CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Lehrbuch der Phonetik

Jespersen, Otto

DomaineCompilations, linguistique historico-comparative, linguistique générale, phonétique et phonologie
SecteurPhonétique et phonologie [5405]
Liens

CTLF Images (éd. 1913)

Auteur(s)

Jespersen, Otto

Forme complète: Jespersen, Jens Otto Harry

Variantes: Jesperson

Datation: 16 juillet 1860 - 30 avril 1943

Linguiste danois, né à Randers, Danemark, mort à Reskilde, Danemark. Spécialiste de philologie, de linguistique et littérature anglaises, de linguistique et phonétique générales et d'enseignement des langues (fondateur de la société Quousque tandem dont le but était de promouvoir l'enseignement des langues étrangères; How to Teach a Foreign language, 1904). On peut le considérer comme un autodidacte en linguistique, ce qui n'est pas rare à son époque. Après une formation secondaire et classique, il poursuit par des études de droit. Sa vie professionnelle commence par un poste de sténographe à la Chambre de députés danoise, ce qui le conduit à aborder les problèmes de phonétique avec le traité de E. Sievers paru en 1876, les travaux de H. Sweet et ceux de P. Passy. Il collabore avec ce dernier pour la mise au point de l'API auquel il n'adhérera pas vraiment. Il étudie à Paris, Berlin, Leipzig, Londres. Il obtient une chaire d'anglais à l'université de Copenhague de 1893 à 1925. Il prend une part très active dans le débat autour des principes néo-grammariens dont il rejette la thèse des lois phonétiques absolues dans son grand article de 1896, publié d'abord en danois puis traduit en allemand (Zur Lautgesetzfrage). Les intérêts de Jespersen couvrent un très large spectre: du langage enfantin et de la communication avec les "enfants-loups", jusqu'à l'origine du langage, sa philosophie (Language, its Nature, Development and Origin, 1923, traduction française, Nature, évolution et origine du langage, 1976) et son rôle dans la société (Mankind, Nation, and the Individual, 1946). Il n'est pas surprenant qu'il se soit intéressé au problème des langues universelles au point d'en élaborer une, le novial (An International Language, 1928). S'il reste un grand phonéticien, ce n'est pas par sa proposition de notation "analphabétique", mais par son rôle de précurseur en ce qui concerne le concept de phonème, et peut-être aussi par sa conception des changements phonétiques: compromis entre le moindre effort articulatoire et nécessité d'intercompréhension, dont A. Martinet reprendra la thèse.

Titre de l'ouvrageLehrbuch der Phonetik
Titre traduitManuel de Phonétique.
Titre courtLehrbuch der Phonetik
Remarques sur le titre
Période|20e s.|
Type de l'ouvrageManuel de Phonétique.
Type indexéTraité de phonétique
Édition originale1904, Leipzig et Berlin, Teubner.
Édition utilisée1920, 3e édition, réimpression sans changements de la 2e édition de 1912.
VolumétrieVI + 258 + 1 pages, 2 planches.
Nombre de signes700000
Reproduction moderne
DiffusionEditions en 1904, 1912, 1920.
Langues ciblesL'ensemble des sons des langues, mais les exemples sont souvent en allemand, français, anglais, portugais, suédois
MétalangueAllemand
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageL'ouvrage, précédé d'une bibliographie de base (une quinzaine de titres), est organisé en 4 parties précédées d'une introduction (p. 1-9). [1] Analyse: rôle des organes de la phonation pour la production des sons: lèvres, mâchoire, langue (pointe, dos, racine), voile du palais, luette, épiglotte, larynx, poumons (10-125). [2] Synthèse: les consonnes et les voyelles (126-164). [3] Enseignement des combinaisons: assimilation, durée, syllabes, diphtongues, l'accent d'intensité, l'accent de hauteur (165-245); [4] Systématique nationale: les langues en tant qu'ensemble (246-251). Index des matières (252-258), les symboles analphabétiques. Deux planches (gravures: la première est une suite de 20 gravures (d'après photo) représentant un visage pour montrer le mouvement des lèvres) lors de la production de la parole (en l'occurrence, la phrase Je vous aime, prononcée par G. Demenÿ, le concepteur du phonoscope, 1891); la seconde présente les organes de la production de la parole.
Objectif de l'auteurIl s'agit d'une vision globale de la phonétique à partir d'une description articulatoire.
Intérêt généralL'ouvrage vaut par la finesse d'observation, la richesse de documentation. Le classement articulatoire est détaillé et formalisé: la "notation analphabétique" (système inventé dès 1889) comporte 12 lieux d'articulation (de l'extérieur des lèvres a, au pharynx l) liés aux organes de production. Exemples: la consonne d: α0a, α0b, α0c = lèvre inférieure, fermeture avec la partie a (ou b ou c) de la lèvre supérieure; la voyelle [a] α86b βf8ϒ7j (p. 174; cf. p. 53 pour les différents degrés d'aperture). Cette formalisation n'a pas véritablement été adoptée par les descripteurs (cf. K. Pike, p. 120).
Parties du discours
Innovations term.
Corpus illustratif
Indications compl.La gravure présentant le visage de G. Demenÿ.
Influence subieCelle de R. Rask, E. von Brüke, E. Sievers, H. Sweet, P. Rousselot, W. Viëtor (p. 239).
Influence exercéeL'ouvrage constitue le point culminant de la phonétique du 20e s., qui, par la suite, va être profondément transformée par l'accumulation des données et l'expérimentation. Il aura une influence pédagogique dans les pays scandinaves et de langue allemande. D'une certaine manière, A. Martinet a repris l'idée de l'économie des changements phonétiques ébauchée par O. Jespersen.
Renvois bibliographiques→ Références
Bronstein A. J., Raphael L. J. & Stevens C. 1977; Haislund N. 1966 {[1943]}; Henriksen C. 2009; Hjelmslev L. 1966; Malmberg B. 1991 {p. 372, 398-399}; Mounin G. 1972 {p. 69-81}
Rédacteur

Boë, Louis-Jean · Rakotofiringa, Hippolyte

Création ou mise à jour2000