CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Grammatik der Indogermanischen Sprachen

Schleicher, August

DomaineCompilations, linguistique historico-comparative, linguistique générale, phonétique et phonologie
SecteurLinguistique historico-comparative [5205]
Liens

CTLF Images (2e éd. 1866)

Google Livres (éd. 1861, vol. 1)

Google Livres (éd. 1862, vol. 2)

Auteur(s)

Schleicher, August

Datation: 19 février 1821 - 6 décembre 1868

Linguiste allemand; après son baccalauréat au lycée de Coburg, Schleicher part faire ses études de théologie et langues orientales à Leipzig, Tübingen et Bonn où il passe un doctorat de philologie et prononce sa leçon inaugurale sur la comparaison des langues. De 1846 à 1849, participation au mouvement révolutionnaire, bourse et voyages d'études à Paris, Bruxelles et Prague et premières publications comparatistes. 1850-1857: chargé de cours de philologie classique à Prague où il se lie avec Curtius, Leskien et J. Schmidt et où il étudie les langues slaves. 1857-1868: professeur honoraire de linguistique comparative et de philologie allemande à Iéna.

Titre de l'ouvrageCompendium der Vergleichenden Grammatik der Indogermanischen Sprachen. Kurzer Abriss einer Laut- und Formenlehre der Indogermanischen Ursprache, des Altindischen, Altiranischen, Altgriechischen, Altitalischen, Altkeltischen, Altslawischen, Litauischen und Altdeutschen, von August Schleicher
Titre traduitCompendium de la grammaire comparée des langues indo-germaniques. Courte esquisse d'une description des systèmes phonique et morphologique de la langue primitive indogermanique, de la vieille langue indienne et iranienne, du grec ancien, de la vieille langue italique, du celte, du slave, du lituanien et de l'allemand anciens, par Auguste Schleicher
Titre courtGrammatik der Indogermanischen Sprachen
Remarques sur le titre
Période|19e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire comparée des langues européennes centrée sur la comparaison des phonétiques et des appareils morphologiques visant à la reconstitution de la langue primitive (Ursprache) indo-européenne.
Type indexéLinguistique historico-comparative
Édition originale1861-1862, Weimar, Hermann Böhlau.
Édition utilisée1871, Weimar, H. Böhlau.
VolumétrieIn-8°; nombre de pages: [4] + III-XLVIII + 3-829 = 875 pages; nombre moyen de signes par page: 2350 signes.
Nombre de signes2000000
Reproduction moderne1974, Hildesheim / New-York, Olms (Reprint de la 4e éd., 1876).
Diffusion1861-1862, Weimar, H. Böhlau; 1866, Weimar, H. Böhlau; 1871, Weimar, H. Böhlau; 1876, Weimar, H. Böhlau (trad. italienne de cette dernière éd. en version réduite avec une "introduction à la science du langage" de D. Pezzi, Compendio di grammatica comparata dello antico indiano, greco e italico, Turin / Florence, F. Loesscher).
Langues cibles"Langue primitive indogermanique", vieil indien, vieil albanais, grec ancien, italique ancien, vieux celte, vieux slave, lituanien et germanique ancien; allemand
MétalangueAllemand
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrage[P. III-X] Préfaces aux 1re, 2e et 3e éditions. Sommaire [XI-XLVIII]. [1-9] Introduction. Grammaire: I. Phonologie. [10-157] A. Voyelles: Langue primitive indogermanique, Vieil indien (sanscrit), vieux bactrien (avestique), grec ancien, vieil italique (latin, ombrien, osque), vieil irlandais, vieux bulgare, lituanien, gotique. [158-328] B. Consonnes (description des mêmes langues). II. Morphologie. A. Radicaux et racines. [329-337] La forme des mots indogermaniques. [338-361] 1. La formation à partir des racines verbales. [361-462] 2. Les racines nominales (participes et infinitifs) et apparentées formées à partir du verbe. [463-477] 3. Formation des racines du comparatif et du superlatif. [477-494] 4. Racines des noms de nombre (ordinaux et cardinaux). [495-497] B. Mots. Formation des mots. [497-643] 1. Les noms (Déclinaison). [644-829] 2. Les verbes (Conjugaisons).
Objectif de l'auteurReconstruire les sons et les formes (Laut- und Formenlehre) de la "langue primitive indogermanique".
Intérêt généralSchleicher est le premier à utiliser systématiquement la procédure de "reconstruction" de la supposée "langue mère indo-européenne" (Indogermanische Ursprache; dans cette ligne, il ira jusqu'à reconstituer la fable La brebis et les chevaux en "indo-européen commun"!). En revanche, à côté de cette conception par trop concrète de la langue mère reconstituée, Schleicher rompt d'une part, définitivement, avec la vision du sanscrit comme langue proche de l'origine indo-européenne et d'autre part avec la recherche de racines indo-européennes supposées nous informer sur l'origine du langage, telle qu'on la trouve chez Bopp.
Parties du discoursTraitement des parties du discours très partiel et succinct dans la mesure où la plus grande part est consacrée à la phonétique et où la morphologie se réduit aux grandes distinctions traditionnelles nom / verbe, déclinaisons / conjugaisons. L'emphase est mise sur les mécanismes de formation de mots avec une opposition entre racines (Wurzeln) et radicaux (Stämme) rendant compte des formations nominales et verbales. La syntaxe proprement dite est pratiquement absente. Distinction singulier / pluriel / duel; présentation du paradigme des cas indo-européens dans la suite: nominatif, accusatif, locatif, datif, ablatif, génitif, instrumental; présentation des temps: parfait, aoriste simple, présent, imparfait.
Innovations term.Pas de nouveautés mais une présentation rigoureuse des formes et de l'analyse des formes.
Corpus illustratifListes de formes recueillies dans les grammaires et vocabulaires disponibles, à l'exception des exemples tirés du lituanien dont Schleicher écrira la première grammaire en en recueillant lui-même les matériaux.
Indications compl.
Influence subieSchleicher appartient à la deuxième génération de comparatistes (après Bopp, Grimm, von Humboldt). La linguistique générale de Schleicher est fortement articulée à une option naturaliste inspirée du darwinisme par l'intermédiaire de son correspondant E. Haeckel (Baggioni 1988).
Influence exercéeSchleicher prend définitivement ses distances avec certains éléments du premier programme indo-européaniste (recherche des racines "primitives", trop grand rôle attribué au sanscrit; confusion entre lettres et sons); travail systématique et rigoureux de comparaison et de classement des formes et des langues (Schleicher va populariser les résultats de la grammaire historico-comparative par sa Stammbaumtheorie illustrée par le fameux arbre généalogique des langues indo-européennes); cette œuvre représente la première grande synthèse sur l'indo-européen; c'est par rapport à elle que se positionneront les œuvres ultérieures (Brugman, Delbrück, Meillet), même si les successeurs ont très vite dénoncé les dangers d'une conception naturaliste et de l'identification de la langue à un organisme (Arbucckle 1975; Koerner 1982a, 1983).
Renvois bibliographiques→ Références
Andersen F. & Bache C. 1976; Arbuckle J. 1970; Baggioni D. 1986; Beneš B. 1958; Benware W. A. 1974; Christy T. C. 1983; Dietze J. 1966; Jankowsky K. R. 1996 {p. 203-205}; Koerner E. F. 1982; Koerner E. F. (éd.) 1983; Koerner E. F. 1989 {p. 325-375}; Koerner E. F. 2009; Morpurgo Davies A. 1998 {p. 196-201}; Schmidt J. 1887; Schmidt J. 1966; Sloty I. 1935; Streitberg W. A. 1897; Tort P. 1979; Tort P. 1980; Zeller O. 1967
Rédacteur

Baggioni, Daniel

Création ou mise à jour2000