CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Grammaire générale

Loneux, Eugène

DomaineGrammaires françaises, remarques et traités sur la langue française
SecteurGrammaires françaises du 18e s. [2422]
Auteur(s)

Loneux, Eugène

Datation: fl. 1800

Grammairien français, professeur de grammaire générale à l'école centrale du département de l'Ourthe (actuellement en Belgique). Pas de renseignements biographiques disponibles.

Titre de l'ouvrageGrammaire Générale appliquée à la langue française
Titre traduit
Titre courtGrammaire générale
Remarques sur le titre
Période|18e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire française que sa visée théorique rattache au paradigme des grammaires générales.
Type indexéGrammaire générale
Édition originale1799, Liège, L. Bassenge.
Édition utilisée1799, Liège, L. Bassenge.
Volumétrie339 pages, y compris la préface et la table des matières, 1 600 signes par page.
Nombre de signes542400
Reproduction moderne
DiffusionAucune donnée disponible.
Langues ciblesFrançais
MétalangueFrançais
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrage1. Des sons de la voix et de leurs signes (p. 4-19). 2. Des mot considérés comme signes (19-208). Des mots qui représentent nos idées (21-76): des substantifs (23-43), des pronoms (43-63), des adjectifs (65-68), des participes (70-76). Des mots qui signifient les différentes combinaisons, liaisons, déterminations de nos idées (76-208): des verbes (77-143): du verbe simple, des verbes composés, des personnes du verbe, des nombres du verbe, des temps du verbe (tableau analytique des temps, nomenclature des temps, tableau des temps d'après Girard), des modes (personnel, impersonnel), des conjugaisons (tableau des modes et des temps, conjugaison des verbes auxiliaires, des verbes qui se conjuguent avec être et avoir, de la conjugaison des verbes français, paradigme des temps simples des verbes français réguliers, temps primitifs des verbes réguliers qui diffèrent de ceux du paradigme, remarques sur la conjugaison des verbes français, formation des temps; des articles (143-177): indéfini, défini, démonstratif, possessif, collectif, distributif, négatif, interrogatif, numératif, partitif; des prépositions (177-193); des cas (nominatif, vocatif, génitif, datif, accusatif, ablatif); des gérondifs et supins, de la supériorité des langues qui ont des cas; des adverbes (193-198); des conjonctions (198-204): copulative, alternative, adversative, explicative, conditionnelle, causale, conclusive, transitive, déterminative; des interjections. 3. De la syntaxe (208-253): de la proposition (208-213): division relativement au sens (principale vs incidente), et relativement à la forme (simples vs composées); définition de la syntaxe (214-218), concordance (218-236), régime (236-241), construction (241-256). Puis vient une série de chapitres plus courts (des ellipses, du pléonasme, des amphibologies, des rapports vicieux, des idiotismes, des barbarismes), et enfin des remarques dispersées (de la négation, chacun suivi de son ou leur, etc.), et un chapitre sur les synonymes.
Objectif de l'auteurComme le titre l'indique, appliquer à l'analyse de la langue française, la méthode et les théories de la grammaire générale. L'auteur connaît bien les travaux de son domaine, il les utilise, les développe, ou discute fréquemment des points d'analyse ou de description.
Intérêt généralL'ouvrage offre une synthèse des travaux qui l'ont précédé, plus rigoureuse et complète que la plupart des grammaires contemporaines. L'auteur développe l'analyse de la proposition inaugurée par Port-Royal, ce qui le conduit à accorder une place importante (et inédite) à la syntaxe. Des innovations dans le domaine de l'analyse de la complémentation verbale, de la catégorisation des déterminants du nom, et de la théorie des temps.
Parties du discoursL'analyse de certaines catégories comme celle de l'article s'est considérablement affinée et intègre l'ensemble des formes que la grammaire moderne range dans la catégorie des déterminants. L'adjectif est sorti de la catégorie des noms, et constitue une catégorie à part. Les parties du discours sont regroupées en 2 catégories générales: i) mots qui désignent nos idées (noms, pronoms, adjectifs, participes); ii) mots qui désignent différentes combinaisons, liaisons, déterminations de nos idées (verbes, conjonctions, prépositions, articles, adverbes). Ce classement n'est peut être pas sans rapport avec les deux catégories proposées par Aristote, à l'origine de la réflexion sur les catégories, onoma et rhèma.
Innovations term.Régime médiat et immédiat, parties nécessaires et sur-ajoutées.
Corpus illustratifCertains exemples sont forgés, mais ils sont le plus souvent tirés des bons auteurs (Rousseau, La Bruyère, Racine, La Fontaine, Boileau, Montesquieu, etc.). La précision de la référence est variable: référence généralement complète pour La Fontaine, Boileau, Racine, simple nom d'auteur le plus souvent pour Rousseau et Montesquieu.
Indications compl.Traitement de la phonétique: plusieurs pages présentent le système phonologique du français.
Traitement de la syntaxe: [1] La grande nouveauté est l'autonomisation complète de la syntaxe qui regroupe à elle seule plusieurs chapitres dans lesquels Loneux propose notamment des éléments d'analyse de la phrase complexe fondée sur une décomposition en structures élémentaires du type sujet vs prédicat. L'orientation syntaxique est également sensible dans le caractère fonctionnel de la définition des parties du discours qui entrent dans la catégorie des mots qui désignent différentes combinaisons ou liaisons de nos idées. [2] La complémentation verbale est traitée de façon originale: Loneux distingue 2 types de régime des verbes actifs (transitifs): le régime immédiat (simple ou direct) construit sans préposition, et le régime médiat, construit par une préposition, qui "termine l'action signifiée par un verbe actif, et déterminée par un régime immédiat, car tout régime médiat d'un verbe actif, suppose nécessairement un régime immédiat exprimé ou sous-entendu" (p. 236). Il faut donc distinguer 2 classes de verbes actifs, ceux à régime simple (i.e. qui ne se construisent qu'avec un régime immédiat), et ceux à régime double, qui se construisent avec deux régimes, un immédiat, et un médiat. [3] Dans le chapitre consacré à "la construction des membres d'une phrase", Loneux distingue (après Condillac) entre les parties nécessaires de la proposition, qui comprennent les régimes immédiat et médiat, et les parties sur-ajoutées, qui expriment des circonstances, moyens ou fins. Cette distinction intéressante relève de la syntaxe de construction, tandis que l'analyse des parties essentielles de la proposition relève de la syntaxe de régime.
Influence subieL'ouvrage est une grammaire générale (voir le titre). Il se place donc dans une tradition dont les jalons et les repères sont bien identifiés. Les influences directes sont plus ou moins sensibles selon les chapitres. Le chapitre sur les temps fait explicitement référence à Girard, dont Loneux reprend la classification et la terminologie.
Influence exercéePas d'influence explicite identifiée.
Renvois bibliographiques→ Références
Fournier J.-M. 1994; Trousson M. 1986
Rédacteur

Fournier, Jean-Marie

Création ou mise à jour1998