CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Methodo grammatical

Roboredo, Amaro de

DomaineGrammaires des langues européennes modernes
SecteurGrammaires portugaises [3303]
Liens

CTLF Images (éd. 1619)

CTLF (PDF, éd. 1619)

TextesCTLF Textes (2)
Auteur(s)

Roboredo, Amaro de

Datation: 1580/1586-après 1653

Amaro de Roboredo naquit à la fin du 16e s., probablement entre 1580 et 1586, dans la paroisse d'Algoso (Vimioso, Bragance, diocèse de Miranda-Bragança). On ne sait pas où il fit ses études primaires, mais on peut supposer qu'il les fit soit au Collège du Saint Nom de Jésus à Bragance, soit au Collège/Séminaire de S. Pedro, également à Bragance, ou encore au Séminaire de S. José de Miranda. En tout état de cause, il reçut une formation de jésuite. Il est possible qu'il ait étudié la grammaire latine à l'Université de Salamanque entre 1610 et 1615, étant donné ce que révèle la Janua Linguarum [Porte des langues] publié en 1610 par les jésuites irlandais de Salamanque. Il fut secrétaire de l'archevêque d'Évora, D. Diogo de Sousa. En 1615 il était le précepteur des petits-enfants de D. Duarte de Castelo Branco, comte de Sabugal, Grand Prévôt (meirinho-mor) du roi et Intendant des Finances. Il était également le professeur particulier des fils de D. Baltasar de Teive, un noble espagnol qui vivait au Portugal. En 1627 il obtint l'Eglise de Nossa Sehora da Salvação, Arruda dos Vinhos. Il mourut après 1653 à Viseu. Il publia des ouvrages religieux qui connurent plusieurs éditions, mais il se distingua principalement par ses ouvrages linguistico-didactiques qui, bien qu'objets d'une édition unique, font de Roboredo le grammairien portugais le plus important de la première moitié du 17e s. Parmi ces ouvrages: Verdadeira grammatica latina para se bem saber em breve tempo, scritta na lingua Portuguesa com exemplos na Latina (Lisboa 1615); Methodo Grammatical para Todas as Linguas (Lisboa 1619), Raizes da Lingua Latina mostradas em hum trattado e diccionario (Lisboa 1621); Porta de linguas ou modo muito accommodado para as entender publicado primeiro com a tradução Espanhola. Agora accrescentada a portuguesa com numeros interliniaes (Lisboa 1623); Grammatica Latina de Amaro de Roboredo: Mais breve, e facil que as publicadas até agora na qual precedem os exemplos as regras (Lisboa 1625) (Assunção, Fernandes, 2007).

Titre de l'ouvrageMethodo grammatical para todas as linguas
Titre traduitMéthode grammaticale pour toutes les langues
Titre courtMethodo grammatical
Remarques sur le titre
Période|17e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire comparée portugais-latin.
Type indexéGrammaire contrastive
Édition originale1619, Lisbonne, Pedro Craesbeeck.
Édition utilisée1619, Lisbonne, Pedro Craesbeeck.
VolumétrieIn-4°; nombre de pages: [XXXIII pages.] + 241 p. + [VII p.] = 281 pages; nombre moyen de signes par page: 1400.
Nombre de signes393400
Reproduction moderne
Diffusion1re édition: 1619, Lisbonne, Pedro Craesbeeck.
Langues ciblesPortugais
MétalangueLatin
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageTable [V-VII]; Prologue [VII-XXXIII]. Livre I: traitement des parties du discours en portugais et en latin [p. 1-47]. Livre II: traitement des noms, des verbes irréguliers et défectifs latins et des verbes portugais correspondants [47-63]. Livre III: l'explication universelle des parties du discours exemplifiée en latin [64-70]; les cinq parties du discours (nom, préposition, verbe, adverbe et conjonction) [71-78]; la syntaxe (composition) des cinq parties du discours selon la concordance et le régime; la syntaxe figurée [79-181]; exemples latins des parties du discours [181-182]; exemple latin de la phrase selon les auteurs classiques [182-205]; exemples de phrases en portugais et en latin [206-226]; les caractéristiques de la phrase portugaise et celles de la phrase latine [227-230]; l'accent latin, les figures du vers [231-241]; table des cas latins [I-VII].
Objectif de l'auteurConstruction d'une grammaire universelle ("générale" avant la lettre) basée sur le latin; appliquer au portugais une méthode comparative selon la tradition de la Ianua Linguarum.
Intérêt généralL'ouvrage soutient que l'enseignement du portugais doit précéder celui du latin (cette méthode ne sera imposée officiellement qu'à partir de 1770), ce qui suppose une critique de la méthode des Jésuites et du manuel scolaire de Manuel Álvares (1572); réflexion sur les aspects "communs" (universels) aux différentes langues; certains aspects de la présentation de cette idée rejoignent les principes de la Grammaire de Port-Royal: dans le prologue, il y a des expressions qui annoncent cette tendance (ex. "principes universels", "union rationnelle", "méthode universelle", la "nature", "toutes les langues", voir Woll 1994).
Parties du discoursReprise de la tradition grammaticale classique; l'auteur présente la flexion nominale en six cas (comme Barros, 1540) et les paradigmes des verbes suivent toujours le modèle latin: le "parfait" est traité dans un seul modèle (ex. fui-tenho/tive sido). L'auteur signale l'alternance vocalique (/o/-/ó/; /i/-/ε/) présentée par les verbes en e (movo/moves) et eni (visto/vestes) et il reconnaît l'infinitif personnel. Pour ce qui est de la syntaxe, la présentation de Roboredo s'appuie sur la combinaison des cas suivis d'une préposition (ex. génitif avec de, datif avec a) ou de la "particula" que (comme conjonction) (voir Woll 1994, p. 664-665).
Innovations term.Pas d'innovations terminologiques.
Corpus illustratifLes exemples ont été forgés par l'auteur, mais il y a aussi des exemples latins extraits des auteurs anciens (Cicéron, Priscien, Horace, Quintilien).
Indications compl.Intérêt pédagogique: la méthode d'apprentissage des langues proposée par Roboredo permet de mettre en relief les aspects distinctifs du portugais face au latin.
Influence subieInfluence implicite de la Minerva (1587) de Francisco Sánchez de las Brozas (Sanctius), notamment dans le traitement des parties du discours, le refus de la division de la grammaire en parties, et en ce qui concerne le traitement des figures de la composition; l'auteur ne revendique pas l'influence de Sánchez de las Brozas, mais il lui adresse un long éloge dans le prologue.
Influence exercéeL'ouvrage a été cité longuement par Lobato (1771).
Renvois bibliographiques→ Références
Assunção C., Barros A. L. & Fernandes G. (éd.) 2017; Kossárik M. A. 1997; Roboredo A. de 1619; Schäfer B. 1990; Schäfer B. 1993 {p. 283-284}; Schäfer-Prieß B. 1993; Torres A. R. 1994; Torres A. R. 1994; Torres A. R. 2007; Verdelho T. 1995 {p. 472}; Woll D. 1994 {p. 654-655}
Rédacteur

Gonçalves, Maria Filomena

Création ou mise à jour1998