées, il concerne en particulier la morphologie ([cas] absolu, agentif, ergatif, réversif; [suffixe] connectif, jonctif; [morphème] pluratif, singulatif), le procès verbal (intranslatif vs translatif, opératif) et il propose un affinement des modes du verbe (concessif, conjonctif, dubitatif, hortatif, imaginatif, subjonctif, suppositif).
Corpus illustratifExemples, échantillons, courts textes donnés en plus grand nombre dans la seconde édition que dans la première et récapitulés dans un index (p. 1295).
Indications compl.L'ouvrage fait en outre le point, dans le cadre de l'école française, sur l'état des connaissances que l'on avait sur les familles de langues et sur leurs "faits caractéristiques et distinctifs", à la date de parution – mais on ne doit pas oublier que la préparation de cette édition a commencé en 1938 et a été interrompue par la guerre (mort de Maspéro en camp de concentration). Certains textes de la 1re éd. sont repris sans véritable changement (sauf la bibliographie).
Contributeurs rédacteurs: Benveniste, Emile; Bloch, Jules; Caquot, André; Cohen, Marcel; Delafosse, Maurice; Demiéville, Pierre; Deny, Jean; Dumézil, Georges; Faublée, Jacques; Guiart, Jean; Haguenauer, Charles; Haudricourt, André; Jakobson, Roman; Lacombe, Georges; Leenhardt, Maurice; Loukotka, Cestmir; Maspéro, Henri; Perrot, Jean; Rivet, Paul; Sauvageot, Aurélien; Schmidt, Wilhelm; Sinor, Denis; Stresser-Péan, Guy; van Bulck, Gaston; Vendryes, Joseph. Secrétaires de rédaction: Dumézil, Georges, puis Belbenoit, Georges; Lazard, Gilbert; Caquot, André; Perrot, Jean.
Influence subieDans son principe, l'ouvrage est l'héritier des grandes compilations des 18e et 19e s., par ex. celle de Hervás y Panduro (Dessaint 1988). Une partie de la bibliographie (p. XVII-XXVIII) propose une liste chronologique assez détaillée des ouvrages traitant de la classification des langues. Quant au classement des langues, il semble difficile par un survol général et essentiellement factuel de choisir un classement autre que génétique (un classement typologique serait inopérant, dans la mesure où les résultats seraient divergents selon le phénomène considéré: ordre des constituants, constructions relatives, etc.), complété par un classement géographique dès qu'une aire est très hétérogène.
Influence exercéeEdition largement renouvelée d'un ouvrage célèbre sans équivalent en langue française et dont il y a eu de nombreux comptes rendus: Lejeune (BSL 1953), Chantraine (REG 1954), Bottéro (BiOr 1954), Martinet (Word 1954), Hoenigswald (JAOS 1954), G. B. Milner (Man 1954), Henderson (BSOAS 1955), Westermann (ZPhon 1954-1955), Brockelmann (Oriens 1955), Deeters (IF 1957), Sommerfelt (NTS 1958), etc. Aucun ouvrage synthétique ne l'a remplacé malgré l'accroissement considérable, sinon le bouleversement des connaissances dans de nombreux domaines. La partie correspondante dans le volume Linguistique de l'Encyclopédie de la Pléiade ne l'a pas remplacé. La 3e éd. est pour l'instant loin d'être achevée, si elle doit l'être un jour. L'ouvrage The world's major languages (éd. B. Comrie, 1987) ne poursuit pas le même but synthétique et réunit des descriptions rapides de quelques "grandes" langues; Les langages de l'humanité (M. Malherbe, 1983) ne poursuit pas le même but scientifique; on citera aussi A Guide to the world's languages (M. Ruhlen, 1991). On peut se demander si le projet de faire tenir ce genre de présentation en un seul volume, même très gros, ou en un nombre réduit de volumes, est encore tenable (cf. l'excellente collection "Cambridge Language Surveys", qui compte une vingtaine de volumes).
Renvois bibliographiques→ Références
Dessaint M. 1988
Rédacteur

Lemaréchal, Alain

Création ou mise à jour2000