CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Trilingve de Tres Artes

Correas, Gonzalo

DomaineGrammaires des langues européennes modernes
SecteurGrammaires espagnoles [3112]
Auteur(s)

Correas, Gonzalo

Datation: 1571-1631

Humaniste espagnol, né à Jaraiz, Extremadure, mort à Salamanque. De famille modeste, il fit ses études au Collège trilingue de Salamanque; licencié en théologie, il entra dans les ordres en 1601. A partir de 1598, il enseigna essentiellement à l'université de Salamanque à différents niveaux le grec, puis l'hébreu et le chaldéen, cumulant même les deux chaires de 1615 à 1631. Auteur de commentaires de textes, de traductions du latin et du grec, de grammaires du latin, du grec, de l'hébreu et du castillan, ce grand humaniste, disciple du Brocense (Sanctius), il se distingua aussi par une tentative originale de réforme orthographique du castillan et un riche recueil de proverbes.

Titre de l'ouvrageTrilingve de Tres Artes de Las Tres Lengvas Castellana, Latina, I Griega, Todas en Romanze. Por el Maestro Gonzalo de Correas Catredatico [sic] propietario de la Catreda [sic] de lenguas, Hebrea, i Caldea, i de la maior de Griego en la Vniuersidad de Salamanca.
Titre traduitTrois grammaires des langues castillane, latine et grecque, toutes trois en espagnol par le Maître Gonzalo de Correas, titulaire de la chaire des langues hébraïque et chaldéenne et de la chaire supérieure de grec à l'université de Salamanque.
Titre courtTrilingve de Tres Artes
Remarques sur le titre
Période|17e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire logique, raisonnée, "générale" de l'espagnol, suivie d'une grammaire latine avec la même pagination et d'une grammaire grecque séparée.
Type indexéGrammaire générale
Édition originale1627, Salamanque, Antonia Ramírez.
Édition utilisée1627, Salamanque, Antonia Ramírez.
VolumétrieIn-8°; [8 f.] + 336 pages (Arte Kastellana: p. 1-122; Arte Latina: 123-336) + 143 p. (Arte Griega); 1643 signes par page.
Nombre de signes200446
Reproduction moderne1984, Université de St Jacques de Compostelle, Arte Kastellana, introduction, édition et notes de Manuel Taboada Gil.
DiffusionL'Arte Kastellana de 1627, publiée du vivant de l'auteur, est un condensé de l'Arte de la lengua española castellana composée en 1625-6, éditée pour la première fois en 1903 par le Comte de la Viñaza, Madrid, Ricardo Fe (110 exemplaires, XXVI + 328 p.) à partir d'une copie de Gallardo et rééditée sur la base du manuscrit original (Bibl. Nac., Madrid, n° 18 969) par Emilio Alarcos García en 1954, RFE anejo LVI, Madrid.
Langues ciblesEspagnol
MétalangueEspagnol
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrage[F. 2r-3v]: Epître dédicatoire au roi Philippe IV, [4]: Privilèges, [5]: Errata, [6r-7r]; Avis au lecteur, [7v]: Distiques latins de M. Blasius, [8r]: Préface épistolaire de P. V. Sors et deux distiques latins du même auteur, [8v]: deux dizains en castillan d'un disciple. P. 1-10: Orthographe (vieil abc et nouvel abc expurgé et légitime pour le castillan); 11-122: Grammaire de la langue castillane: 1. Parties du discours: le nom (12-66), le verbe (66-101), la particule (102-109); 2. Concordances et construction (109-118); 3. Les figures (118-122).
Objectif de l'auteurFormuler clairement les règles du castillan pour servir de lecture aux écoliers après l'apprentissage de l'alphabet et faciliter ainsi l'étude du latin et même du grec et de l'hébreu; offrir aux étrangers une grammaire meilleure que les précédentes; chercher le perfectionnement du castillan par une meilleure connaissance de cette langue à son apogée; proposer une orthographe phonétique de l'espagnol; démontrer que les parties du discours ne sont que trois dans toutes les langues (nom, verbe, particule); affirmer qu'il n'y a pas de cas en espagnol, à la différence du latin et du grec.
Intérêt généralŒuvre de précurseur dans la lignée du Brocense (Sanctius), première grammaire "générale" de l'espagnol avant celle de Port-Royal; la phrase, et non le mot, est l'objet de la grammaire; principes d'orthographe phonétique et non étymologique de l'espagnol; observations de dialectologue et de sociolinguiste avant l'heure.
Parties du discoursDivision tripartite (nom, verbe, particule) héritée d'Aristote, peut-être de la tradition arabe et directement de F. Sánchez de las Brozas (Sanctius).
Innovations term."Particules" pour désigner les mots indéclinables: prépositions, adverbes, conjonctions, interjections.
Corpus illustratifExemples forgés.
Indications compl.Intérêt pédagogique: classement raisonné des verbes irréguliers. Traitement de la phonétique: orthographe phonétique et non étymologique.
Influence subieOuvrage de référence: la Minerva de F. Sánchez de las Brozas (Sanctius); influence implicite, inscription dans une tradition: Varron, Donat, le Brocense (1587); Nebrija (1492), G. Miranda (1565), C. Oudin (1597), B. Jiménez Patón (1614) et, pour l'orthographe phonétique, Mateo Alemán (1609).
Influence exercéeGayoso (1743), San Pedro (1769), la Gramática de la RAE (1771), Ballot (1819), Salvá (1830) reconnaissent l'avoir suivi.
Renvois bibliographiques→ Références
Alarcos García E. 1940; Alarcos García E. 1954; Bahner W. 1966; Bahner W. 1983; Lope Blanch J. M. 1990; Martí M. 2009; Quilis A. & Rozas J. M. 1963; Ramajo Caño A. 1987
Rédacteur

Da Silva, Monique

Création ou mise à jour1998