CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Arte de la lengua española

Villar, Juan

DomaineGrammaires des langues européennes modernes
SecteurGrammaires espagnoles [3113]
Auteur(s)

Villar, Juan

Datation: 1596-1660

Jésuite, né à Arjonilla (Jaén, Espagne), mort à Utrera (Séville), connu uniquement pour son ouvrage Arte de la lengua española dédié à Rodrigo Lorenço de Cabrera y Soto, "regidor" [gouverneur] de la ville andalouse d'Utrera. Villar ne figure ni dans la Bibliotheca Hispana de N. Antonio (1672), ni parmi les auteurs de la Compagnie de Jésus (Sommervogel 1890 [1932]). A noter aussi que le nom de l'éditeur ne figure dans aucun registre d'imprimeurs de Valence (Valencia), d'où l'hypothèse qu'il s'agit de noms supposés pour la ville et l'éditeur (Serrano y Morales 1898-99).

Titre de l'ouvrageArte de la lengua española. Reducida a reglas y preceptos de rigurosa gramatica, con notas, y apuntamientos utilissimos para el perfecto conocimiento de esta, y de la lengua latina por el P. Juan Villar de la compañia de Iesus, con licencia en Valencia por Francisco Verengel, año de 1651.
Titre traduitArt de la langue espagnole réduite en règles et préceptes de grammaire rigoureuse. Avec des notes et des remarques très utiles pour une parfaite connaissance de celle-ci et de la langue latine. Par le P. Juan Villar, avec licence. A Valence [Valencia], par Francisco Verengel, l'an 1651.
Titre courtArte de la lengua española
Remarques sur le titre
Période|17e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire didactique présentée comme une propédeutique à l'étude du latin. A la fois grammaire "générale" et "particulière" décrivant l'espagnol.
Type indexéGrammaire générale
Édition originale1651, Valencia [Valence], Francisco Verengel.
Édition utilisée1651, Valencia [Valence], Francisco Verengel. Microfilm B.N. Madrid (R 16 271).
Volumétrie159 pages.; nombre de signes moyen par page: 957.
Nombre de signes152000
Reproduction moderne
DiffusionDécrite par la Viñaza 1889 (col. 567), citée par Serrano y Morales 1898-99 et Niederehe 1992.
Langues ciblesEspagnol
MétalangueEspagnol
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageDédicace (4 f.), "Al lector" (8 f.), courtes pièces en vers, entre autres, à la louange de l'espagnol et index (15 f.). I. Parties du discours: les parties de la grammaire (p. 1-3); le nom et ses accidents (3-25); le verbe et ses accidents (25-55); la préposition (55-56); l'adverbe, interrogation et conjonction (56-58). II. Construction: définitions (59-61). Concordance (62-65). Pronoms (66-72). Constructions par périphrases (72-77). Construction de l'infinitif (77-81). Construction des prépositions (82-88). Construction de l'adverbe, de l'interjection, de la conjonction (88-90). Construction figurée (90-98). III. Prosodie (99-120). IV. Orthographe (120-159).
Objectif de l'auteurPermettre aux destinataires, des jeunes gens, la connaissance de la grammaire (identique en toutes les langues) et leur faire éviter les "vices" de langage habituels en espagnol.
Intérêt généralL'ouvrage s'inscrit dans le courant de la grammaire espagnole rationaliste (Yllera 1983), représenté par Sanctius, Jiménez Patón et, dans une moindre mesure, par Diego de la Encarnación. Villar oppose la grammaire (générale) aux grammaires particulières (première partie, p. 1-99): "Todas las lenguas son iguales en las 4 partes de la gramática, en las 8 de las oraciones, pero en las declinaciones y conjugaciones, uso de preposiciones y circunloquios son notablement dessemejantes". Dans la 1re partie proprement grammaticale, El arte s'inspire de près de la Minerva sans laquelle il serait impossible de comprendre des développements (obscurs) comme ceux qui concernent le "genre" du verbe entre autres. Cependant Villar est loin de posséder la clarté et de la cohérence de Sanctius. A signaler, comme dans la grammaire espagnole du 16e s. (Nebrija, Villalón), la présence de règles orthographiques et de prononciation.
Parties du discoursHuit parties du discours: le nom (+ pronom et participe), verbe, préposition, adverbe, interjection et conjonction (p. 3). Le pronom et le participe sont dits appartenir à la catégorie du nom (p. 3) mais ils font l'objet d'un traitement séparé. Pour Villar, il n'y a pas de variation en cas en espagnol, mais en nombre. Les articles, non définis et non énumérés sont les morphèmes marquant cette variation, les vrais "articles" étant pour l'auteur, este, esta, esto (adjectifs démonstratifs). Douze pronoms en espagnol, selon Villar, sept "primitifs" et cinq "dérivés". Pour le verbe, les notions de genre classiques (substantif, neutre, actif, passif) sont rejetées pour l'espagnol. L'actif est yo amo et yo amo las virtudes. Le passif se conjugue par périphrase. Les parties concernant la prosodie et l'orthographe ont une visée uniquement pratique et sont claires.
Innovations term.
Corpus illustratifExemples courts et non signés, en général. Parfois proverbes ou vers dans les deux dernières parties.
Indications compl.Intérêt pédagogique: présentation en paragraphes courts numérotés corrélativement, qui sera typique des grammaires des jésuites (cf. Chiflet 1668, Buffier 1709 ou Núñez de Prado 1728). Parfois renvois entre les différents paragraphes.
Influence subieSanctius est à la base des développements de Villar qui a adapté à l'espagnol – sans beaucoup de talent – la partie concernant les "partes de la oración" (p. 3-61) de La Minerve. Nebrija est utilisé indirectement ("Arte de Antonio nuevamente reformado"), et parfois discuté (p. 18). Juan de Rengifo (Arte poética) et Palmireno (Orthographia 1573?) sont utilisés pour les deux derniers chapitres (p. 99-159).
Influence exercéePas de données. Cependant Villar qui, dans un cadre "général", présente les spécificités de l'espagnol par rapport au latin, constitue, de ce fait, un jalon dans la série des "arts" qui prendront la place des "grammaires", surtout au 18e s.
Renvois bibliographiques→ Références
Martí M. 2009; Muñoz y Manzano (Conde de la Viñaza) C. 1893; Niederehe H.-J. 1992
Rédacteur

Lépinette, Brigitte

Création ou mise à jour1998