CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Ausführliche Arbeit von der Teutschen HaubtSprache

Schottel, Justus Georg

DomaineGrammaires des langues européennes modernes
SecteurGrammaires allemandes [3507]
Liens

Google Livres

Auteur(s)

Schottel, Justus Georg

Variantes: Schottelius

Datation: 1612-1676

Juriste, grammairien et écrivain allemand. Fils de pasteur luthérien, il fit des études de droit à Hambourg, Leyde, Wittenberg et Helmstedt. Engagé en 1638 au service du duc de Brunswick (où il fut précepteur puis haut fonctionnaire à la cour du duc), il profite de la bibliothèque de Wolfenbüttel où il s'installe en 1646 après avoir obtenu son doctorat en droit. Il entre cette même année à l'"Ordre des fleurs" [Nürnberger Dichterkreis] de Pegnitz alors qu'à la suite de son Sprachkunst (1641), il avait déjà été admis (1642) sous le pseudonyme de "der Suchende" [le chercheur] à la "Société fructifère" [Fruchtbringende Gesellschaft] fondée en 1617. Encore surnommé "Varro teutonicus", il entretient des relations avec les sociétés hambourgeoises de beau langage. Outre ses travaux sur la langue allemande, Schottel publia des poésies religieuses, des drames, ainsi que des ouvrages de droit, de philosophie morale et de théologie.

Titre de l'ouvrageAusführliche Arbeit von der Teutschen HaubtSprache
Titre traduitEtude approfondie de la langue majeure qu'est l'allemand
Titre courtAusführliche Arbeit von der Teutschen HaubtSprache
Remarques sur le titre
Période|17e s.|
Type de l'ouvrageVéritable "somme" dont la partie centrale (livres II et III) constitue une grammaire raisonnée de l'allemand.
Type indexéGrammaire raisonnée | Somme grammaticale
Édition originale1663, Brunswick, Christoff Friederich Zilliger.
Édition utiliséeJustus Georg Schottelius, Ausführliche Arbeit Von der Teutschen HaubtSprache 1663, Wolfgang Hecht éd., Deutsche Neudrucke, Reihe: Barock 11-12, I-II, 2e éd., Tübingen 1995.
Volumétrie[XVIII] + 1 466 pages; env. 2 245 signes par page.
Nombre de signes3300000
Reproduction moderneReprographie de la 1re éd.: Tübingen, 1967, 1re ed., Tübingen, 1995, 2e éd. (sans modification).
Diffusion1737 (sous un autre titre): Ausführliche Abhandlung Vom Ursprung und Aufnahme Der Teutschen Sprache [Traité détaillé sur l'origine et le développement de la langue allemande], Hildesheim.
Langues ciblesAllemand
MétalangueAllemand et latin
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageSommaire: Dédicace, Préface à la première édition, Privilège, Index des auteurs cités, Epîtres (XXX p.). Livre I (p. 1-170): 10 éloges de la langue allemande. Livre II (171-691): Introduction (171), orthographe (179), article (224), nom (terminaisons [231], comparaison [245], genres [261], nombres [285], cas [298], déclinaisons [300], dérivation [317], composition [398-533]), pronom (533); verbe (546), participe (605), préposition (613), adverbe (656), conjonction (664), interjection (666), signes de ponctuation (668). Livre III (692-790): Construction (article [693], nom [706], pronom [729], verbe [740], participe [761], préposition [764], adverbe [773], conjonction [785-790]. Livre IV (794-997): Poétique. Livre V (998-1466): Traités concernant notamment 1. Apologie de la langue allemande; 2. Noms propres allemands; 3. Tournures idiomatiques et proverbes; 4. Panorama des différents auteurs qui ont écrit sur l'Allemagne et les Allemands; 5. Traduction en allemand; 6. Mots-racines de l'allemand.
Objectif de l'auteurDans ce vaste ouvrage sur la langue allemande, qui réunit plusieurs travaux antérieurs, Schottel vise avant tout à favoriser le développement de l'allemand (allemand littéraire écrit) comme langue littéraire et scientifique. Obéissant à une sorte de "patriotisme culturel" non exempt de purisme, Schottel s'emploie à dégager l'allemand des influences et intrusions étrangères (= qui sont étrangères au haut allemand).
Intérêt généralIncontestablement le plus important des ouvrages écrits au 17e s. sur la langue allemande, l'Ausführliche Arbeit fonde pour une large part le caractère rationnel de l'allemand sur l'étonnante aptitude de cette langue à former de nouveaux termes à partir des quelque 5 000 mots-racines, généralement monosyllabiques, que Schottel dénombre pour l'allemand. Par là Schottel atteint la "Grundrichtigkeit" de l'allemand, qui est à la fois ordre fondamental et adéquation au monde des realia, ce qui lui permet de justifier la place qu'il accorde à l'allemand dans le concert des langues. Si la lexicographie constitue la pièce maîtresse de l'Ausführliche Arbeit et l'apport le plus certain de l'auteur, celui-ci, mettant en œuvre la propriété combinatoire des mots-racines, est à l'origine de nombreuses créations terminologiques, encore en usage de nos jours.
Parties du discoursLa division en parties du discours, comme l'essentiel de la syntaxe (qui privilégie les relations internes au groupe syntaxique) reste largement tributaire de la tradition grammaticale. En revanche, l'analyse lexicologique prend une ampleur jusqu'alors inconnue: Schottel décompose le mot en ses constituants et distingue racine, affixe et terminaison. S'il rattache la préfixation à la composition, il distingue clairement les composés de type déterminatif et précise les rôles respectifs du terme de base, porteur de la signification principale, et du terme adjoint, placé à gauche, qui modifie le sens initial du terme qu'il complète.
Innovations term.Les innovations terminologiques sont nombreuses, Schottel étant très attaché à la germanisation (Verdeutschung) du vocabulaire. Dans le domaine grammatical, Schottel hérite certains termes de ses prédécesseurs (notamment Ratke; p. ex. Nennwort pour nomen), mais forge ses propres équivalents allemands pour la plupart des termes techniques latins (p. ex. Zeitwort pour verbum, qui était Sprechwort pour Ratke).
Corpus illustratifTrès riche corpus illustratif en allemand, généralement assorti d'une traduction latine, mais parfois aussi française. Les auteurs le plus souvent cités sont Luther et Opitz, qui incarnent au mieux la langue à laquelle se réfère Schottel: le haut allemand littéraire écrit.
Indications compl.L'ouvrage ne convient pas à un usage scolaire (beaucoup trop dense et de lecture malaisée), mais il a pu être un utile ouvrage de référence pour les maîtres.
Influence subieCelle des traditions grammaticales latine, allemande (depuis Ickelsamer, notamment en ce que celui-ci revendique l'emploi de l'allemand, comme plus tard Ratke et Gueintz, et surtout depuis Clajus, qui s'attache à l'allemand établi par la traduction de Luther), et probablement également néerlandaise. Les positions nettement affichées de Schottel en faveur de l'analogie l'opposent sur ce point en particulier à Gueintz, plus "tolérant" à l'égard des régionalismes.
Influence exercéeSur l'ensemble des grammairiens allemands pendant près d'un siècle (en particulier Harsdörffer et Bödiker pour ce qui est de l'analogie, et Stieler pour la lexicographie). Leibniz en retient la dimension combinatoire, et les romantiques, après Herder, la conception de la langue comme "force vitale".
Renvois bibliographiques→ Références
Gardt A. 1999 {p. 119-127}; Moulin-Fankhänel C. 1997 {p. 277-299}
Rédacteur

Lecointre, Claire

Création ou mise à jour2000