CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Quasi-Arithmetical Notation for Syntactic Description

Bar Hillel, Yehoshua

DomaineCompilations, linguistique historico-comparative, linguistique générale, phonétique et phonologie
SecteurLinguistique générale [5332]
Liens

CTLF Images (éd. 1953)

J-Stor (éd. 1953) – Accès sous conditions

TextesCTLF Texte
Auteur(s)

Bar Hillel, Yehoshua

Datation: 1915-1975

Philosophe et logicien israélien, professeur de logique et de philosophie des sciences à l'université de Jérusalem. De 1951 à 1953, il est également chercheur en traduction automatique au Laboratoire de recherches en électronique de l'Institut de technologie du Massachusetts et rédige en 1960 un rapport sur les premiers travaux en traduction automatique qui constituera une des premières critiques systématiques du domaine. En plus de l'article A Quasi-Arithmetical Notation for Syntactic Description, Bar Hillel est aussi l'auteur de Aspects of Language (1970), Jerusalem / Amsterdam, Magnes Press.

Titre de l'ouvrageA Quasi-Arithmetical Notation for Syntactic Description [article de revue]
Titre traduitUne notation quasi-arithmétique destinée aux descriptions syntaxiques
Titre courtQuasi-Arithmetical Notation for Syntactic Description
Remarques sur le titre
Période|20e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire formelle catégorielle.
Type indexéLinguistique générale | Grammaire formelle
Édition originale1953, dans la revue Language, volume 29, p. 47-58.
Édition utilisée1953, Language, vol. 29.
Volumétrie25 cm, 12 pages; environ 3546 signes par page, nombreux diagrammes de dérivation de phrases en illustration.
Nombre de signes42560
Reproduction moderneDans Y. Bar Hillel (1964) Language and Information, Selected Essays on their Theory and Application, Reading (Massachusetts) / Palo Alto / London / Don Mills (Ontario), Addison-Wesley, p. 61-74.
DiffusionL'article fut traduit en français en 1968 dans la revue Langages (Paris, Larousse), vol. 9, p. 9-22.
Langues ciblesLangues du monde
MétalangueAnglais
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageL'article est d'un seul tenant et présente une formalisation algébrique de la notion de catégorie ainsi qu'un algorithme de résolution de la grammaticalité des phrases reposant sur deux règles à directionnalité opposée (d'où l'appellation de "grammaire bidirectionnelle").
Objectif de l'auteurElaborer un formalisme syntaxique permettant un traitement automatique des langues.
Intérêt généralL'auteur intègre dans la formalisation de la notion de catégorie syntaxique l'idée d'une directionnalité des arguments. Il est par conséquent capable de vérifier la grammaticalité d'une phrase sans changer préalablement l'ordre de ses mots. La méthode repose sur une procédure déductive d'élimination qui détermine non seulement la structure de la phrase, mais également la catégorie syntaxique des mots qui la composent.
Parties du discoursLa notion de catégorie est définie explicitement comme un prolongement mathématisé de la classique conception grammaticale en "parties du discours". On trouve ainsi dans Bar Hillel (1953, p. 71 et 1960, p. 76) des tables de correspondance exposant la traduction catégorielle de six parties du discours (article, nom, adjectif, verbe, adverbe, conjonctions).
Innovations term.Relativement peu importantes, car Bar Hillel reprend essentiellement la terminologie de K. Ajdukiewicz et l'enrichit soit en lui ajoutant certains concepts issus du distributionnalisme de Z. Harris (notion d'environnement), soit en la complétant grâce à la création de nouveaux termes (notion de "dérivée" première, seconde…; d'opérateurs "endotypes" vs "exotypes") qui précisent, sans le bouleverser, le cadre théorique de la perspective catégorielle.
Corpus illustratifExemples issus des langues anglaise, hébraïque, allemande et française.
Indications compl.
Influence subieCelle de la perspective catégorielle de K. Ajdukiewicz (1935) et de la méthode distributionnelle de Z. Harris (1951).
Influence exercéeMoins importante que la première syntaxe catégorielle de K. Ajdukiewicz, car Bar Hillel explicitera dès 1960 les défauts de sa grammaire bidirectionnelle, et cette critique se verra renforcée par la "preuve de Gaifman" (1960; cf. Bar Hillel 1964, p. 99-115) démontrant l'inadéquation empirique de ce modèle catégoriel. Si le formalisme mis en œuvre pour représenter la double directionnalité ne sera pas conservé par les grammaires catégorielles ultérieures, on retrouve cependant à l'œuvre dans celles-ci les règles syntaxiques de la grammaire bidirectionnelle.
Renvois bibliographiques→ Références
Ajdukiewicz K. 1935; Bar Hillel Y. 1960; Bar Hillel Y. 1960; Bar Hillel Y. 1964; Bar Hillel Y. 1965; Bar Hillel Y. 1970; Godart-Wendling B. 1999; Godart-Wendling B. 1999; Godart-Wendling B. 2000; Harris Z. S. 1951; Kasher A. (éd.) 1976; Kasher A. 2009
Rédacteur

Godart-Wendling, Béatrice

Création ou mise à jour2000