CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Grammaire comparée des langues classiques

Meillet, Antoine

DomaineCompilations, linguistique historico-comparative, linguistique générale, phonétique et phonologie
SecteurLinguistique historico-comparative [5222]
Liens

CTLF Images (2e éd. 1953)

Auteur(s)

Meillet, Antoine · Vendryes, Joseph

Meillet, Antoine

Datation: 11 novembre 1866 - 21 septembre 1936

Linguiste français, né à Moulins, mort à Châteaumeillant. Professeur de grammaire comparée des langues indo-européennes au Collège de France et directeur d'études à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes, considéré comme le chef de file de l'"Ecole française" de linguistique qui ravit le leadership aux linguistes allemands au lendemain de la guerre de 1914-1918 à un moment où de nouvelles problématiques (Genève, Prague, Copenhague) voient le jour et où la linguistique historico-comparative, qui dominait depuis plus de 50 ans, s'essouffle. Après des études au lycée de Moulins et à la Sorbonne, il s'oriente, après l'agrégation (1889), vers la grammaire comparée des langues anciennes orientales (notamment l'arménien et le slave) à l'EPHE où il assurera une charge de cours jusqu'en 1927 (date à laquelle Benveniste le remplace), même après son élection au Collège de France (1906) à une chaire occupée par Bréal. A l'EPHE, Meillet est suppléant de Saussure (en congé) en 1889-1890, puis maître de conférences à dater de 1891 (l'année 1890-1891 étant occupée par un voyage d'étude), lorsque Saussure quitte Paris pour retourner à Genève, où l'on venait de créer pour lui une chaire à l'Université. Les travaux de Meillet, en dehors d'une riche réflexion en linguistique générale cherchant à donner sens aux résultats du comparatisme par une théorie sociologique du développement linguistique, sont consacrés à la grammaire historico-comparative d'une bonne partie du champ indo-européen, ce qui le désignait tout naturellement pour la rédaction d'une grammaire comparée de l'ensemble des langues indo-européennes permettant à l'Ecole française d'occuper symboliquement après Bopp, Schleicher, Bruggmann et Delbrück, grâce à ce nouveau "compendium", une place réservée jusque-là aux chercheurs allemands.

Vendryes, Joseph

Forme complète: Vendryes, Joseph Jean-Baptiste Marie

Datation: 13 janvier 1875 - 30 janvier 1960

Linguiste français, né et mort à Paris, qui a mené une longue carrière d'indo-européaniste, de celtisant et de généraliste. Agrégé en 1894, docteur en 1902, il prend très jeune (à l'âge de 32 ans), en 1907, la succession de V. Henry à la chaire de grammaire comparée des langues indo-européennes de la Faculté de Paris (Sorbonne) après avoir enseigné le grec à Clermont-Ferrand de 1902 à 1906, puis à Caen en 1906/1907. Il exercera toute sa vie de nombreuses fonctions officielles à la Sorbonne, à la Société de linguistique de Paris, à l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Dans sa formation, il a eu pour maîtres, en particulier, V. Henry, F. Brunot, L. Havet et surtout A. Meillet; en Allemagne, R. Thurneysen, sous l'influence duquel il a publié ses premiers articles dans le domaine celtique où il va devenir une référence (il devient, en 1925, directeur des études celtiques à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes). Il a développé également un intérêt de généraliste pour l'onomastique. C'est en 1914 qu'il termine le manuscrit de Le langage. Introduction linguistique à l'histoire, manuel de linguistique générale constamment réédité qui ne paraîtra qu'en 1921, après le Cours de linguistique générale de Saussure, et dont l'orientation principale semble devoir surtout à Meillet.

Titre de l'ouvrageTraité de grammaire comparée des langues classiques
Titre traduit
Titre courtGrammaire comparée des langues classiques
Remarques sur le titre
Période|20e s.|
Type de l'ouvrageTraité de grammaire historique des langues classiques utilisant la méthode comparative.
Type indexéLinguistique historico-comparative
Édition originale1924, Paris, H. Champion.
Édition utilisée1966, 4e édition, nouveau tirage revu par J. Vendryes, Paris, Librairie ancienne Honoré Champion.
VolumétrieXX + 779 pages, env. 2000 signes par page.
Nombre de signes1580000
Reproduction moderneL'ouvrage a été régulièrement réédité et est actuellement disponible dans le commerce.
DiffusionLa part respective des deux auteurs est explicite dans l'avant-propos de la 1re édition (p. VI): Meillet a "tracé un plan d'ensemble et jeté sur le papier les idées essentielles du livre", Vendryes étant responsable de la rédaction, du choix des exemples, de l'établissement des références et de la confection des index. L'ouvrage a été régulièrement réédité: 2e tirage de la 1re édition en 1927; la 2e édition (1948) est révisée par le seul Vendryes; 2e édition, nouveau tirage revu par Vendryes, 1953; 3e édition en 1963; 4e édition en 1966; 5e édition en 1979, tirage revu par Vendryes.
Langues ciblesGrec et latin essentiellement, mais aussi l'indo-européen; utilisation des autres langues indo-européennes sanscrit, langues italiques autres que le latin, etc.
MétalangueFrançais
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageAvant-propos de la 1re éd. [p. V-VI]. Avant-propos de la 2e éd. [VII-VIII]. Bibliographie [IX-XVIII]. Abréviations [XIX-XX]. Introduction [p. 1-23, § 1-26]: Objet du livre. La parenté linguistique du grec et du latin. PREMIERE PARTIE: LES SONS [p. 25-150, § 27-230]. Chap. 1, L'alphabet des Grecs et des Latins [26-39]. Chap. 2, Le système phonétique de l'indo-européen [40-68]. Chap. 3, Le consonantisme grec [69-93]. Chap. 4, Le consonantisme latin [69-93]. Chap. 5, Le vocalisme grec [94-107]. Chap. 6, Le vocalisme latin [108-122]. Chap. 7, Le mot phonétique [123-150]. DEUXIEME PARTIE: LES MOTS [p. 151-569, § 231-839]. Chap. 1, Le système morphologique de l'indo-européen [152-172]. Chap. 2, Les thèmes verbaux de l'indo-européen [173-196]. Chap. 3, Les thèmes verbaux du grec [197-260]. Chap. 4, Les thèmes verbaux du latin [261-303]. Chap. 5, La flexion verbale [304-363]. Chap. 6, Formation des noms [364-433]. Chap. 7, Flexion des noms [434-492]. Chap. 8, Pronoms et indéclinables [493-527]. Chap. 9, Emploi des formes nominales [528-569]. TROISIEME PARTIE: LA PHRASE [p. 571-675, § 840-972]. Chap. 1, Les éléments de la phrase [572-593]. Chap. 2, Structure de la phrase [594-628]. Chap. 3, Rapports des phrases entre elles [629-675]. Index des mots étudiés [677-761]. Addenda et corrigenda [763-764]. Appendice [765-772]. Table des matières [773-779].
Objectif de l'auteurFaire l'histoire des langues classiques (grec et latin) "en s'éclairant des lumières que fournit la méthode comparative" (p. 1), dans un ouvrage constitué de la "réunion de deux grammaires comparatives" (p. 20) et présenté comme "élémentaire", puisqu'"il se borne à indiquer les grandes lignes du développement linguistique du grec et du latin" (p. 21). Par souci pédagogique, la bibliographie citée est essentiellement constituée de travaux écrits en français (p. VIII).
Intérêt généralOuvrage de base pour la formation des étudiants en lettres dans l'Entre-deux-guerres; en particulier, il a servi de grammaire historique du grec, en l'absence d'ouvrage spécifique dans le domaine (p. VI). Cette lacune n'a été comblée qu'à la fin de la Deuxième Guerre mondiale (voir Chantraine 1945 pour la morphologie, Lejeune 1947 pour la phonétique).
Parties du discoursElles ne sont pas traitées en tant que telles, les auteurs se contentant d'insister sur l'opposition verbo-nominale, "fondamentale en indo-européen" (p. 172). Nette prédominance accordée à la morphologie (62%) sur la phonétique (22%) et sur la syntaxe (16%).
Innovations term.Les auteurs utilisent la terminologie traditionnelle de la grammaire comparée; opposition sémantème vs morphème (p. 153).
Corpus illustratifRelativement important – les auteurs disant ne pas avoir hésité à multiplier les exemples – et constitué de mots isolés ou de phrases, avec indication précise des sources, car "il faut habituer les jeunes linguistes à se reporter toujours aux textes" (p. VIII).
Indications compl.
Influence subieLa partie indo-européenne de l'ouvrage est présentée comme tirée de l'Introduction à l'étude comparative des langues indo-européennes de Meillet (p. 21). Les auteurs renvoient au Grundriss de Brugmann, aux ouvrages jugés fondamentaux de Schwyzer (Griechische Grammatik) et de Leumann & Hofmann (Lateinische Grammatik), en général aux travaux des philologues allemands.
Influence exercéeEn France, l'ouvrage est resté longtemps classique dans la formation des étudiants en lettres (certificat de grammaire et philologie). C'est par cette dimension pédagogique surtout qu'il a exercé une influence à la fois déterminante et dont les caractéristiques sont difficiles à mesurer. Les comptes rendus, lors de sa parution, saluent un ouvrage de vulgarisation de haut niveau.
Renvois bibliographiques→ Références
Auroux S. (éd.) 1988; Benveniste É. 1966; Bolelli T. 1979; Chantraine P. 1945; Charle C. 1986; Desmet P. & Swiggers P. 2009; Lejeune M. 1947; Meillet A. 1922; Morpurgo Davies A. 1988; Normand C. & Puech C. 1987; Quattordio Moreschini A. (éd.) 1987
Rédacteur

Puech, Christian

Création ou mise à jour2000