CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Principes de Phonétique Expérimentale

Rousselot, Jean-Pierre

DomaineCompilations, linguistique historico-comparative, linguistique générale, phonétique et phonologie
SecteurPhonétique et phonologie [5404]
Liens

CTLF Images (éd. 1897, tome I)

CTLF Images (éd. 1901, tome II)

Gallica (éd. 1925, tome I)

Gallica (éd. 1925, tome II)

Internet Archive (éd. 1897, tome I)

Internet Archive (éd. 1901-1908, tome II)

TextesCTLF Textes (3)
Auteur(s)

Rousselot, Jean-Pierre

Forme complète: Rousselot, Jean-Pierre (Abbé)

Datation: 14 octobre 1846 - 16 décembre 1924

Phonéticien français, né à Saint-Claude, France, mort à Paris. Il reçoit une formation classique au séminaire et, après avoir été ordonné prêtre, il entame une recherche sur la phonétique du latin et du grec à laquelle il renonce pour se tourner vers la dialectologie. Il effectue une enquête dialectale dans le Limousin, sujet qu'il inscrit en thèse avec G. Paris. Les rencontres avec le Docteur Rosapelly, puis avec le physiologue du mouvement, E.-J. Marey, vont l'orienter vers les méthodes d'enregistrement articulatoire et d'analyse acoustique. Il soutient sa thèse en 1891: Les modifications phonétiques du langage étudiées dans le patois d'une famille de Cellefrouin (Charente). Il assure avec J. L. Gilliéron la co-direction de la Revue des patois gallo-romans. Puis il se consacre à la rédaction de son œuvre monumentale Les Principes de phonétique expérimentale (1897-1901). Ecrit en quelques mois au début de l'année 1896, en vue du prix Volney qu'il obtient sur manuscrit, l'ouvrage ne devait pas dépasser 300 pages. La réédition de 1924 comporte 2 volumes et 1252 pages. L'ensemble a été écrit sur 13 ans. Incontestablement l'abbé Rousselot a joué un rôle fondateur pour la phonétique expérimentale, non seulement en recherche fondamentale, mais aussi en didactique et enseignement des langues étrangères. Ce n'est pas l'université, mais l'Enseignement Libre qui a créé, en 1882, pour Rousselot à l'Institut Catholique, la première chaire et un laboratoire de phonétique, le premier au monde. En 1897, le titulaire de la chaire de Grammaire comparée du Collège de France, M. Bréal, intéressé par les méthodes novatrices et objectives d'analyse de la parole, fait créer, auprès de sa chaire de grammaire comparée, un laboratoire de phonétique expérimentale et y fait nommer Rousselot sur un poste de préparateur sur lequel il va rester quinze ans. En 1922, ce dernier obtient enfin un poste de chargé de cours, puis une chaire de phonétique expérimentale qu'il n'occupera qu'un an. A sa mort en 1924, cette chaire est aussitôt transformée en chaire d'histophysiologie et la majorité des appareils de phonétique sont récupérés par l'Institut Catholique. Malgré une absence de reconnaissance de son vivant, Rousselot a marqué fondamentalement la phonétique expérimentale, avec une orientation vers l'enseignement du français et de la correction phonétique à l'aide de l'instrumentation (Rousselot, Laclotte, 1902).

Titre de l'ouvragePrincipes de Phonétique Expérimentale
Titre traduit
Titre courtPrincipes de Phonétique Expérimentale
Remarques sur le titre
Période|19e s.|
Type de l'ouvrageManuel de phonétique expérimentale.
Type indexéPhonétique expérimentale
Édition originaleParution du premier fascicule en 1897, puis du deuxième en 1901, Paris, Welter.
Édition utiliséeRéédition de 1924 (datée 1923 sur la tranche), Paris, Didier.
Volumétrie2 volumes, 1252 pages, environ 1664 signes par page.
Nombre de signes2000000
Reproduction moderne
DiffusionPremière édition: 1897 (premier fascicule); 1901 (2e fascicule). Deuxième édition en 1908. Réédition en 1924. Deuxième réédition, 1925, Paris / Toulouse, Didier / Privat.
Langues ciblesLes langues du monde, spécialement le français
MétalangueFrançais
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageLa réédition de 1924, très enrichie, comporte deux volumes organisés en 7 chapitres précédés d'une introduction présentant le but de l'ouvrage, suivis d'un arrière propos et d'un appendice. TOME I. [1] Les éléments acoustiques de la parole: onde sonore, fondamental et harmoniques, amplitude, période, phases, gammes musicales, limites de la voix humaine (p. 5-20). [2] Moyens naturels d'observation et d'expérimentation: description de l'oreille, éducation de l'oreille (21-45). [3] Moyens artificiels d'expérimentation: historique, méthode graphique d'inscription directe (palais artificiel) et indirecte (appareils enregistreurs, appareils inscripteurs à air et électriques des mouvements organiques et de la parole comme le phonautographe de Scott, les capsules manométriques, l'inscripteur électrique, la photographie directe du signal de parole), réglage et interprétation des tracés, les méthodes optiques et acoustiques (résonateurs et appareils de synthèse) (47-174). [4] Analyse physique de la parole: le timbre des voyelles et les théories de R. Willis, C. Wheatstone, Donders, H. Von Helmholtz, etc., l'analyse des courbes par décomposition en série de Fourier, et la méthode contradictoire de L. Herman, le timbre des consonnes (175-232). [5] Les organes de la parole: l'appareil respiratoire, le larynx, le pharynx et le voile du palais, la bouche, le nez, le mécanisme nerveux de la parole (notions générales, le mécanisme phonateur, la faculté de langage et l'aire de Broca et de Wernicke, les aphasies corticales (totale, motrice et sensorielle) (233-314). [6] L'analyse physiologique de la parole: le choix des sujets et des alphabets phonétiques (avec un historique), les éléments de la parole (actes physiologiques des articulations, effet acoustique, comparaison microscopique des temps de l'acte articulatoire et de la voix pour les voyelles isolées, les consonnes), les qualités générales des articulations (voix chantée, voix rauque, voix de ventriloque, mode d'attaque des articulations), la classification des articulations (inspiratoires et expiratoires; sonores, mi-sonores et sourdes; buccales, mi-nasales et nasales; constrictives, mi-occlusives et occlusives; voyelles, semi-voyelles, consonnes) (315-645).
TOME II. La classification des voyelles (nombreux exemples tirés de variantes régionales de la France), des semi-voyelles et des consonnes (avec des exemples dans de nombreuses langues), des sons indéterminés (traces de sons disparus ou en voie d'apparition), des groupes de sons d'après le jeu organique de la langue, des lèvres, de la mâchoire, des joues, du voile du palais, du pharynx, du larynx, de l'ensemble des cavités sus-glottiques et de leurs résonances caractéristiques, le régime de souffle, les cavités sous-glottiques et la pression. Les qualités acoustiques et perceptives (sensation, audibilité, compréhensibilité) de la durée, de la hauteur de l'intensité (646-1108). [7] Les applications de la phonétique expérimentale: gymnastique (entraînement) à la prononciation et à l'ouïe (perception) pour les langues étrangères et dans le cas de défaut de prononciation (organiques ou fonctionnels); aides au diagnostic en pathologie (paralysie, insuffisance respiratoire, etc.) (1109-1161). L'appendice traite de 4 sujets: les vices de prononciation et applications médicales (en fait un renvoi au chapitre V); les perfectionnements des appareils nouveaux (tambours inscripteurs pour les organes de l'articulation, synthétiseur de voyelles…) (13 pages); le calcul des longueurs d'onde (1 page); l'analyse mathématique des courbes (c'est-à-dire la décomposition en série de Fourier) (39 pages d'explications mathématiques et de tableaux). Rousselot n'a malheureusement pas adopté la notation phonétique de l'API, mais celle de M. Boehmer utilisée alors par les romanistes allemands pour la description des Parlers de France. La table des matières est présentée à la fin du volume II. Elle est précédée d'une table analytique (un index des termes) d'environ 300 termes. Les références bibliographiques sont notées en bas de page et l'ouvrage ne comporte pas de bibliographie regroupée.
Objectif de l'auteurIl se propose un double but: "préparer l'étude des parlers vivants d'après la méthode expérimentale et réunir en un corps de doctrine les principales acquisitions dont cette nouvelle méthode a enrichi la phonétique".
Intérêt généralLe caractère encyclopédique des descriptions, la méthodologie instrumentale.
Parties du discours
Innovations term.
Corpus illustratif
Indications compl.Ouvrage spécialement intéressant pour les multiples exemples de réalisation, la finesse dans la présentation des procédures expérimentales, la multiplicité des documents.
Influence subieCelle de G. Paris, E.-J. Marey.
Influence exercéeSur de très nombreux phonéticiens français et étrangers, directement ou indirectement: J. Chlumsky, G. Panconcelli-Calzia, Th. Rosset, G. O. Russell, R. H. Stetson, G. Straka, etc.
Renvois bibliographiques→ Références
Baggioni D. & Boë L.-J. 2009; Bergounioux G. 1994 {p. 252-263}; Bronstein A. J., Raphael L. J. & Stevens C. 1977; Carton F. 1995; De Souza R. 1925; Galazzi E. 1995
Rédacteur

Boë, Louis-Jean

Création ou mise à jour2000